Théâtre de la Balsamine

ARCHIVES 2001>2005

2001


8/12

Fête de réouverture - Entrée libre

9/12

Sans tambour ni trompette - Concert - Entrée libre

12>15/12
21.00

BXL nous appartient - Entrée libre dès 19h30
Participez à la mémoire sonore de la ville...
Deux metteurs en scène (Isabelle Pousseur et Valérie Cordy) et un chorégraphe (Thierry Smits) réinterprètent en compagnie d'auteurs (Jean-Marie Piemme, Antoine Pickels, Patrick Lerch), ces récits de ville qui sont ici interprétés à travers 3 projets présentés dans la même soirée.
En marge des représentations, une installation sonore conçue par Alexandra Dementieva, vous fera entrer dans les préoccupations, l'intimité ou l'imaginaire de vos voisins.
En clôture, grande soirée dansante le samedi 15/12 à 23h.

19>22/12
21.00

Les artistes de la saison - Entrée libre (réserv. indispensable)
Au long de 4 soirées uniques, les artistes de la saison vous présentent des extraits des spectacles de la saison à venir, leurs projets en cours...

26>29/12

>>> Noël au théâtre (26>30/12) 

A la Balsa : Trois millions d'années tartine - Compagnie de la Casquette (26/12 20h30, 27/12 15 & 20h30, 28/12 20h30, 29/12 15 & 20h30). De 7 à 10 ans
Pourquoi j'ai que 8 ans ? Pourquoi j'suis une fille ? Un caillou, c'est vivant ? Qu'est-ce que je serai, quand je serai grande ? L'âge des grandes questions. Au fil des saisons, quelques bulles de vies de deux enfants. Deux amies pour la vie, dans une pièce étrange. la pièce à jouer. L'histoire commence il y a trois millions d'années.
Mise en scène Christian BAGGEN
Enregistrement Charles HENRY avec la voix de Suzy FALK
Avec Marie-Pierre MEINZEL - Isabelle VERLAINE
2002



10>14/1
24>26/1
21.00
Amphithéâtre

Histoire sans gravité de Abel & Gordon
Un beau matin, Lily Hopkins se fait kidnapper en pleine rue par des êtres venus d'une autre planète...
André, terrorisé, attend depuis 3 mois sans comprendre le pourquoi de son enlèvement.
Les extra-terrestres souhaitent savoir ce qu'est l'être humain.

17>21/1
31/1>4/2
21.00
Amphithéâtre

Sous presssion - Un spectacle des "Witloof"
de et avec Thierry Craeye et Daniel Van Hassel
"Que celui qui n'a jamais stressé leur jette la première bière..."

7>11/2
21>25/2
21.00
Amphithéâtre

Bouche B. de et avec Simon André et Jan Hammenecker
Spectacle d'une variété nouvelle.

1-2/2
7>9/2
14>16/2
21>23/2
20.00
Petite salle

Faut qu'j'm'y mette de et avec Patrick Beckers
Comment s'en sortir quand on tombe dans un trou de mémoire ?
Il faut le remplir avec tout ce qui passe à portée de tête...

7>16/3
21.00
Relâche dim
& mardi
Amphithéâtre

Estrades de Jean-Pierre Willemaers - Cie Projet daena
Mise en scène de Pietro Varasso - Scénographie d'Olivier Wiame
Mannequins, marionnettes, masques : Dominique Brevers
Travail du chant : Brigitte Romano, Travail du rap : Pierre Etienne, avec Abdel Bellabiad, Olindo Bolzan, Frédéric Ghesquière, Nathanaël Harcq, Aude Lorquet, Jean-François Noville, Lara Persain, Sara Puma, Isabelle Urbain.

Telle une fête hallucinatoire, un héros ou anti-héros y dissèque ses démons, pic au poing, exilé de lui-même, il avance dans la galerie de son histoire souterraine.

17>27/4
21.00
Relâche dim
& mardi
Amphithéâtre

L'un et l'autre de & avec Olivier Thomas & Véronique Dumont

3>11/5
20.00
Relâche dim
& mardi
Amphithéâtre

L'abitasion brize le ven de notre jardin de Magali Pinglaut et Laurence Vielle, d'après "Ecrits Bruts" Michel Thévoz.  
Mise en scène de Pascal Crochet.

20>25/5 21h
Version
 française

 Théâtre de la Balsamine, Av. Félix Marchal 1, 1030 Bxl

7>11/5 20h
12/5 18h
Version
néerlandaise

de bottelarij, Rue Delaunoy
straat 58,
1080 Bruxelles


- Boumkour/Cuisine et dépendances | Théâtre [Création]
Dito'Dito (B),  Version en français et néerlandais !!
  dans le cadre du kunstenfestivaldesarts
> 070 / 222.199 - Site officiel : www.kunstenfestivaldesarts.be 

D'un côté, une pièce à succès : Cuisines et dépendances - Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri ; de l'autre, un best-seller au rayon des romans : Boumkour - Rachid Djaïdani. D'un côté, les vicissitudes d'un couple sans histoire qui invite, au salon, des gens que l'on ne verra jamais en cuisine; de l'autre, la vie comme elle est en banlieue parisienne. D'un côté, dialogues efficaces, humour français ; de l'autre, maîtrise d'argot suburbain, témoignage à la première personne. D'un côté, une première oeuvre écrite par un tandem médiatique ; de l'autre, la première ouvre d'un gars qui se tape encore tous les contrôles d'identité au faciès. Depuis, un théâtre flamand, un francophone et un festival bilingue se sont unis pour coproduire une compagnie flamande bilingue dont la réputation n'est plus à faire.


5>29/6

> Bacillus

Danse à la Balsa VI 
 
Retour du festival de danse à la Balsamine après une interruption depuis 1996

Au programme :
5/6, 21h : travaux des ateliers dirigés
6-8/6, 21h : Brucelles de Karine Ponties
13-15/6, 19h30 : Bacillus 2-9-3 de la Cie D'ici P
13-15/6, 21h30 : Je te songe - Fuelpalbar Cie
20-22/6, 19h30 : Raining Dogs - Michèle Anne De Mey
20-22/6, 21h30 : White Out - Cie Velvet
27-29/6, 19h30 : Roberto & Roberta, c'est une histoire d'amour - Tamat
27-29/6, 21h30 : Sames - Cie Pierre droulers

Saison 2002-2003

2002

  


15/9
20.30

Quatre heures à Chatila de Jean Genet 

4>28/9
20.30
Relâche dim
& mardi
Amphithéâtre

Ce qui est en train de se dire de Martine Wijckaert
avec Christian Crahay (le père), Didier Chaumont (le grand), Héloïse Jadoul (la fille) & Véronique Dumont (la petite).
Mise en scène de Martine Wijckaert.

"Ce qui est en train de se dire" est le réseau subliminal qui se tisse entre le père, le grand, la fille & la petite.
"Ce qui est en train de se dire" sera en train de s'écrire sur le thème de Johannes-Passion de Johan Sebastian Bach.
C'est donc une Passion où la prise de parole -qui va en se ramifiant pour révéler tout l'arbre familial- trace un chemin, sous forme d'aveu exponentiel, et qui va de l'obscurité rebelle à la clarté de la solitude.
"Ce qui est en train de se dire" propose un mouvement fugitif vers quelque chose qui n'existe pas.

8>10/10
21.00
relâche
dimanche et lundi

N'être de Pietro Pizzuti 
Petites élucubrations sur le sens de nous mettre au monde

Dans un monde où les bébés se promènent les yeux écarquillés à la hauteur des tuyaux d'échappement, où bientôt le clonage remplacera l'étreinte des corps, où la barbarie pourrit l'homme depuis la nuit des temps, nous mettons encore des enfants au monde avec une espérance heureuse immuable qui cherche le sens de la vie.
"N'être" est le titre d'un spectacle qui naît devant vous chaque soir. Personne n'y peut rien, le théâtre est ce lieu où tout naît chaque soir. Depuis que nous travaillons à ce spectacle Laurence a mis au monde une Marilou, Nathalie une Zoé, Cécile un Lucas et Etienne une Morgane, puis un Maël, .
"N'être" parle des charnières de la vie: la naissance et la mort. La naissance arrache à la mort et la mort met un terme à la vie, l'une conduit à l'autre mais qui de l'une ou de l'autre ouvre et ferme?
Une légende explique l'origine de la petite fossette que nous avons tous au dessus de la lèvre supérieure: depuis qu'il est dans le ventre de sa mère le bébé sait tout du monde et de ses secrets, lorsqu'il naît, grande est son envie de tout nous raconter, au moment où il ouvre la bouche, un ange survient et pose un doigt sur ses lèvres: chut! *
"N'être" est un peu de silence trahi sur un plateau de théâtre, sans un gramme de désespoir mais un peu de tout le reste. vous allez voir ! (* dans "Le bébé est une personne"
de Bernard Martino - Éditions J'ai lu)

De et avec Stéphane Auberghen, Nathalie Laroche, Cécile Leburton, David Quertigniez, Pietro Pizzuti, Etienne Van der Belen et Laurence Vielle
Mise en scène : Pietro Pizzuti - Musique : Matthieu Ha
Lumières : Frédéric Vannes
scénographie et costumes : Véronique Leyens
gestion de production : Sylviane Evrard
diffusionIda Franchitti

En coproduction avec le Théâtre de la Balsamine et la Maison de la Culture de Tournai. Avec l'aide du Ministère de la Culture de la Communauté française et de la SACD,
avec le soutien du Théâtre Varia.

14>30/11

"LES DENTS " de Stanislas Cotton
Thématique de la guerre et question du pourquoi de l'acte guerrier comme unique réponse aux problèmes entre les Hommes.

Celle-ci se déroulera en deux temps :

A 21h00 : " LES DENTS " de Stanislas Cotton, mis en scène par Layla Nabulsi.

" La guerre est-elle notre unique héritage venu de la nuit des temps ? Est-ce une tare fatale et héréditaire suspendue aux basques de l'humanité ?  Toutes couleurs, tous continents ne brandit-on pas toujours une raison, même la pire, pour justifier nos instincts barbares ? Et qui sont-ils ceux qui reviennent ? Qui est-il celui qui revient de la guerre si c'est une chance d'en revenir ?
Le monde à besoin de cris proférés sur les scènes contre les abuseurs de pouvoir et les complexés supérieurs. Nous avons besoin de ces cris qui transcendent nos déboires et réveillent notre désir inné de fraternité. A quoi sert le théâtre s'il ne parle pas de la violence du monde ?
A quoi sert-il s'il ne bouleverse pas ?

A 19h00, lectures :
MACAMADA, VOLEURS DE VIE,LA GUERRE DES PETS
MAMOUCHKA

tous les soirs de représentations, lecture de textes, mis en écho au spectacle " Les Dents ".
En effet pour alimenter notre questionnement, nous avons passé commande à quelques auteurs d'un texte autour du thème de la guerre.L'entrée à ces lectures est libre.

5, 6, 7, 12, 13 & 14/12
21h
Gaspard
La Compagnie PAF le Chien et Isabelle Gyselinx 
Il y eut dans un autre temps, dans un autre lieu une histoire vraie qui s'est plus ou moins déroulée ainsi:
C'est en mai 1828, à Nuremberg. Un jeune homme sort de n'importe où, titubant, hagard, vêtu en paysan. Il porte une lettre adressée au capitaine de la cavalerie indiquant qu'il a été confié à des paysans dès sa naissance.
Il répète inlassablement une phrase en patois qui dit: "J'aimerais devenir un combattant comme le fût mon père." Il sait en tout et pour tout écrire son nom: Gaspard Hauser. D'abord interné dans une tour réservée aux vagabonds, le professeur Daumer, s'intéressera à lui, le prendra chez lui.
Commence alors son apprentissage. De la parole. A dire "je" aussi. Il se souvient confusément aussi qu'il a passé son enfance dans un "trou", nourri par un homme dont il n'a jamais vu le visage. Cinq ans après être revenu à la civilisation, il est poignardé. Il meurt.
Les recherches ultérieures ont permis de montrer que Gaspard était le fils putatif de Stéphanie de Beauharnais et du prince Charles de Bade, et qu'il avait été enlevé dès sa naissance puis remis à un garde-chasse, Franz Richter-alias "l'homme", pour détourner l'héritage de la couronne sur une lignée morganatique.
Telle fut son histoire, à celui qui exista réellement et n'est pas un personnage de théâtre. Celui qui est né sous la plume de Peter Handke n'est pas celui-là. Il est un personnage de théâtre, point. Peter Handke écrit d'ailleurs: "La pièce Gaspard ne montre pas ce qu'il en est réellement ou ce qu'il en fut réellement de Gaspard Hauser. Elle montre ce qui est possible avec quelqu'un. Elle montre comment, en parlant, on peut amener quelqu'un à parler. La pièce pourrait s'appeler Torture verbale."

 Avec : Henri Monin, Fabrice Schillaci, Francine Landrain
 Mise en scène et décor sonore : Isabelle Gyselinx
 Scénographie : Pierre Clément et Isabelle Gyselinx
 Régie et lumières : Manu Deck
 Régie son : Pierre Dodinval
 Régie plateau : Thierry Moors
 Costumes : Compagnie Paf le Chien
 Maquillages et masques : Dominique Brevers

Un spectacle de la Compagnie Paf le Chien et du Théâtre de la Place en collaboration avec le Théâtre de la Balsamine.

26>29/12 En Voiture - Temps forts sur le Théâtre d'objets 
La comédienne Agnès Limbos et La Compagnie Gare Centrale vous proposent, pour fêter leur vingtième anniversaire, de découvrir leur nouvelle création « Dégage, petit ! » ainsi que six spectacles « coup de coeur » de compagnies françaises et italiennes. Une manière ludique et festive, de mettre l'accent sur cette poétique particulière dont est porteur le «théâtre d'objet ».

Rendez-vous donc du 26 au 29 décembre au Théâtre de la Balsamine, pour des spectacles vivants, divertissants, émouvants, populaires, conviviaux et jamais vus en Belgique.

Petite cerise sur le gâteau : exposition d'objets hétéroclites déposés affectueusement par tous les complices de ces vingt années d'aventures. Une occasion de s'émerveiller, de se rencontrer et de se réchauffer pendant quatre jours d'hiver.
Jeudi 26 décembre 2002
A partir de 19h : ouverture du bar
20h : première en Belgique de : « Dégage,petit ! » de et par Agnès Limbos, Compagnie Gare Centrale
suivi de l'inauguration de l'exposition et du pot d'anniversaire avec un groupe de musique : Natural Quartet
Vendredi 27 décembre 2002
Ouverture à partir de 17h
18h : « Appel d'air » par le Vélo Théâtre (France)
20h : « Dégage, petit ! »
21h30 : « Trois petits suicides » par Gyula Molnar (Italie)
Samedi 28 décembre 2002
20h : « Dégage petit ! »
21h30 : « Vingt minutes sous les mers » par les Théâtres de Cuisine (France)
et « La conférence des petits papiers » par les Théâtres de cuisine (France)
Dimanche 29 décembre 2002
17h : « Dégage petit ! »
20h : « Dégage petit ! »
21h30 : « Pft fft fft » par le Théâtre Manarf (France)

Les 27,28 et 29 : « Les Puces savantes » entre- sort présenté par le grand Alfredo Panzani

Jeudi 26 décembre 2002  20h00
Vendredi 27 décembre 2002  20h00
Samedi 28 décembre 2002  20h00
Dimanche 29 décembre 2002  17h00 et 20h00


NOEL AU THEATRE
>>> Plus d'infos
Programme complet
Dégage, petit ! (CREATION) Dès 6 ans - Cie Gare Centrale
.le calme ne revint que tard dans la journée. Il attendit plusieurs heures encore avant de regarder autour de lui. Puis, il se dépêcha et courût à travers champs et prés, il y avait du  vent, il avait du mal à  avancer.

Avec les précieuses collaborations dans les laboratoires de travail :
Danse Nicole MOSSOUX - Martine GODAT
Travail d'acteur Nathanaël HARCQ - Anne-Marie LOOP - Gyula MOINAR - Francesca BETTINI / Synthèse Françoise BLOCH
Collaboration à la réalisation sabine DURAND
Création lumière et régie Marc LHOMMEL
Musique Philippe TASQUIN / Costume Françoise COLPE
Accessoires et décors Agnès LIMBOS - Marc LHOMMEL - Maurice VAN DEN BROECK / Distribution Agnès LIMBOS / Administration Yves ROBIC
Et la précieuse collaboration de Marie Kateline RUTTEN
Une coproduction de la Compagnie Gare Centrale, du Vélo Théâtre (France), du Très Tôt Théâtre (France) et du Théâtre de la Balsamine.

5>8/2
19>22/2
21h
Vivement chaque jour
Delphine Berger et Christophe Morisset 
Dans l'esprit d'un cabaret Dada, d'un cirque étrange, trois citoyens terriens volontaires sont livrés à des expériences électroménagères.
Une métaphore du réel comme un collage d'éléments disparates dont l'incohérence n'empêche en rien la terre de tourner.

 Conception, scénographie, costumes et interprétation : Delphine Berger, Christophe Morisset
 Regard extérieur et interprétation : Marc Draime
 Création lumière : Laurence Halloy
 Son : Roger Verhoven
 Production et diffusion : Anne Lemaire

11>16/2
21h
Sous Pression 
Thierry Craeye et Daniel Van Hassel 
Ce spectacle nous plongera dans un cadre de music-hall du début du siècle.
Les deux protagonistes vivent une relation d'amour/haine. En effet, ils ne peuvent se supporter, mais ne peuvent se passer l'un de l'autre.
L'univers visuel constitué de diverses techniques comme la magie, l'illusion, l'acrobatie, la jonglerie, la musique, permettra de faire évoluer nos 2 personnages dans des contextes divers.
Elle permettra également de voir se dessiner l'évolution de leurs émotions et relations.
Si nos 2 personnages clownesque nous ferons voyager tant dans le monde du music-hall que du cirque, teinté de cinéma muet burlesque et de dessins animés, ils nous emmèneront surtout dans l'univers du Rire.

 De et avec Thierry Craeye et Daniel Van Hassel
 Mise en scène : Pierre Richards
 Création lumière : Xavier Lebrun
 Scénographie et costumes : Christine Flasschoen
 Jeu d'acteur : Gordon Wilson
 Régie technique, son : Xavier Lebrun

Mars
Festival Les Giboulées
Festival consacré aux jeunes compagnies
Plus d'info >>> Programme complet

Mai

7>17/5
(relâche le dimanche, lundi et mardi)
Contusione è minima de Paul Pourveur
Une création de l'envers du théâtre

Création en langue française (Texte français : Elisabeth Brouillard et Paul Pourveur)

Ecrite pendant la guerre qui déchira l'ex-Yougoslavie et au début de l'«affaire Dutroux », cette oeuvre du plus francophone des dramaturges flamands
(à moins qu'il ne s'agisse du contraire) convoque scandaleusement en un même mouvement, les démons de la guerre et ceux de la sexualité.
La rencontre tragi-comique, sur une improbable autoroute belge, d'un pathétique duo de mâles abandonnés et d'une énigmatique auto-stoppeuse donne une fois de plus l'occasion à Paul Pourveur (« Aurore Boréale», «Les b@lges», «Décontamination». ) de déployer sa déconcertante dramaturgie de l'équivoque.

Plus d'infos : Lire l'article

Concours : 5 x 2 entrées gratuites

Juin
5>28/6 Festival Danse A La Balsa VII 
En juin, c'est désormais Danse à la Balsa qui donne le ton. Créations, premières bruxelloises, cette septième édition sera faite de retrouvailles et de découvertes. Carte blanche a été donnée à Pierre Droulers, seul chorégraphe réinvité cette année. Fatou Traoré, une habituée de la maison y présentera, elle, sa dernière création io, explorant à sa manière les rapports entre la danse et la musique live, mais à travers cette fois une écriture chorégraphique plus intime.
Pièce pour une danseuse et un musicien, io met en scène, en images, en gestes et en musique les mouvements intérieurs de la conscience et de l'inconscience en écho à l'ouvre d'Henry Bauchau. Retour sur nos scènes chorégraphiques de Karin Vyncke, avec une création qui vient de voir le jour après un accueil studio chez Maguy Marin au Centre Chorégraphique de Rillieux La Pape. Tramé sur une série de situations visitées, vécues ou racontées par trois danseurs/performeurs, Vlug stuk  traitera de la fragilité humaine et de son environnement dans sa beauté et sa cruauté. A la base de ce spectacle, des informations réelles, concrètes de l'actualité sociale et politique d'aujourd'hui projetées sur des écrans : Vlug stuk se veut une présentation physique des tensions intérieures et extérieures face au monde extérieur. Pour la première fois à Bruxelles encore, le Paixão de Claudio Bernardo, premier volet de sa trilogie consacrée à la mémoire et à la transmission. Partant de la figure de St Matthieu, suivant le fil rouge de la partition musicale de Bach et du film de Pier Paolo Pasolini, la pièce interprétée par neuf danseurs est néanmoins sous influence multiple. Yuriria Harris que l'on a pu suivre lors des éditions du festival Danse en vol organisé par le Théâtre de L'L présentera une création de sa Compagnie 127 fondée avec le scénographe Colin Junius. Conçue comme une forme en devenir constant et faite de successions de rapports improvisés entre la danse, la musique -ici le violon électro-acoustique de Cécile Broché- l'espace et la lumière, cette « histoire a posteriori » dont les itinéraires sont infinis a pourtant une origine et une finalité uniques. Que se passe-t-il lorsque les souvenirs que l'on partage d'un même lieu se mélangent dans un même espace.
Et enfin, Annabelle Chambon et Cédric Charron nous proposent une réflexion sur le corps présent, sur sa texture et ses orifices. Chapitre 9 est la première partie d'un triptyque ayant comme thématique le corps et son rapport au temps.

2003

9>13/9


top

9>11/9


top

12/9

13/9


top

2>18/10
21h


top
13>22/11
à 21h

top
3>6/12
à 21h

top
9>19/12
à 21h
relâche
dimanche et lundi

top
26>30/12
Des spectacles jeunes publics sont proposés dans des lieux culturels bruxellois, notamment : la Montagne magique, le Centre culturel Jacques Franck (C.C.J.F), le Théâtre de la Balsamine, le Théâtre Les Tanneurs, le Théâtre Océan Nord, Pierre de Lune c/o Le Centre culturel Le Botanique.
>>> Noël au Théâtre 

top
26/12
14 et 18h00’

top
27/12
16 et 20h00’

top
28/12
18h00’

top
29/12
20h00’

top
30/12
18 et 21h00’

2004
3>7/2

top
18/2>6/3

top
20/4>1/5
à 20h30


top


top
mai

2004

14/9>2/10
à 21h
(relâche les 19,20 et 26 septembre)


top
6>9/10

top
2>13/11

top
17>21/11

top
26-27-28/11

top
20-21/11

top
2005
8>26/2

top
13>16/4

top
3>28/5

top
Juin

top
Prix des places : 
10 / 6.50* euros (* - de 26 ans, + de 60 ans, chômeurs et schaerbeekois)
Les samedis à la Balsa : 5 euros pour tout le monde !
Groupes scolaires : 5 euros
Pass 5 places : 30 euros
Prix plein : 10 - Euros

Comment réserver ?
En téléphonant au 02.735.64.68, tous les jours du lundi au vendredi de 10h à 18h. En dehors de ces heures, un répondeur prend vos réservations 24h/24.
Par E-mail : balsamine@skynet.be

1 avenue Félix Marchal
(prox. Pl. Dailly)
1030 BXL

Réserv.:
02/735 64 68

Fax : 
02/733.23.02

E-mail :
balsamine@skynet.be 

Site officiel :
www.balsamine.be 
(début 2002)
  iDearts © 1999-2004 - All rights reserved