Le Manège.Mons
Centre Culturel Transfrontalier

  SPECTACLES THEATRE & DANSE 
 ARCHIVES

> Voir également :
Concerts | Jeune Public


2002
4>6/10
Arbalestriers 
Festival cap sud
Cap Sud est un village des sens, la confrontation des différences Nord/Sud.
Cap Sud, c'est aussi l'hospitalité multiculturelle des couleurs, des odeurs et des saveurs. Cette année, Cap Sud investira tout le site des Arbalestriers : un lieu de passage magique entre le Nord et le Sud, espace d'écoute des cultures du monde. Il y aura des concerts, des ateliers, des espaces de rencontre, des débats, des expositions.
Mons. Les Arbalestriers > Les vendredi 4, samedi 5, dimanche 6 octobre 2002
Plus d'infos >>> Festival Cap Sud

top
Maubeuge. La Luna > Le mardi 8 octobre 20h30 Borderline [création] Blanca Li
Coproduction : Le Moulin du Roc de Niort, L'Opéra de Paris, la Maison des Arts de Créteil, Le Komische Opera de Berlin et la Compagnie Blanca Li

Blanca Li nous a montré une première ébauche de cette nouvelle création à Via 2002 dans le cadre des Nuits miniatures : une soirée inoubliable pour les spectateurs présents. Elle nous présente cette fois l'intégralité de Borderline en nous replongeant dans cet univers, entre normalité et folie, où sur le fil du rasoir, elle fait de nous un dément tout à fait acceptable ou un cinglé parfaitement infréquentable.
C'est toute l'énergie d'une des chorégraphes fétiches du Manège, que nous retrouvons au travers d'un spectacle total, structurant aussi bien la matière que le corps, rythmé par des situations à la fois tragiques et comiques.
La chorégraphie est soutenue par une création musicale cosignée par Matthew Herbert, star des DJs anglais et Tao Gutierrez, fidèle de la chorégraphe - des sculptures textiles imaginées par Lucy Orta et une scénographie de Jorge Orta.

top
Mons. Les Arbalestriers > Le vendredi 18 octobre 2002 > 20h30 Le journal d'un disparu de Leos Janacek [création] 
Adaptation française, mise en scène et lumières de Frédéric Roels.
Avec Antoine Normand, Paulette Bauer, Emilienne Coquaz, Christiane Remacle, ...
Une production de l'Opéra Royal de Wallonie
A partir d'un texte anonyme, découvert au hasard d'une revue, Janacek compose une oeuvre intime et parfaite.
Un jeune paysan tombe amoureux d'une belle tzigane.  Dans la société conservatrice morave de la fin du 19ème siècle, c'est un crime inadmissible.
Partagé entre la pression des lois et la passion, le jeune homme consigne ses tourments dans un journal intime. Il finira par quitter son village pour suivre sa bien-aimée, ne laissant comme trace de lui que quelques pages écrites.

Avec cette oeuvre pour ténor, alto, 3 voix de femmes et piano, nous sommes en présence d'une sorte de petit opéra dans lequel l'amour est plus fort que la morale.
Une oeuvre à découvrir, un jeune metteur en scène talentueux. Tous les ingrédients réunis pour une soirée de ravissement.

top
Mons. Les Arbalestriers > Du 21 au 26 octobre 2002 > 20h30 > Le 27 octobre 2002 > 16h Nuit à l'envers de Xavier Durringer [création]
Mise en scène de David Géry
Avec Jean-Claude Derudder et Sylvie Landuyt
Une coproduction du manège.mons Centre dramatique et du Kollectif Théâtre / l'Acteur et l'Ecrit.

C'est l'histoire de la rencontre d'une prostituée et de son client. L'homme a besoin de parler, de se raconter. Elle ne pense qu'au temps d'une passe.
Rencontre de deux solitudes, de deux êtres aussi paumés l'un que l'autre.  Si l'amour est «vouloir donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas», la Nuit à l'envers est la représentation violente et tragique de l'illustre formule de Jacques Lacan.

top
Mons. Les Arbalestriers > Les jeudi 31 octobre et vendredi 1er novembre 2002 > 20h30  L'oeillet et le glaive [Un oratorio pour la paix]
Un spectacle de l'IITM - Institut de la Méditerranée-Madrid, le manège.mons Centre Dramatique, le Théâtre Toursky - Marseille, le Théâtre Mogador - Casablanca, le Centre Méditerranéen pour la Paix - Israël, le Phénix - Valenciennes, la Province de Hainaut, La Fabrique de Théâtre
Un projet réalisé avec le concours de la Communauté Européenne  dans le cadre du programme culture 2000 . Mise en scène de Pedro Alvarez-Ossorio (Espagne)
L'oeillet et le glaive contribue à la réhabilitation d'une pensée conciliatrice qui a établi au cours des siècles des points de rencontre, des espaces communs adaptés au besoin de sauvegarder les différentes identités culturelles.
La musique, la poésie, la mémoire populaire nous ont laissé maints exemples de coexistence de respect entre les cultures qui ont créé une histoire de la Méditerranée, différente de celle dictée par les intérêts politiques, économiques ou religieux du pouvoir.
En deçà de l'Histoire relatée au quotidien par les médias, il y a une autre histoire : celle de l'espoir des peuples, de leurs joies, de leurs rébellions, dites, écrites, chantées ou dansées.

Ils viennent de Jérusalem, Haïfa, Casablanca, Madrid, Séville, Marseille, Mons ou Valenciennes, acteurs, musiciens, danseurs et équipe de création, juifs, musulmans, chrétiens ou laïcs.  Tous savent que la violence, la pauvreté et la faim occupent une grande partie du monde.  Ils savent que les auteurs de ces calamités les justifient souvent avec des discours politiques et religieux fallacieux.
La réponse des artistes est la vérité immuable de la mémoire poétique et musicale de ces fragments de monde tourmentés.

top
Mons. Les Arbalestriers > Les lundi 4 et mardi 5 novembre 2002 > 20h30 Leutti
Mise en scène et scénographie de Sophie Perez
Dans le cadre d'une résidence transfrontalière Mons-Maubeuge
Production : CDDB-Théâtre de Lorient/Compagnie du Zerep.
Avec le soutien du Manège-scène nationale de Maubeuge.
Leutti a été créé au CDDB-Théâtre de Lorient le 23 avril 2002
Sophie Perez, plasticienne, scénographe et chorégraphe oscille entre le kitsch et le tragique, creuse nos obsessions et les siennes, s'amuse à dynamiter les autoroutes de la pensée. Avec Leutti, elle porte un regard artistique sur la conception de la folie et invente une sorte de conférence absurde sur les obsessions et les maladies nerveuses, qui s'inscrit dans une chambre d'enfant cauchemardesque, où les peurs enfantines renaissent. Elle s'appuie pour cela sur un petit guide pratique des éditions Marabout Flash intitulé Calmons nos Nerfs, dérive didactique autour de nos névroses et de nos frayeurs agrémentée de poèmes de Francis Picabia et de textes rédigés avec son équipe.
«Dans l'univers de Perez, l'Alice de Lewis Caroll a rendez-vous avec le clown de Stephen King, le John Hurt de David Lynch croise le Jason de vendredi 13. Leutti n'a pas fini de vous surprendre». Le Télégramme.

top
Maubeuge. Le Manège > Les jeudi 7 et vendredi 8 novembre 2002 > 20h30 Détail sur la marche arrière de Sophie Perez
Compagnie du Zerep
Une coproduction du Théâtre- Scène nationale de Mâcon/CCDB - Théâtre de Lorient/Théâtre Dijon Bourgogne.
«Qui ne s'est jamais retrouvé dans une soirée, coincé entre l'envie de participer et la crainte du ridicule, assis en spectateur, devant ce miroir déformant qui souligne sans pitié nos impostures?». Sophie Perez.
Détail sur la marche arrière décrit l'exotisme et la quotidienneté des lieux obscurs où l'on se retrouve pour danser. Noctambule avertie, Sophie Perez explore le corps social et le corps intime à travers le prisme de la fête.
Le texte du journaliste et essayiste Léon Werth, Danse, danseurs, dancings, édité en 1920, sert de fil rouge à cette étude de moeurs joyeusement décalée.
Au moment où la fête commence, les choses peuvent se compliquer et c'est là précisément que ce lieu de rencontre devient «dramaturgiquement» intéressant. Quelque chose d'intime nous échappe et nous rattrape. Et dans ce dancing imaginaire avec son mur de strass, chacun se dévoile enfin. C'est de cette boîte à musique, dont Xavier Boussiron signe la partition que vont jaillir les «bonheurs» de Sophie.
«Sophie Perez nous convie à faire la fête jusqu'à ces heures sans nom où un air de musique suffit pour réveiller des vagues de nostalgie». Les Inrockuptibles 2001

top
Mons. Les Arbalestriers
> Le dimanche 17 novembre 2002 > 16h > Les 16 et 18 novembre 2002 > 20h30 > Le mardi 19 novembre 2002 > 13h30
L'affaire Elseneur ou Le meurtre de Gonzague 
de Nedjalko Jordanov [création]
Mise en scène de Tatiana Stepantchenko
Une création Phénix - Scène Nationale de Valenciennes - et de la compagnie Or.Azur en coproduction avec le manège.mons Centre Dramatique , le centre des Arts Scéniques de Charleroi et en partenariat avec le CDN de Béthune. Projet réalisé dans le cadre d'Interreg III, Mons - Valenciennes. Avec le soutien de l'ADAMI.
Nous sommes à Elseneur, haut lieu légendaire d'un Danemark baignant dans l'obscurantisme, rempli d'intrigants, de tireurs de ficelles, de traîtres, de comédiens ringards prêts à tout pour quelques sous.
Elseneur est une fosse aux lions où circulent toutes les rumeurs, les vérités et leurs contraires.
Des artistes ont été réquisitionnés et amenés au château pour le bon plaisir du prince fou.
Bouffons servant d'appât pour jeux de cirque ou mouches prises au piège d'une immense toile d'araignée ? Suite dans la salle. L'affaire Elseneur, c'est un polar politique, théâtre de la cruauté et du délire.

top
  FESTIVAL DE DANSE :
Mons > Auditorium Abel Dubois. R.T.B.F > Les vendredi 15 et samedi 16 novembre 2002 > 21h Amami / Compagnie Mateo Moles - Danse
Italien d'origine, installé en Belgique, Mateo Moles a travaillé avec Michèle-Anne de Mey, Béjart ou encore Thierry Smits.  Un parcours qui l'a mené en 1996 à créer sa propre compagnie.
Dans cette nouvelle création, Mateo Moles tente de concentrer la réflexion sur la notion d'identité dans ce XXIe siècle, héritier d'une époque qui a complètement bouleversé les données en prônant l'égalité des sexes et en remettant ainsi fondamentalement en cause le modèle archaïque de leur
complémentarité.

top
Mons  > Machine à eau > Le  samedi 16 novembre 2002 > 19h30  A Bras le Corps / Boris Charmatz - Danse
« Cela ne pourrait être qu'une simple lutte de garçons à l'insolente santé : mais des glissements de pieds inattendus, des nonchalances de poignets, des cris de résistance, le violon des caprices de Paganini constituent autant d'éléments qui ajoutent de l'étrangeté et de l'émotion à cette virile performance. Les spectateurs placés autour des danseurs à les toucher, n'ignorent rien de leurs efforts : ruissellement de sueur, rougeur de la peau cognée au sol, souffle oppressé, fragilité fugitive du regard, douceur d'une main. » D.Frétard.Le Monde.

top
Espace Gérard Philippe-Feignies > mardi 19 novembre > 19h30 Avant un mois / Christian Rizzo - Danse

top
Théâtre du Manège - Maubeuge > Mardi 19 novembre > 21h Russel Maliphant  - Danse

top
Aulnoye-Aymeries > Jeudi 21 novembre > 20h30 Le Sacre - O Sacrificio / Claudio Bernardo - Danse
 

top
Théâtre du Manège -Maubeuge > vendredi 22 et samedi 23 novembre >19h30 Raining Dogs / Michèle-Anne De Mey - Danse

top
Théâtre du Manège - Maubeuge > Vendredi 22 novembre > 21h L'ordre de la bataille / Heddy Maalem - Danse

top
La Luna - Maubeuge > Samedi 23 novembre > 21h Bill T'Jones - Danse

top
Mons.Les Arbalestriers > Les 23, 26 et 27 novembre 2002 > 20h30 > Le dimanche 24 novembre 2002 > 16h Au bord de l'eau - Eve Bonfanti et Yves Hunstad (auteurs, concepteurs, acteurs) [création]
Une coproduction de la Fabrique Imaginaire et du manège.mons Centre Dramatique.
Avec l'aide de l'association Beaumarchais, le soutien du groupe des 20 Théâtres en Îles de France, du Théâtre d'O à Montpellier et du Ministère de la Culture de la Communauté française de Belgique.
Il y a plusieurs années, Eve Bonfanti et Yves Hunstad participaient à une aventure théâtrale collective pour quatre personnages, nommée Le Pic-Nic .
A l'époque, ce projet ne put se poursuivre.
Les quatre personnages du Pic Nic, abandonnés, allèrent se percher dans les cintres du théâtre en attendant d'autres vents imaginaires. Aujourd'hui, Eve Bonfanti et Yves Hunstad présentent leur dernière création, baptisée Au bord de l'eau  et dans laquelle deux auteurs racontent au public la pièce qu'ils sont en train d'écrire, une pièce avec quatre personnages imaginaires qui descendent des cintres d'un théâtre pour venir passer une journée au bord de l'eau. on pourrait même dire au bord du public.
Eve Bonfanti et Yves Hunstad sont des poètes à l'état pur qui jonglent avec l'art de simuler l'apparence du rien et jouent avec tout.

top
Mons. Théâtre Royal de Mons > Le mercredi 4 décembre 2002 > 20h30 la la la human steps - Danse
Chorégraphie d'Edouard Lock
Une coproduction LG Arts Center (Séoul), Théâtre de la Ville (Paris), Internationale Tanzwochen Wien (Vienne), Centre national des Arts (Ottawa), Het Muziektheater (Amsterdam), de Singel (Anvers), Léonard De Vinci/Opéra de Rouen et Festival Montréal en Lumière.
La La La Human Steps est soutenue par le Conseil des Arts et des Lettres du Québec, le Conseil des Arts du Canada, le Fonds de stabilisation et de consolidation des Arts et de la Culture du Québec, le Ministère des Affaires étrangères et du Commerce International du Canada et le Conseil des Arts de la Ville de Montréal.
Edouard Lock s'est acquis une réputation internationale par le langage chorégraphique qu'il développe dès les débuts de la compagnie. Son art s'attache au mouvement et à lui seul, dont il cherche à faire surgir la poésie, à travers les corps sauvages et fougueux, souvent amenés à la limite de l'abstraction. La surcharge d'informations, l'extrême rapidité d'exécution du mouvement, la complexité gestuelle et la juxtaposition d'éléments chorégraphiques, musicaux et filmiques, créent l'illusion et déjouent la perception du spectateur.
«Lock va au-delà de toutes limites. Son langage physique révolutionnaire a influencé toute une génération de danseurs et a réussi à imprégner son époque». Die Welt, Berlin

top
Maubeuge.La Luna > Les vendredi 6 et samedi 7 décembre 2002 > 20h30  La cerisaie d'Anton Tchekhov 
Mise en scène de Michel Dezoteux
Un spectacle du Théâtre Varia en coproduction avec Le Lieu Unique/Scène Nationale de Nantes.
La pièce nous raconte le retour de Ljoubov. «Le retour du héros». Après cinq ans d'absence, elle rentre à la maison, en Russie. Elle avait suivi son amant à Paris par amour, pour oublier son passé.  Son retour nous raconte sa fuite. C'est une femme toujours belle, sensuelle et séduisante qu'attendent ses parents, ses amis. Elle leur apparaît ainsi, comme une femme qui vient d'accomplir un long voyage et qui, follement heureuse de rentrer, dans le train, n'a pas cessé de pleurer.
Lioubov vit la joie violente de son retour en même temps que l'assaille l'horreur de ses souvenirs. C'est dans ce tourbillon d'émotions superposées, mélangées à l'extrême, jusqu'au baroque, au déraisonnable, à l'absurde que se concrétisent les comportements paroxystiques des personnages tchekhoviens, et ce jusqu'à la comédie. C'est dans l'énergie vitale de leurs convictions contradictoires que se trouvent leur humanité et le théâtre de leurs existences. Michel Dezoteux.  Janvier 2001
«Tourbillons d'émotions : Tchekhov respire d'une palpitation juste, comique et tragique, entre les mains de M.Dezoteux et de comédiens inspirés: une Cerisaie comme on en rêve».  Le Vif/L'Express. 2001
«Les comédiens sont époustouflants, nourrissant la complexité des personnages de contradictions tellement humaines (.) On n'en finit pas d'aimer le théâtre de Tchekhov surtout quand il vient caresser nos émotions, glisse sur une pointe de rire dans une situation désespérée. Michel Dezoteux a réussi cette délicate alchimie et livre une Cerisaie belle à ravir, émouvante. Le Soir. 2001

top
Mons. Les Arbalestriers > Les lundi 9 et mardi 10 décembre 2002 > 20h30 En attendant godot de Samuel Beckett 
Mise en scène de Lorent Wanson
Avec Cyril Briant, Frédéric Hérion, Grégory Praet, Renaud Riga et Calo Valenti.
Une coproduction du Centre Dramatique Hainuyer et du Théâtre National de la Communauté Wallonie Bruxelles avec la participation du Centre des Arts Scéniques et de Théâtre et Publics.
En janvier 49, Samuel Beckett terminait d'écrire  En attendant Godot , sa première pièce de théâtre. Elle allait provoquer le scandale puis entraîner le succès, passer à la postérité et ouvrir la voie à d'autres chefs-d'oeuvre.
A l'époque, le vent de l'absurde était existentiel, métaphysique. La guerre et Hiroshima avaient creusé un grand trou sur la terre comme au ciel, effaçant tout sens et tout «god».
Cinquante ans après, attendre Godot ?
A travers son spectacle, l'éternelle attente pour Lorent Wanson se déclinera au présent dans la rage de chaque instant perdu et le désespoir se fera moteur, tournant à vide, mais tournant encore parce qu'on n'est pas tout à fait mort.
En clôture de sa tournée internationale, nous accueillons une dernière fois ce superbe spectacle à Mons.

top
Mons. Les Arbalestriers > Le samedi 14 décembre 2002 > 20h30  Kaash - Akram Khan - Danse
Coproduction The South Bank Centre, The Tramway, The Vooruit, Sampad, DanceEast, La Maison des Arts de Créteil, Wexner Center for the Arts at The Ohio State University with the support from the Doris Duke Charitable Foundation.
Akram Khan Company is supported by the Arts Council of England, London Arts and The British Council, Kaash has also been created with generous support from The Quercus Trust, The Jerwood Space and Birmimgham DanceXchange.
Né à Londres de parents originaires du Bangladesh, Akram Khan a d'abord été initié au kathak traditionnel puis à la danse contemporaine. Il participe au projet PARTS, école fondée et dirigée par Anne-Teresa de Keersmaeker. Au coeur de son travail, l'émergence d'un langage gestuel nouveau : le kathak contemporain, élaboré à partir des rapports entre les techniques de danse moderne occidentale et la danse traditionnelle d'Asie du Sud.
Kaash signifie «et alors ?» en hindou.
Une évocation des dieux : Ganesh, Krishna, Shiva, chacun dépositaire de qualités symboliques et rythmiques musicales ancestrales. La construction de ce travail chorégraphique est donc étroitement liée aux cycles musicaux traditionnels de la musique hindoue.
Il emprunte également au cinéma le procédé du flash back proposant le dénouement au commencement de la pièce, une manière de saisir avec d'autant plus de force le processus en cours.

top

2003

 

2003
Lou ou les infortunes de la vertu (14>19/1)
I Polacchi/Les Polonais (25/1)
Discours de l'indien rouge (26/1)
L'automne de mon printemps (28-29/1)
Helikopter - Le sacre (30/1 à Maubeuge)
L'école des femmes de Molière (8-9/2)
Six personnages en quête d'auteur (11-12/2 à Maubeuge)
. Le mouvement-mons [Danse-Musique-Arts Plastiques]
Paixão (7>9/2); Trois mouvements chorégraphiques pour études sur les effets (28/2>2/3)
A ta folie (18>20/2)
les ambassadeurs de l'ombre (7-8/3)
Men need sleep - danse (8>15/3)
Khalal - Treibgut 2a (14-15/3)
Moscou nuit blanche (12>18/3)
Louise (8>11/4)
Les Folies à Maubeuge (24>28/6)
Festival au carré (1>15/7)

Mons. Les Arbalestriers > Du 14 au 18 janvier 2003 > 20h30 > Le dimanche19 janvier 2003 > 16h Lou ou les infortunes de la vertu.  [création]
de & avec Sylvie Landuyt  - Dramaturgie de Sophie Hermant. 
Musiques de Fabrizio Minichiello et Louis Cardinal (Gaspésie). Une production de l'Agora Théâtre en co-production avec le manège.mons Centre Dramatique.

Lou, cheveux rouges, c'est Laura, Lola.
«Lou, mon p'tit loup» comme l'appelle sa grand-mère
Lou, petite fée fragile perdue au milieu des villes.  Son envie de séduire pourrait la conduire, au détour d'un chemin, vers un grand méchant qui ne lui voudrait pas que du bien.
Ca vous rappelle quelque chose ? Peut-être. peut-être.
Un conte drôle et tragique à la fois qui vous ramènera, sans doute, à vos frayeurs nocturnes de petit enfant.

top
Mons. Les Arbalestriers Le samedi 25 janvier 2003 > 20h30 I Polacchi (Les Polonais)
Découvertes scèniques surprenantes.
En collaboration avec le Festival de Liège.
Tiré de l'irréductible Ubu Roi d'Alfred Jarry
Dramaturgie et mise en scène de Marco Martinelli
Un spectacle du Teatro delle Albe (Ravenna-Italie)
(.) Un spectacle mordant, plongé dans l'imaginaire composite et méchamment post-moderne typique des mises en scène de Martinelli. I Polacchi laisse déborder au fur et à mesure que l'action avance un malaise, une horreur intime des gestes et des pensées de notre époque qui dépassent les simples marques d'une réécriture légère : on est dans un climat de descente aux enfers, ainsi que suggère le décor, d'un très bel impact visuel. Renato Palazzi,Il Sole 24 Ore/98
I Polacchi a été accueilli par la critique italienne comme un des spectacles les plus surprenants et importants de ces dernières années.

top
Mons. Les Arbalestriers
Le dimanche 26 janvier 2003 > 16h
Discours de l'indien rouge 
D'après deux textes de Mahmoud Darwich
Dans une mise en scène de Mohamed Rouabhi
Une coproduction du Festival de Liège-Compagnie les Acharnés. Une création réalisée à partir de deux ouvrages du grand poète Palestinien 
Mahmoud Darwich: une mémoire pour l'oubli et Le discours de l'indien rouge.

top
Mons. Les Arbalestriers
Les mardi 28 et mercredi 29 janvier 2003 > 20h30
L'automne de mon printemps
Marionnettes de Tbilissi
Mise en scène et scénographie de Rézo Gabriadzé
La version originelle de la fabuleuse histoire de l'oiseau Boris, volatile philosophe et facétieux, a vu le jour à Tbilissi dans les années 80. Rézo Gabriadzé recrée cette fable pétrie d'humanité et de poésie, en lui donnant davantage d'ampleur et en accordant une importance considérable à la musique, puisée dans le répertoire traditionnel géorgien.
Ecrivain, scénariste, peintre et cinéaste, Rézo Gabriadzé est «l'auteur» de ses spectacles : il écrit le texte, sculpte les marionnettes, fait la mise en scène et les décors. Son théâtre se nourrit des mythes et légendes de sa Géorgie natale, ce petit pays à la culture très riche et très ancienne, puisqu'elle date de trois millénaires. « C'est dans l'interstice entre le réel et l'onirique que se meuvent ces petits êtres de terre et de pâte ».  L'Humanité.  23 octobre 1996

top
Maubeuge. La Luna > Le jeudi 30 janvier 2003 > 20h30 Helikopter - Le sacre / Angelin Preljocaj - Danse
Deux pièces pour se replonger dans l'univers d'Angelin Preljocaj et du Centre Chorégraphique National d'Aix en Provence.
Helikopter sur une musique de Stockhausen interprété par le Quatuor Arditi, et des images de Holger Förterer (que nous avions accueilli au Festival Via dans le cadre de l'exposition «Nouvelles Technologies»). Le bruit des turbines d'hélicoptères mêlé aux glissendi du quatuor et la virtuosité des six danseurs se déplaçant dans un «lac d'ondes magiques» font de cette partition dansée un pur moment d'extase.
Le Sacre, pièce mythique dansée sur une musique de Stravinski (interprétée par le Chicago Orchestra, sous la direction de Daniel Barenboïm) est ici revisité par Preljocaj avec toute la force d'une ouvre qui relève aussi bien de la fascination que d'une terreur ancestrale. Une musique qui n'a de cesse de charrier la lente montée du désir, en même temps qu'une sorte de panique contenue.

top
Mons. Les Arbalestriers > Le samedi 8 février 2003 > 20h30 > Le dimanche 9 février 2003 > 16h

L'école des femmes de Molière
Mise en scène de Jacques Delcuvellerie
Avec Luc Brumagne, Jeanne Dandoy, Sacha Kremer, Henri Monin, Max Parfondry, Julien Roy, Alexandre Trocki, Michèle Vegairginsky, Anne-Laure Fabre et Mario Guzmàn.
Une coproduction de l'Atelier Théâtre Jean Vilar et du Théâtre National de la Communauté Wallonie-Bruxelles. Avec l'aide de Théâtre et Publics et du Groupov.
Qu'est-ce qui nous touche dans l'Ecole des Femmes ?
Le vieux thème du jeune amour triomphant éternellement des contraintes et des pièges ou cette figure érotique de l'innocence qui s'éveille au désir dans l'intransigeance de sa naïveté ?
Jacques Delcuvellerie interroge le théâtre de Molière avec l'intention de l'aborder «autrement».
Il nous promet le même succès aujourd'hui qu'à l'époque de sa création en 1662.  Le temps serait-il aboli ?


top
Maubeuge. La Luna > Les mardi 11 et mercredi 12 février 2003 > 20h30

Six personnages en quête d'auteur - Pirandello
Mise en scène de Emmanuel Demarcy-Mota
Nouvelle traduction de François Regnault Compagnie Théâtre des Millefontaines
Un théâtre vide, un plateau nu, inutile de faire semblant. Ou plutôt si. C'est toute la question du semblant qui se pose ici, celle des rapports de l'illusion à la réalité. La pièce de Pirandello peut exprimer toute sa puissance, parce qu'elle contient un mystère qui est la contamination du monde visible par le monde invisible, «un monde surréel», où la magie prend naturellement sa place dans le théâtre.
Le théâtre se trouve alors envahi par ce qui lui est essentiel, sa sève : les personnages ! Des personnages qui ne sont pas seulement en quête d'auteur, mais de la totalité du théâtre. Tout le théâtre doit se mettre à leur service, être vampirisé par leur existence, par leur inachèvement, par leur drame violent qui n'est même pas consommé. Ce drame qu'il faut répéter pour le faire advenir.
«Cest comme si l'on assistait à la naissance du théâtre. Par la poésie, l'instinct, l'intuition du mystère, Emmanuel Demarcy-Mota libère ce «chaos organique et naturel» dont parle Pirandello». Le Figaro Magazine.


top
  Le mouvement-mons.
Rencontres [Danse-Musique-Arts Plastiques]
Où les sons et les gestes se répondent dans la magie d'un lieu unique.
Machine à eau Les 7, 8 et 9 février 2003 > 20h30

Paixão
Nouvelle création d'As Palavras - Cie Claudio Bernardo créée pour Bruges/Brugge 2002 avec Nir de Wolf, Frédérique Galliot, Grégory Kamoun, Jean-Gilles Lowies, Anne-Cécile Massoni, Milton Paulo, Carole Quettier, Thomas Regnier, Adva Zakai. En collaboration avec la plasticienne Marie-Jo Lafontaine, le dramaturge Icaro Alba et le musicien Marc Zuili.
D'après l'Evangile selon St Mathieu.
«La pièce aborde dans un univers pasolinien les questions sur le pouvoir des idéologies, les prises de territoire et les passions qui en découlent.» Claudio Bernardo


top
Machine à eau. Les 28 février, 1er et 2 mars 2003 > 20h30

Trois mouvements chorégraphiques pour études sur les effets.
Composition électro-acoustique : Philippe Libois (création)
Initiateur et concepteur de ce projet transdisciplinaire, Claudio Bernardo a imaginé rassembler trois chorégraphes autour d'un compositeur. Sur le plan musical, chaque étude porte sur un effet de traitement du son dont les possibilités sont explorées à travers la pièce. Ecrites pour sextuor et deux techniciens modulateurs, elles seront interprétées par l'Ensemble Musiques Nouvelles dirigé par Jean-Paul Dessy.
Le «Centre de Recherche et de Formation Musicale de Wallonie»  assurera la partie électronique et la spatialisation. Sur le plan de la danse, trois chorégraphes choisis pour leur expérience professionnelle et pour leur travail autour de l'abstraction et du mouvement puiseront leur inspiration dans la matière sonore précitée. Trois visions de la danse sur la musique, mise en espace et en mouvement des sons et des corps.
Une production d'As Palavras - Cie Claudio Bernardo, du manège.mons, de Musiques Nouvelles et du Centre musical de recherche de Wallonie. Avec le soutien de la Communauté française et du manège.mons.


top
Mons. Les Arbalestriers > Le mardi 18 février 2003 > 13h30
Les mercredi 19 et jeudi 20 février 2003 > 20h30 

A ta folie [création]
Un texte d'Eve Bonfanti, Yves Hunstad et Etienne Van der Belen - Mise en scène de Simmone Moesen / Avec Etienne Van der Belen - Spectacle produit par l'A.S.B.L. Chispa, en coproduction avec le Théâtre de la Balsamine, La Maison de la Culture de Tournai et de L'Eden de Charleroi.
Avec l'aide du Ministère de la Communauté française, Direction Générale de la Culture, Service du Théâtre.
A ta folie ! est un voyage imaginaire.  Celui qu'un certain Fernando fait, par amour, en compagnie de sa grand-mère qui vient de mourir.
Fernando nous invite à larguer les amarres dans le monde des esprits, à partir loin dans l'au-delà de « l'autre vie », à la suite de sa grand-mère, tendre Don Quichotte des temps modernes. Et sur le chemin, retrouver ses compagnons de route préférés, Saint François d'Assises, Karl Marx et Frédéric Chopin, sans oublier l'ineffable poète portugais Pessoa, personnage étrange au prénom homonyme de celui qui sur scène nous raconte ses récits.
Fernando nous entraîne dans cet hymne à la «douce folie», petit grain vital qui ouvre à l'infini le jardin des possibles, et sans lequel l'être humain ne serait sans doute « qu'une petite bête en bonne santé ».


top
Saint-Ghislain. Centre Culturel > Les vendredi et samedi 7 et 8 mars 2003 > Durée : 2h15

Les ambassadeurs de l'ombre
Lorent Wanson et des familles du Quart-Monde
Avec Monique Borcy, Angélique Brancato, Angélique Dupuis, Viviane Dupuis, Ruddy Dupuis, Gwenael Dupuis, Viviane Dupuis, Ruddy Dupuis, Cindy Gillard, Marie-Thérèse Givart, Hichem Grissi, Hector Guichart, Grégory Hamdan, Yvette Hamelinck, Anne Lamaille, Nora Marsaoui, Carmelo Mezzasalma, Michele Mezzasalma, Esméralda Parmentier, Méghanne Parmentier, Raphaël Parmentier, Iris Plassof, Micheline Van den Eynde, Christian Vilain, Nathalie Vildaer, Lorent Wanson, Christine Wante.
Il s'agit de donner la parole à ceux qu'on dit, ou qu'on veut muets. Une prise de parole collective, une fable qui raconte la vie de ceux qui en souffrent souvent. Mais cette fable se voudrait aussi celle de la joie de vivre malgré les douleurs. Lorent Wanson
On ne raconte pas toute notre vie, on raconte un petit peu. On est chacun un neutron et l'ensemble de la pièce devient la bombe atomique. Viviane Dupuis
Raconter la vie, relater l'histoire des gens d'ici, des familles de Bruxelles. Faire entendre leurs voix et les rythmes de leurs parcours syncopés. Entrechoquer les mondes et les rencontres. Entrechoquer les réalités de la cité et y instaurer le débat. Un débat en résistance, un dialogue collectif, épique et festif pour une scène ouverte comme une agora au centre de l'Europe.
De rencontres en discussions, Les Ambassadeurs de l'ombre s'est élaboré, au jour le jour, avec des familles parmi les plus démunies de la capitale, en faisant du dialogue la base et le garant de la fable de ces Ambassadeurs de l'ombre.


top
Mons. Les Arbalestriers > Les 8, 12, 13, 14 et 15 mars 2003 > 20h30 > Le mardi 11 mars 2003 à 13h30 > Le dimanche 9 mars 2003 à 16h 

+ 1>5/4
Halles de Schaerbeek

Men need sleep - Namur Break Sensation 
Conception et mise en scène de Jean-Michel Frère. Chorégraphie : Namur Break Sensation et Jean-Michel Frère. Scénographie : Marcos Vinals Bassols.
Création sonore : Chazam
Une coproduction du Centre Dramatique Théâtre de Namur, du manège.mons Centre Dramatique, la Compagnie Victor B/Jean-Michel Frère et Namur Break Sensation en collaboration avec les Halles de Schaerbeek.
Avec : Chazam (musicien), Pierre-Yves De Jonge (acrobate), Cox Langer (acrobate), Cille Lansade (acrobate), Guillaume Roose (danseur), Julien Roose (danseur), Bashkim Topojani (danseur).
Après la reconnaissance internationale de S.C.35c (plus de 20.000 spectateurs, 65 représentations en Belgique, Italie, France, Tchéquie, Pays-Bas), Namur Break Sensation et Jean-Michel Frère se retrouvent pour un second projet : Men need sleep.
C'est dans la Métamorphose que Kafka fait dire à son héros : «L'homme a besoin de son sommeil», suggérant que sans un minimum de repos, la vie éveillée peut être peuplée de cauchemars et d'hallucinations, de malaises et de vertiges.
Entre Kafka et David Lynch revisités par Tati, Men need sleep expose ses protagonistes au défi de l'apesanteur et des équilibres impossibles. Après le mix danse-théâtre de S.C.35c, Jean-Michel Frère et les trois danseurs de Namur Break Sensation rencontrent cette fois le langage du cirque : acrobates et danseurs explorent les possibilités infinies d'un mur : break à la verticale, courses à 90°, escalades, sauts, chutes, déséquilibres, jeux d'illusions, les 7 interprètes de Men need sleep seront des créatures remuantes et bondissantes d'une nouvelle histoire à dormir debout.


top
Machine à eau. Les 14, 15 et 16 mars 2003 > 20h30

Khalal - Treibgut 2a - Spectacle-performance 
Sculpture mobile, corps en mouvement, musique.
Khalal: Arabe berbère: épingle constituée d'un anneau, d'une aiguille qui servait à ajuster le vêtement féminin.
Khalal est l'interstice, l'intervalle, le non-espace reliant, un hiatus (conflit) unifiant. Ce qui animera l'homme-danseur dans cet «univers», c'est un manque et la sublimation de celui-ci, un sentiment paradoxal de vide et de plénitude. C'est de là que part la dynamique, le désir de s'ouvrir vers «l'espace en devenir», de s'élancer dans «l'espace du dedans» D.Bertelsmann

Conception, réalisation, scénographie de Dietlind Bertelsmann - Chorégraphie, interprétation, costumes de Claudio Bernardo - Musique. Violoncelle-solo : Friedrich Gauwerky - Lumières : Christian Halkin
Sculpture mobile-manipulation : Jörn Bihain
Assistance générale : Konstanze Weber

Une production de Treibgut asbl, en co-production avec le manège.mons et As-Palavras-Cie Claudio Bernardo, avec l'aide de Charleroi/Danses et du Ministère de la Communauté française.

As Palavras - Cie Claudio Bernardo
Tel : 02 640 36 56 - fax : 02 640 41 61
E-mail : guilmot.palavras@swing.be
Web : www.aspalavras.be


top
Mons. Théâtre Royal > Les 12, 13, 14, 15, 19 et 20 mars 2003 > 20h30
Le dimanche 16 mars 2003 > 16h 
> Le mardi 18 mars 2003 > 13h30

Moscou nuit blanche de Thierry Debroux [création]
Mise en scène de Thierry Debroux
Avec Marie-Ange Duteil, Guy Pion, Béatrix Ferauge, Dominique Tack, Nicolas Ossowski et Pascal Charpentier. Une coproduction Théâtre au Lieu/Théâtre de l'Eveil/Le Public.
Avec l'aide du Ministère de la Communauté française, service Théâtre. Dans un hôtel, au cour de la Russie d'aujourd'hui, se croisent hommes d'affaires, prostituées, mythomanes, nostalgiques, écrivains et journalistes en mal d'inspiration.
Ambiance de fin de siècle -ou de fin du monde? - où chacun tente de briser les barrières du désoeuvrement en agitant les fantasmes d'une prospérité illusoire.


top
Mons. Les Arbalestriers > Les 8, 9, 10 et 11 avril 2003 > 20h30 

Louise [création]
Une écriture collective de Espèces de .
Mise en scène de Lara Persain
Avec Angélique Chartry, Béatrice Cué, Isabel Cué, Martine Léonet et Sara Puma.
Une coproduction du Théâtre de la Place.
«Nous, femmes nées dans les années 1960-1970, femmes au quotidien, femmes mères, filles, chômeuses, célibataires, mariées, divorcées. nous nous sentons perdues comme des étoiles, des points de suspension dans l'infini.
Sans après.  Nous sommes fatiguées».
Cinq personnages, cinq cousines, que la vie avait plus ou moins séparées, se retrouvent lors du décès de leur grand-mère Louise. Ces retrouvailles vont leur permettre de confronter leurs vies d'aujourd'hui réveillant peu à peu les rancunes du passé, révélant leurs peurs, les manques, les failles et leur extrême solitude. Mais le fait d'être ensemble va aussi leur donner le courage de réinventer des rites personnels et collectifs tissant ainsi les fils invisibles de leur mémoire.


top
Maubeuge
24>28/6

Les Folies à Maubeuge 
Musique nouvelle scène danse exposition


top
Mons. Carré des arts
1>15 juillet 2003

Festival au carré

  

  

  

  

  


top
 
Le Manège.Mons
Centre Culturel Transfrontalier
Rue des Soeurs Noires, 4A
B-7000 Mons

Réserv.:
065 39 59 39

Administration : 
Tél : 065 39 98 00
Fax : 065 39 98 09

E-mail :
contact@lemanege-mons.be


Site officiel :
www.lemanege-mons.be
 


Le bureau de location est ouvert du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 17h ; 
le vendredi jusque 20h00.

Billetterie :
Grand Place - 7000 Mons

Lieux :
- Arbalestriers
70  Rue des Arbalestriers
7000 Mons

- Machine à Eau 
Bd. Dolez, 51 - 7000 Mons

Le Manège
à Maubeuge/France

- La Luna
à Maubeuge/France


  iDearts © 1999-2004 - All rights reserved