La Louvière
Centre culturel régional du Centre

ARCHIVES 
 

Spectacles : Théâtre - Danse - Humour - Cirque


> Voir également dans la même salle
 les concerts

2000 


ME 27|9 20.00
Palace
To see or not to see - Humour visuel - mime (B)
Dompteur d'images en trois dimensions, Jean-Louis Danvoye pratique le noble art des surprises, qu'il déshabille Hamlet ou qu'il entraîne au sprint le Chaperon rouge. Dans un langage universel (le geste), il nous balade dans des univers tantôt étranges, tantôt décalés mais toujours fascinants et drôles. Un homme muet mais plus expressif que jamais pour un excellent théâtre qui abat des salves de rires et d'émotions.
Spectacle gratuit dans le cadre de la Fête de la Communauté française

VE 13|10 20.00
Théâtre
Raymond Devos - Humour (F)
On aime Raymond Devos parce qu'il nous rend l'enfance. Son spectacle, c'est le travail patient d'un artisan qui a dépassé son art pour rejoindre son âme. Un demi-siècle de complicité avec un public qu'il perd dans d'invraisemblables acrobaties spirituelles avec un plaisir évident et l'imaginaire pour toute boussole.

MA 17|10 20.30
Sous chapiteau
Kayassine - Les Arts Sauts - Nouveau cirque - France
Dans une démarche artistique globale, théâtrale, en mariant le corps, la voix, la musique, la lumière, les onze trapézistes des Arts Sauts racontent l'histoire du désir de voler. Tout invite au voyage aérien : le chapiteau se dresse comme une énorme bulle. Pour y entrer, il faut se glisser entre des boudins gonflés d'air. Des transatlantiques munis d'appui-tête attendent les spectateurs. Vingt mètres plus haut, c'est la fête : un vertigineux ballet aérien composé par les 11 trapézistes.  Poésie, prouesses acrobatiques et émotions se mêlent et se répondent.

Répartis dans l'espace, un violoncelle, un trombone, une contrebasse et une voix exceptionnelle harmonisent le vol cadencé des acrobates, sous leur immense voûte céleste.

Cette troupe française, "Les Arts Sauts", n'en finit pas de séduire et d'éblouir les publics de tous âges et du monde entier.

VE 20|10 20.00
Théâtre
L'Ecume des jours - Boris Vian 
Théâtre (Rideau de Bruxelles)
Adaptation et mise en scène : Bernard Damien
Colin est amoureux fou de Chloé; Chloé est atteinte d'un mal incurable : un nénuphar au poumon; Colin se ruinera pour sauver Chloé. Cette fable toute simple, à ranger parmi les plus belles histoires d'amour, confronte le surréalisme et l'existentialisme et arbore avec superbe l'anticonformisme de Vian.

MA 7 > JE 9|11 20.00
Palace

En attendant Godot - Samuel Beckett
Théâtre (création) - Mise en scène : Lorent Wanson
Avec Cyril Briant, F. Hérion, R. Riga, C. Valenti
Coproduction : Théâtre de la Rumeur, Centre dramatique hainuyer, Théâtre national de la Communauté Wallonie Bruxelles. Avec la participation du Centre des Arts scéniques et l'aide du Centre culturel régional du Centre

En anglais puis en français, Samuel Beckett a écrit en 1953 un texte qui a dépassé la légende en mettant en scène l'absurdité de l'existence humaine : Vladimir et Estragon attendent l'improbable, avec détermination. An 2000 : les enfants de Vladimir et Estragon sont nés dans une société où le seul repère est le consumérisme et où l'absurde n'est plus un postulat ni l'existentiel une question théorique mais les cadres mêmes de la vie. A revisiter.


VE 24|11 20.00
Théâtre
Trainspotting - Irvine Welsh - Théâtre 
Mise en scène : Derek Goldby (Théâtre de Poche - BXL)
Edimbourg, Ecosse, années nonante, situation économique sinistre. Exclus de naissance, Mark et ses copains se défoncent pour s'évader de la grisaille. Joyeusement. Dans un décor crado à souhait et des dialogues sans quartier, Trainspotting adresse un formidable coup de gueule de ceux qui vivent adressé à ceux qui regardent vivre. Drôle et bouleversant, sans jugement de valeur, Trainspotting s'est imposé, à sa création, comme le spectacle-culte des jeunes.

DI 3|12 17.00
Théâtre
Streench Pipels from Belgik - Magie et humour - dès 5 ans - Stanislas et le Théâtre Attrape
A la frontière du Nord et du Sud, à la lisière de la chaleur latine et de la bise du Nord, les belges survivent au milieu d'un champ d'anomalies. Dotés d'un grand sens de l'absurde et de la dérision, d'une prédisposition catastrophique pour le comique décapant et d'un goût immodéré pour les mots imagés et les images parlantes. Stanislas est de ceux-là. Entouré de Delphine Bougard, des Witloof Cabaret et de Daniel et Annick Adrian, il nous emmène au royaume du rire. Pour tous !

VE 16|12 20.00
Théâtre
Le Bal 
Oubliez votre tralala de bal. Préférez une tenue "streetwear" et des chaussures confortables. Nous allons vous apprendre à danser "moderne". Des chorégraphes professionnels vous enseignent chacun une chorégraphie. Pas trop difficile, pas trop facile non plus. En une heure, le tour est joué. Ensuite, DJ Piiit prend le relais et, de temps à autre, vous repasse les morceaux appris. C'est frénétique, jubilatoire, irrésistible. Ca peut durer jusqu'aux petites heures.
2001  

JE 11|1 20.00
Théâtre
Macadam Macadam - Danse (France-Espagne)
Mise en scène et chorégraphie : Blanca Li 
Musique : Antoine Hervé
Sur le plateau, une rampe de roller parfaite pour toutes les glisses. Dix jeunes breakers, snurfers, hip hopers et autres docteurs es prouesse urbaine y foncent. Jouissance immédiate sous la forme d'une jolie partie de frime entre filles et garçons, mêlant rythmes afros et comédie musicale. Un joyeux festin d'élasticité dans une exubérance générale ponctuée d'humour, souvent, de charme, toujours, issu de la rencontre de dix jeunes de la rue et de la chorégraphie espagnole. Pour tout qui ne se pince pas le nez devant un divertissement bien enlevé. Revigorant.

DI 14|1 19.00
Palace
Le Nombril du monde - Yannick Jaulin
Conte-humour (F)
Yannick charrie humour et douceur, métaphysique de la légèreté et gravité de l’être. L'activateur de neurones n’a retenu ni l’actualité de Bedos ni l’absurdité de Devos ni la causticité de Desproges. Plutôt, il se sert de ces trois outils pour décortiquer l'inépuisable mythologie de Pougne-Hérisson, son village-nombril du monde. Caricatures sans férocité, juste un peu impertinentes, légendes de l'enfance délirantes, débridées. Ravageur.

MA 23|1 20.00
Palace
Vol d'éternité - Cie Banc Public - Théâtre (B) 
Mise en scène et scénographie : Bernard Tirtiaux
Avec A. Carpriau, Lorette Goose, P. Hers, M-P. Kumps 
Le 31 juillet 1944, Antoine de Saint-Exupéry part en mission de reconnaissance. Dans sa villa l'attendent sa mère, sa sœur, son épouse et son égérie. Ces quatre personnalités croisent et affrontent leur attachement pour un homme aux dons multiples en même temps qu'elles se dévoilent face au basculement encore incertain de l'écrivain dans la mort. Une fiction toute en finesse et en sensibilité qui approche d'une manière nouvelle un des auteurs les plus lu au monde et dont l'an 2000 fêta le centenaire de sa naissance.

ME 1 & JE 2|2 20.00
Théâtre
Dialogues d'exilés - Brecht - Théâtre (B)
Mise en scène : Herbert Rolland (Théâtre de la Vie - BXL)
Avec Christian Crahay et René Hainaux
Brecht imagine la rencontre improbable d'un ouvrier syndicaliste et d'un scientifique qui ont fui l'Allemagne nazie, pour donner lieu à des discussions sur des sujets qui s'éventaillent entre parité bière-cigare, race des seigneurs, nationalité et pornographie. Brecht dispense ici une brillante leçon de pensée dialectique, celle qui aborde le questionnement par le biais de l'opposition et de l'unité des contraires. Et qui permet de se forger une pensée. Un moteur à réflexion carburant à la voix d'une ironie salvatrice.

MA 13|2 20.00
Palace
La Pluie - Rachid Boudjedra - Théâtre (Algérie)
Rachid Boudjedra est né en 1941 en Algérie. Condamné par une fatwa du F.I.S. en 1983, il partage sa vie entre Alger et Paris. La Pluie est tirée du journal intime (imaginaire ?) d'une jeune femme qui, nuit après nuit, traverse la folie des hommes dans une Alger déchirée. Un texte poignant et vrai magnifiquement servi par Sonia, comédienne algérienne.

DI 18|2 18.00
Théâtre
Pas touche terre - Cirque - dès 10 ans (France)
Compagnie Vent d'Autan
Deux acrobates se frôlent, se rencontrent et peu à peu se découvrent. Les premiers pas un peu gauches, la première peur, le premier baiser, la première brouille, la réconciliation et la passion. Tout est clair, simple, sans effet de manche. Parfois une voix cristalline ou un bandonéon soulignent la force ou la fragilité de ce tourbillon acrobatique d'humour et de tendresse. Un pas de deux vertigineux où l'amour se donne pudiquement en public.

MA 13|3 20.00
Théâtre
Richard Of York / Gave Battle In Vain - Danse (B)
Chorégraphie : Thierry Smits 
Musique : Die Anarchistische Abendunterhaltung (DAAU)
Dans le cadre de Via - Charleroi-Danses
Rouge. Orange. Jaune. Vert. Bleu. Indigo. Violet. Un chorégraphe, un plasticien et des musiciens donnent une lecture personnelle des sept couleurs du spectre lumineux. Violent et joyeux, expérimental et ludique, formel et émotionnel, technologique et physique, le spectacle est centré sur la forme que l'on peut donner à la couleur, où la danse entre en résonance avec le travail du plasticien Trudo Engels et la musique du groupe D.A.A.U.

JE 22|3 20.00
Théâtre
F.E.I.R. la Peur - Compagnie Opinioni in Movimento
Spectacle chorégraphique - France
F.E.I.R. - Facteur Extérieur cherche Individu en vue de Résultat. Sur le plateau, des handicapés normaux pédalent dans leurs tracas quotidiens. Laura Scozzi construit son travail à partir de lectures, d'échanges, d'expériences personnelles et d'improvisations et laisse ainsi transparaître la personnalité de ses interprètes. Le meilleur comme le pire s'offrent généreusement au public et donnent toute sa force au spectacle. Osé, direct et brutal.

SA 31|3 20.00
Palace
Mismorigen - Fernando et Julián Martín 
Cie Fuepalbar - Danse (Belgique-Espagne)
Deux frères, deux danses. Flamenco et contemporain. Techniques mêlées, recherche d'héritages communs, pèlerinage sur les lieux de la fraternité encore une, parfois tortueuse, parfois lumineuse. Le langage chorégraphique fluide de Fernando Martín se met ici en danger dans une confrontation avec la sobriété et la force des palos du flamenco. Les compositions de Miguel Ruiz et de Thierry De Mey accentuent encore cette confrontation en faisant écho à la musique traditionnelle jouée en direct.

JE 26 > SA 28|4 20.00
Sous chapiteau
Place Communale
Faust - Les Baladins du Miroir - Opéra forain (B)
Mise en scène de Nele Paxinou.
Le drame de Faust, c’est celui de l’impuissance : impuissance face aux limites de la connaissance, face à la vieillesse et la mort, inexorable. Les Baladins nous servent ici un opéra forain acrobatique, jonglé, magique, musical et dansé. Nous ballottent du paradis à l’enfer et nous plongent dans les légendes de Marlowe et de Goethe.

JE 3 & VE 4|5 20.00
Théâtre
Des Fausses Confidences - d'après Marivaux  
Ensemble Leporello - Théâtre (B)
Adaptation et mise en scène : Dirk Opstaele
Un jeune homme sans fortune s'éprend d'une riche veuve et triomphe d'un rival noble grâce aux manœuvres de son valet. L'Ensemble Leporello s'attaque aux classiques sans complexe: la langue et les textes intouchables sont décortiqués, amendés, démantibulés, éclipsés, rythmés. Relus radicalement via une traduction du français au flamand, puis vice-versa.

DI 24|6 17.00
Théâtre
Ecole Supérieure des Arts du Cirque - ESAC
Spectacle-événement de fin d'année
L'ESAC base son enseignement sur les techniques de l'acrobatie, la danse et le jeu d'acteur, abordés dans l'esprit du nouveau cirque.

top
SAISON 2001-2002

MA 18|9 
à 20 h
Théâtre
Conversation en Wallonie | Théâtre 
Jean Louvet/Atelier Théâtre Jean Vilar
mise en scène : Armand Delcampe
interprétation : Jacques De Bock, Jean-Claude Derudder, Jo Deseure, Stéphane Excoffier, Frédéric Hérion, Jean Koerver, Sylvie Landuyt, Pascale Massaer, Marie-Line Lefebvre, Bruno Mullenaerts, Jean-Marie Pétiniot, David Pion, Grégory Praet, Célia Torrens.

"Celui qui a le pouvoir regarde. Celui qui ne l’a pas est regardé."  C’est l’histoire d’un enfant qui a été regardé, montré et qui, en grandissant, regarde à son tour le monde qui a voulu le pré-asservir. Il renvoie le regard, le « on ».
Pour se doter d’une assurance de soi, Jonathan, le «héros», fait ressurgir, en quarante ans d’histoire, le fond épique d’un passé enfoui. Père ouvrier enfoui, passé à la trappe, oublié, nié qui, tout à coup, se dresse sur la scène. Coup de tonnerre : à travers le revenant, surgissent ici une famille, là un peuple. La figure du père « converse » avec le fils : « Non, tu ne m’as pas oublié. Un fils n’oublie pas son père. » C’est ce combat vital pour la reconnaissance que la pièce raconte. Une épopée où l’enfant à la croix d’or prend conscience de sa situation sociale à travers ses rêves, ses désirs, ses fantasmes, ses doubles pères, ses doubles mères, ses « dons » enfin. Grâce à ses fées, à ses protecteurs de l’ancien ou du nouveau régime : « Il était une fois un enfant pauvre qui
deviendra quelqu’un… » C’est une lutte, lente, tenace, qui s’inscrit dans la longue durée pour contrer l’imaginaire de la domination. Oui, les choses changent, la société est transformable, dit la mère, dit le père avant de retourner dans le royaume des morts.  - N’oublie pas de rentrer la bêche qui est au fond du jardin, elle risque de rouiller.
Jean Louvet - (coproduction Atelier Théâtre Jean Vilar, Festival de Spa et Centre Dramatique Hainuyer, avec la participation du Centre des Arts Scéniques – avec le soutien du Service provincial des Arts de la Scène – dans le cadre des Fêtes de Septembre)

 LU 24|9 
20 h au Centre de recherche Atofina S.A. 
Zone industrielle C 
 7181 Feluy
Rolf Lislevand | Concert Baroque Jazz – Allemagne
Histoire d'improviser - Ensemble Kapsberger 
Voir rubrique >>> Concerts

 25-26|9 
MA 25 à 19 h
ME 26 à 20h
Palace
L'Annonce faite à Benoît | Théâtre 
Jean Louvet / Centre Dramatique Hainuyer
mise en scène : Frédéric Dussène – interprétation : Saïd Bahaid et Philippe Constant.
Au rayon nourriture pour chiens d’un supermarché, un homme prête 1000 FB à un quidam. Un an plus tard, les deux inconnus se rencontrent. Hasard. C’est le récit de la douleur de l’un qui avait ébranlé l’autre, l’avait fait sortir de son indifférence au monde. Parce qu’il lui était transmis comme un aveu intime qui le responsabilisait concrètement. Parce que c’est un homme qui parle à un homme. Puis, il y a eu le départ, la fuite, la trahison de l’un. Le besoin de l’autre de s’ouvrir, de s’engager, d’agir. Le 25 septembre, une table ronde autour de Jean Louvet sera organisée par le Centre culturel régional du Centre dans le cadre du cycle de conférences Convergence, en partenariat avec la Bibliothèque centrale provinciale, les Equipes populaires, la Maison de la Laïcité, avec le soutien du Centre Dramatique Hainuyer, du Centre des Ecritures dramatiques et des Editions Lansman. (dans le cadre des Fêtes de Septembre)

 JE 27|9
à 20 h
Théâtre

Gratuit dans le cadre de l’opération "Théâtre portes ouvertes de la Communauté Wallonie-Bruxelles"
Kour | Théâtre - Cie des Mutants
direction artistique : Franco Dragone – mise en scène : Gilles Monnart – interprétation : Maroussia Dussart, Thierry Janssen, Martine Godart, Monica Marti, Mwanza Goutier, Hassiba Halabi, Bruno Perpete

Après Les Poules et de nombreux spectacles jeune public, la Compagnie des Mutants crée une pièce où mime, danse, théâtre et humour s’entremêlent.
Des personnages en grappe qui jouent avec le temps, le temps qu’on garde comme un trésor, avant de rentrer dans la cour de l’école, pour voir où sont les couleurs pendant les heures sombres. Un feu vert, rouge de colère, qui rend les piétons bleus de peur, un feu vert tendre, pourtant, comme une orange, un passage pour piétons, comme dans la vie, où on s’arrête, où on repart, en sautant d’une ligne blanche à l’autre. Une cour de récréation, où l’on vient respirer, comme le plongeur sort la tête, après trois minutes d’apnée. Des jeux de guerre, des rires, des cris et des larmes. Un monde de chacun et de tout le monde, redessiné par un pantographe extravagant. Et puis ce qui nous manque à tous et toujours, un peu d’amour. Juste un baiser. Là.
(dans le cadre des Fêtes de septembre)

5-6|10 
à 20 h à la Brasserie Saint-Feuillien au Roeulx
La Cetra d'Orfeo | Chansons à boire et poésie gourmande – 
(dans le cadre du Festival de Wallonie/Hainaut)
Voir rubrique >>> Concerts

ME 10|10 
à 18 h
Théâtre

(dès 6 ans)
L'Orchestre à la portée des enfants | Concert  classique
Peer Gynt/Orchestre Philharmonique de Liège
(dans le cadre du Festival de Wallonie/Hainaut)
Voir rubrique >>> Jeune Pulic

VE 12|10 
à 20 h
Théâtre
Maurane | Concert 
Voir rubrique >>> Concerts

MA 23|10 
à 20 h
Théâtre
Margitza + Paduart | Concert Jazz (Audi Jazz Festival)
Voir rubrique >>> Concerts

MA 6-ME 7-JE 8|11 
à 20 h au Palace
Un Ami fidèle | Théâtre 
Jean-Pierre Dopagne / Centre Dramatique Hainuyer
mise en scène : Roumen Tchakarov – interprétation : Jean-Claude Derudder.
La mondialisation est là. Main dans la main, technologie et informatique plus le capital financier ont balayé les distances, brisé les frontières. L’argent a maintenant le don d’ubiquité ; il va, il vient de manière vertigineuse, comme s’il était partout à la fois, et donne un nouvel aspect au monde, celui d’un marché, d’un méga-marché. En même temps le monde a changé de forme. Il n’est plus aussi rond qu’il l’était autrefois. Il est devenu plutôt carré. Un gigantesque écran. Vous pourriez ajouter un écran de télévision. Avec un énorme pouvoir d’information : in-former, formater, con-former, transformer… Qui contrôle à distance cet écran ? Qui sont- «ils», ceux qui tirent les ficelles ? Sont- « ils » déjà là ?
La question que pose la pièce Un Ami fidèle est la suivante : dans ce marché global, y a-t-il encore une place pour l’homme, pour la poésie ? Pour les « yeux des enfants qui chantent » et rêvent d’un avenir qui leur sourit. Qui leur tend la main. Qui leur permet de croire que, eux aussi, ils peuvent
tendre la main. Mais pas pour mendier, non ! Pour saisir la main de celui qui est à côté de nous, sans avoir peur que «ils » vont arriver, que «ils » sont déjà là.
Y a-t-il une issue ?  En suivant les meilleures traditions de Hoffman et de Gogol, Jean-Pierre Dopagne propose une vraie solution à son héros Eugène : la métamorphose. Si nous ne pouvons pas changer le monde, changeons-nous nous-mêmes. Avec beaucoup d’humour mais le regard quand même triste, l’auteur suit les transformations véridiques de son héros qui, après une suite de péripéties de plus en plus absurdes et comiques, se transformera enfin en chien pour retrouver le bonheur dans un monde où tout est fait pour les chiens. Roumen Tchakarov
(avec le soutien du Service provincial des Arts de la Scène)

VE 16|11 
à 20 h au Palace
Jean-Jacques Nyssen | Concert 
Voir rubrique >>> Concerts

LU 26- MA 27|11 
à 20 h
Théâtre
Le Médecin malgré lui | Théâtre 
Molière / Théâtre de la Vie
mise en scène : Herbert Rolland – scénographie : Christine Mobers – chorégraphie : Marian Del Valle
interprétation : Eric Drabs, Pierre Geranio, Yves-Marina Gnahoua, Jean-Yves Izquierdo, Maud Perveux, Jean-François Politzer, Isabelle Wéry.
Proche de la farce, cette pièce a souvent été considérée comme mineure. Pourtant, créée en pleine maturité par Molière après Le Misanthrope et Dom Juan, elle aborde les plus grands thèmes humains : l’amour, la mort, le pouvoir, l’argent, la sexualité, le fantasme, l’aliénation, la violence, les
rapports sociaux, la mystification, etc. Tout cela traité avec un humour chaplinesque, quasi brechtien. Disputes homériques, complot vengeur, amoureux contrariés, stratagèmes croisés concurrents ou alliés, maîtres et valets, nourrice accorte et appétissante, quiproquos, latin macaronique, bousculade des registres de langue, mascarades et déguisements. Fin heureuse : aux uns l’amour, aux autres la quiétude routinière retrouvée des bonnes querelles conjugales, à celui-là qui le vénère, l’argent. Le Théâtre de la Vie a offert à Molière jeans et baskets, escarpins et voilettes : les contrastes habillent une pièce qui ne fait pas ses trois cents ans. C’est vif, c’est drôle.
Sans fard, Herbert Rolland a clairement et heureusement visualisé le deuxième degré présent dans cette œuvre. Les comédiens nous affirment qu’ils jouent un rôle bien typé, ils revêtent et dévêtent devant nous les costumes, masques et postiches de leur condition ; les scènes de coups de bâton nous renvoient à l’univers impitoyable des combats de catch, le Sganarelle-médecin a des allures de Benny Hill et la pièce finit par se métamorphoser en séquence sucre-miel- loukoum d’une de ces comédies musicales qui triomphent un peu partout aujourd’hui. 
(avec le soutien du Service provincial des Arts de la Scène)
2001  

DI 9|12 
à 17 h 
Théâtre
Christian Merveille | Concert  Chanson Jeune Public
Voir rubrique >>> Jeune Public

LU 10-MA 11|12 
à 20 h 
Théâtre
Les Monologues du Vagin | Théâtre 
Eve Ensler / Théâtre de Poche
mise en scène : Tilly – interprétation : Isabelle Wéry
Dans le Nord, on dit le petit coin, le poudrier. Au Sud, la foufoune, le mistigri. Ici, le zizi, le pioupiou, la languette ; là, le kiki, le zigouigoui. On trouve aussi la crapounette, la bibiche, la craquounette, la boîte à malice, le tutu, le turlututu, la bécassine, le pipi, le frifri, le bijou, le bonbon, la nénette, la minette, la foufounette, la minouchette, la chatounette, la coucounette. On s’inquiète beaucoup pour les vagins. Trente
ans après la révolution sexuelle, le mot reste tabou, honteux ou, à tout le moins, embarrassant. Dans son spectacle, Eve Ensler, l’auteure, le cite cent vingt-trois fois.
Les Monologues du vagin sont fondés sur plus de deux cents entretiens avec des femmes : jeunes, âgées, mères de famille, dactylos, PDGères, prostituées, noires, asiatiques, bosniaques, indiennes, juives, blanches, etc. Ces femmes ont confié à Eve Ensler leurs sensations, leurs traumatismes, leurs aspirations, leurs angoisses, leurs joies, parfois les plus intimes : de l’apprentissage de la sexualité à la maternité, du machisme ambiant à la nouvelle liberté amoureuse.  Dire d’une part la violence infligée au corps féminin, qu’elle prenne la forme du viol, de violences sexuelles contre les petites filles, de la persécution des lesbiennes, du harcèlement sexuel, des mutilations. Dire, d’autre part, le bonheur d’être femme, la joie d’être amante, la fierté d’être mère. Oser l’épanouissement physique et intellectuel. Oser se connaître, se reconnaître en tant que corps, en tant qu’être sensuel, sensible, sentant. Sans tabou ni gêne.  Surtout, ne vous laissez ni rebuter ni émoustiller par le titre. Dans l’univers du langage, le mot vagin fait partie de ces étoiles indicibles, de ces trous noirs de l’espace mental que perpétuent des censures imbéciles. Si quelqu’un dit ou écrit que ce spectacle est vulgaire, c’est que la vulgarité est dans ses oreilles. Non dans ce spectacle magnifique qui fut nominé aux Molières 2001. 
Calendrier complet de la tournée : >>> voir les dates

VE 14|12 
à 20 h au Palace
DAAU  | Concert 
Voir rubrique >>> Concerts

SA 15|12 
à 20 h à la Salle Maurice Herlemont (Arts & Métiers)
Le Bal | Danse 

 
CONCOURS
  

5 X 2 places pour le Bal (15/12)

chorégraphies : Gabriela Koutchoumova et Louisy Lennard
Oubliez votre tralala. Coupez court à l'étroitesse et à la drague des discothèques, à la rareté des guinguettes, à la technique sadique du tango, au rictus forcé de la danse folklorique et aux codes étriqués de la danse de salon. Ici, c'est juste un pas qui suit l'autre. Puis un autre qui le suit.
En rythme, rapprochés ou distants. A deux ou seul. Pas trop difficile, pas trop facile. Surtout, c'est drôle. C'est de la danse moderne.
Vous avez deux fois quarante-cinq minutes pour apprendre deux fois une chorégraphie. C'est pour vous, que vous soyez nul ou expert en jeux de pieds et de jambes, raide comme un trombone déplié ou king de la souplesse, frimeur des pistes ou érubescent chronique. En gigotant, on s'applique, on s'esclaffe, on se parle facilement. Deux professionnels ont conçu des pas rigoureux, imaginatifs et festifs. Des assistants - Ana Maria, Arthur, Antoine, Christophe, Delphine, Elodie, Giovanna, Ingrid, Judith, Julie, Leila, Marlène, Martine, Philippe, Pina, Patrizia, Tamara, Tatiana, Salvatrice, Vincent… mais oui, vous les connaissez ! - viendront avant vous, qui apprendront la danse. Ils se glisseront parmi les couples les plus maladroits, histoire de déglacer le rythme. En fait, juste moins novices que vous de cinquante-deux répétitions. 
Un DJ vous secouera les fourmis dans les jambes jusqu'au petit matin : mambo, tchatcha, valse, tango, boogie woogie, twist et, le plus souvent possible, les morceaux appris.
Après ça, vous ne craindrez plus le ridicule des réveillons.

  CONCOURS   : 5 X 2 places à gagner !

top

2002

JE 17|1 
à 20 h
Théâtre
Le Marchand de fables va passer | Théâtre 
textes de Bruno Coppens, Amélie Nothomb, Pascale Fonteneau, Jean-Bernard Pouy - mise en scène : Eric De Staercke, Anne-Pascale Clairembourg - interprétation : Marie-Paule Kumps, Eric De Staercke, Jean-Louis Danvoye, Thierry Wasseige, Bruno Coppens

C’est une revisitation libertaire des Fables de La Fontaine que nous offrent les créateurs de ce générique à faire pâlir de convoitise les plus grandes agences de casting.
Quelques plumes d’un noir corbeau ont dégoupillé des grenades de babil pour un feu d’artifice verbal à démomifier La Fontaine. On découvre les versions déjantées, acracradémiques, jouissivement parodiques, glauques, burlesques ou cyniques de la fable du Corbeau et du Renard, avec débordements spontanés sur d’autres fables moins connues comme La Pigalle et la fournie, Le Lièvre et la tordue, Le Rat Devil et le rat des champs. 
Exercice de style donnant enfin la parole aux protagonistes de la fable (point de vue du corbeau, de l’arbre qui le supporte, du renard, du fromage, de La Fontaine), ce spectacle propose un riche aperçu des langages d’aujourd’hui.  Mimées ou grommelées, en zozotant ou en chuintant, en langage de banlieue ou façon pub télé, en politiquement correct ou sans morale, les fables d’hier implosent en détonations jubilatoires.
Et les comédiens qui servent ce jeu fabuleux sont un plaisir et un argument de sortie à eux seuls.

DI 20|1 
à 19 h au Palace
Semal & Loos | Concert chanson française
Voir rubrique >>> Concerts

DI 3|2 
à 19 h au Palace
Arolde et Dimitri | Concert chanson française
Voir rubrique >>> Concerts

MA 19|2 
à 20 h
Théâtre
SC35c | Danse 
Cie Victor B / Namur Break Sensation
texte : Tim Burton et Jean-Michel Frère – conception et mise en scène : Jean-Michel Frère – chorégraphie : Namur Break Sensation et Jean-Michel Frère – interprétation : Cécile De France, Guillaume Roose, Julien Roose, Bashkim Topojani, D.J. Gregg

SC35c, c’est le code-référence de têtes de lecture des platines de D.J. C’ est aussi maintenant le nom d’un spectacle qui consacre les noces entre le breakdance, le théâtre, la musique sous la forme DJ’ing et les arts plastiques pour régler une composition multidisciplinaire intégrant deux formes d’art issues du mouvement hip-hop. Une rencontre qui ne cherche pas à gommer les différences entre ces expressions mais, au contraire, qui les affirme et joue de leur exacerbation réciproque, de la provocation de l’une par l’autre. Le parti que la fusion s’opère non pas dans la négation des spécificités mais au plus haut niveau des performances respectives. Régulièrement inondée de fumées bouillonnantes, la comédienne, perchée sur un maigre support, le DJ, trônant devant sa console, et les trois danseurs combinent texte, musique et mouvement selon une mécanique subtile et collective, notamment suscitée par le tempo des sculptures mobiles de Nadia Schnock. Toute la composition est soudée par le son et le rythme du débit de paroles, de mouvements répétitifs de singulières petites machines métalliques, d’impulsions données par l’étonnant travail d’un DJ évitant tout cliché. On est d’abord séduit par les évocations voltigeantes de Cécile De France sur la différence, sur le corps, sur l’évolution de la création depuis la genèse jusqu’à l’enfant à tête d’huître ou l’enfant chaise. Haut perchée sur son mât, la petite sœur de Laurie Anderson fascine par son aplomb, sa présence presque diabolique. On est impressionné aussi par l’audace musicale de D.J. Gregg (mêlant techno, funk et latino) et par le breakdance revisité des trois danseurs. Break ralenti, strip-tease évoqué, voltige avec une chaise, entremêlement de jambes, de mains, tourniquets sur la tête, etc. Bashkim, Julien et Guillaume donnent un autre atour au break. 
Et toute la bande prouve que le mélange des genres peut provoquer un joli cocktail. 
(avec le soutien du Service provincial des Arts de la Scène)
VE 22|2 
à 20 h
Théâtre
Alain Souchon | Concert chanson française
Voir rubrique >>> Concerts
??|2 
Théâtre
An Pierlé | Concert pop-rock
Voir rubrique >>> Concerts
MA 5-ME 6|3 
à 20 h au Palace
Jobforlife.be.bf  | Théâtre-forum - création 
Théâtre du Public et Atelier Théâtre Burkinabé
texte : Dany Adam –  mise en scène : Claudine Aerts
interprétation : Béatrice Cue Alvarez, Gaëtan D’Agostino, Philippe Dumoulin, François Houart, Emmanuelle Rouyer.

Laura décide d’arrêter ses études mais ne veut pas allonger la file des chômeurs. Elle revendique son indépendance financière. Maxou, son petit ami, sans aucune qualification, est au chômage depuis deux ans. Il rêve d’enregistrer un CD qui le rendra célèbre. L’un et l’autre vont tomber de Charybde en Scylla : Laura, d’emplois précaires en intérims minables dans le secteur privé ; Maxou, de tracasseries administratives en formations ingrates. Toutes ces difficultés vont entamer violemment leurs idéaux, leurs relations familiales et affectives. Peut-il en être autrement ? 
Le théâtre-forum est une des modalités du Théâtre de l’Opprimé mise au point par Augusto Boal, homme de théâtre brésilien. A partir d’une question pratique et urgente que se pose un groupe, une séquence théâtrale est construite qui va servir de point de départ à un débat également théâtral destiné à développer des alternatives au problème posé. Les acteurs jouent une histoire. Les spectateurs regardent sans intervenir. Après une brève discussion entre le meneur de jeu, le joker et le public, on rejoue la pièce mais, cette fois, les spectateurs peuvent interrompre l’action, monter sur scène, remplacer un des personnages et rejouer leur version à la place de ce dernier.
VE 8|3 
à 20 h au palace
Ghalia et Timnaa | Concert  world Music
Voir rubrique >>> Concerts
VE 15|3 
à 20 h
Théâtre
Impro à la carte | Théâtre Improvisation
par les comédiens de la Ligue d’Impro
interprétation-improvisation autour de Gudule, Olivier Leborgne, Patrick Ridremont, Jean-Marc Cuvelier
Quand la Ligue d’Impro quitte la piste de hockey, remonte sur les planches, de l’autre côté du quatrième mur, c’est tout aussi tonique, punch, loufdingue, sciemment déstructuré, imaginatif et drôle qu’un match.
La réussite de la soirée dépend de l’inspiration des comédiens improvisateurs, bien sûr, mais surtout de vos idées et de vos propositions. On fait confiance aux premiers : on les connaît et ils nous ont arraché bien des fous rires. On a décidé de vous faire confiance à vous aussi. C’est pour cette raison que vous recevrez, à l’entrée du spectacle, un menu sur lequel figurent neuf catégories d’improvisation : la pire manière de… - le plus beau métier du monde, c’est… - souvenirs de… - tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur… sans jamais oser le demander - le (les) champion(s) du monde de… - l’humeur et le lieu - le passionné de… - les vacances idéales… - le thème de votre choix.  A vous de préparer, agrémenter, épicer ce menu. Débridez votre imaginaire pour proposer un thème d’impro. Aux comédiens de rebondir sur vos idées surprenantes. Encore une fois, le personnage principal, c’est bel et bien vous !
JE 21|3 
à 20 h
Théâtre
Emotions | Danse
Deux pièces courtes de danse contemporaine
- Les Entrailles de Narcisse
conception : Bud Blumenthal et Antonin De Bemels – chorégraphie et interprétation : Bud Blumenthal
création vidéo : Antonin De Bemels – musique : Cédric Stevens / The Syncopated Elevators Legacy
Si Narcisse avait pu contempler son corps de l’intérieur, l’aurait-il fait ? Bud Blumenthal
Lorsque Bud Blumenthal revisite le mythe de Narcisse et d’Echo à la lumière d’un postmodernisme technologique. Narcisse n’assume-t-il pas cette «capacité à échapper à la rumeur ambiante, pour se retirer en soi-même (…) fasciné par les profondeurs insondables de son corps ; par tout ce qui le constitue de l’intérieur » ?
Mise en abîme organique et introspective, la chorégraphie soutenue par les concrétions sonores de Cédric Stevens alias The Syncopated Elevators Legacy et le travail du jeune vidéaste Antonin De Bemels déploie la fascination de ses paysages intérieurs dans les multiples échos de nos émotions souterraines.

- Scusi, permette ?
chorégraphie : Matteo Moles – interprétation : Sarah Piccinelli et Matteo Moles
Interrogeant à nouveau les états de l’être et la démantibulation du corps et de l’âme, Matteo Moles nous emporte dans les jeux de l’amour et du hasard. Sur les traces d’un homme et d’une femme, de deux solitudes amenées à se rencontrer, le chorégraphe mêle séduction, légèreté et plaisir de la danse à une grande rigueur formelle et un souci esthétique toujours présent. 
(Tournée Asspropro – avec l’appui de la Communauté Wallonie-Bruxelles – Service de la Danse)
SA 23|3 
à 19 h au Palace
La Nuit des Lundis d'Hortense | Concerts jazz
Voir rubrique >>> Concerts
JE 28|3 
à 20 h 
Théâtre
La Murmureuse  | Conte - Michèle Nguyen
Entrez sans frapper : Michèle Nguyen vous accueillera avec une petite voix qui ne paie pas de mine, vous guidera d’un geste que vous croirez trop infime. Vous la regarderez bien, dans son pantalon droit et ses mouvements nets qui ont la sobriété de l’Asie. Vous l’écouterez tout bas dans ses surprenantes inflexions de voix et ce sera trop tard : vous serez avec elle dans les cieux étoilés, dans une petite ville bien tracée, avec de petits héros aussi terrestres que célestes. Enchanteurs. Michèle Nguyen s’est édifié un monde à elle toute seule. Un monde où l’on se sent bienvenu, grâce à une écriture taillée dans un lexique ferme et sensible, qui laisse aussi aux personnages leurs mots à dire. Les styles linguistiques jouent au chat perché, le réel et l’onirique se chatouillent et c’est nous qui rions. Une gestuelle gracieuse et subtile complète la donne poétique, donnant chair à une voix qu’il est grand temps d’entendre s’élever contre les vents mauvais.
LU 15-MA 16|4 
à 20 h
Théâtre
Georges Dandin | Théâtre  
Molière / Théâtre Contregriffe
mise en scène : Claude Enuset – interprétation : Benoît Van Dorslaer, Jasmina Douieb, Colette Sodoyez, Michel Hinderyckx, Nicolas Dubois, Dorothée Hallot, Philippe Martin, Claude Enuset

Peut-on rire d’un homme conscient d’être dupe ?
George Dandin, paysan enrichi, a cédé à sa vanité en épousant Angélique, une demoiselle de la noblesse. Ce mariage se transforme pour lui en un véritable cauchemar dans lequel tout son entourage, serviteurs comme beaux-parents, l’accable et le ridiculise. Totalement isolé et certain d’avoir raison, Monsieur de la Dandinière sombre peu à peu dans une folie suicidaire.
Le spectacle du Théâtre Contregriffe est le cauchemar de Dandin, c’est Dandin seul face à lui-même, voyant s’approcher des fantômes, des êtres translucides sur lesquels il n’a aucun pouvoir, des ombres qui rient de lui, le manipulent, le démolissent, le suicident. "Vous l’avez voulu, vous l’avez voulu, George Dandin, vous l’avez voulu !"
(Acte I, scène 7)
(avec le soutien du Service provincial des Arts de la Scène)
SA 20|4 
à 20 h
Théâtre
Jacques Higelin | Concert 
Voir rubrique >>> Concerts
SA 18|5 
à 20h30 à La Luna (Maubeuge – France)
Déplacement en car au départ du Théâtre (La Louvière)
Les Deschiens - La Cour des grands | Humour 
un spectacle de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff – interprétation : Catherine Gavrilovic, Robert Horn, Hervé Lassince, Nicole Monestier, Yves Robin, Philippe Rouèche, Patrice Thibaud, Luc Tremblais Quand les ratés s’essaient à la réussite…
« Ce soir on vous met le feu… »  Assis, dos au public, cinq chanteurs se mettent en bouche ce refrain footbalistique. Mais pour le style et les voix, on est à l’opéra ! On vocalise bouche fermée, on toussote, on crachote. Silence. Le chef de chœur déboule. C’est Robert Horn, sérieux comme un pape.
« N’oublie pas de faire le papillon avec tes mains, Bobby, assez agressif, s’il te plaît, presque mussolinien », précise Macha depuis la table de régie. On recommence, on fredonne, Bobby repart, revient. « On n’avait pas une version toussotements seuls ? » relance Macha. Derrière la table, les accessoires sont étalés : tulipes en plastique, plumeaux, crécelles, rollers, brosses, tout l’attirail Deschamps que nous a fait découvrir la télévision qui se brouille après NPA. Avec son univers déglingué, son obstination pathétique et ses grands sentiments, avec ses dérapages dans la folie douce, avec ses ratages attendrissants. Dans la cour des grands, on plonge dans les ravages de la réussite à tout prix. On frise la frime, on chante beaucoup. En ligne directe de l’humour de Jacques Tati, voici La Cour des grands. Tiens ! On reprendrait bien un bol de Gibolin.
(une organisation du Théâtre du Manège)
 VE 28|6 
Théâtre
Ecole Supérieure des Arts du Cirque - ESAC
Spectacle-événement de fin d'année
L'ESAC base son enseignement sur les techniques de l'acrobatie, la danse et le jeu d'acteur, abordés dans l'esprit du nouveau cirque.

2002
20/9
Hôtel Communal (Salle des fêtes) - Rue Warocqué, 2
Morlanwelz
Cirque-théâtre de rue
 064/43 17 18
Soirée foraine 
Ouverture de saison du Centre culturel "Le Sablon"  

top
21/9
19h00
Salle du Cercle Horticole - Chaussée Paul Houtart, 300
Houdeng-Aimeries
Théâtre dialectal
 064/67 81 11
22 V'là m'feùme / Compagnie "Lès amis des 3 coûps"

top
VE 4 & SA 5/10
19h00
Hôtel de Ville (Salle des fêtes) - Place de l'Hôtel de Ville, 16
Chapelle-l.-Herlaimont
064/45 85 29
Les Copines de Pierre Chesnot 
Atelier Théâtre "La Compagnie d'Herlaimont"

top
SA 12/10
20h00
Hôtel de Ville (Salle des fêtes) - Place de l'Hôtel de Ville, 16
Chapelle-l.-Herlaimont
064/43 13 35
Les monologues du vagin d'Eve Ensler 
Théâtre de Poche

top
LU 14, MA 15, ME 16/10
20h00
Salle "Le Palace" - Place Jules Mansart, 17-18
La Louvière
064/21 51 21
La nuit à l'envers de Xavier Durringer / Manège.Mons


top
MA 15/10 20h00
Salle du théâtre - Place communale - La Louvière
064/21 51 21

ME 16/10 20h00
Salle Baudouin IV - Rue Rey Ainé, 16 - Braine-le-Comte
 067/55 69 10
Checkpoint ou Michwar Tawîl
 Theater for Everybody - Gaza (Palestine)

top
vendredi 18 octobre samedi 19 octobre 20h00
"Arts et Métiers" (Salle de théâtre) - Rue Paul Pastur, 1
La Louvière
 02/649 31 64
La matrone d'Ephèse de Georges Sion 
Atelier du Préau des Latinistes Ludiques

top
samedi 19 octobre 20h00
Cantine des Italiens - Rue Tout-y-Faut, 90
Houdeng-Goegnies
 064/28 50 47
Visite aux parents de Florian Proposta 
Compagnie du Campus
Théâtre-Action

top
mardi 12 novembre mercredi 13 novembre
20h00
Salle du théâtre - Place communale
La Louvière
 064/21 51 21
Il ne faut jurer de rien d'Alfred de Muset

top
samedi 23 novembre
20h00
Salle du théâtre - Place communale
La Louvière
 064/21 51 21
Guy Bedos dans "Bedos"

top
mardi 10 décembre 20h00
Salle "Le Palace" - Place Jules Mansart, 17-18
La Louvière
 064/21 51 21
Lettres ouvertes

top

2003

lundi 13 janvier 2003
20h00
Salle "Le Palace" - Place Jules Mansart, 17-18
La Louvière
 064/21 51 21
Ogre de Larry Tremblay - Théâtre création

 
Saison 2003-2004

2003

14-15/10


top
23/10

top
5/11

top
18/11

top
5-7/12
vendredi 5 décembre 2003 à 20h et dimanche 7 décembre 2003 à 18h au Palace

top
2004
17/1
Samedi 17 janvier 2004 à 16h00

top
20-21/1
mardi 20 et mercredi 21 janvier 2004 à 20h
au Théâtre

top
12/2
jeudi 12 février 2004 à 20h
au Théâtre

top
13/2
vendredi 13 février 2004 à 20h
au Palace

top
17-18/2
mardi 17 et mercredi 18 février 2004 à 20h
au Théâtre

top
4/3
jeudi 4 mars 2004 à 20h
au Théâtre

top
16/3
mardi 16 mars 2004 à 20h
au Théâtre

top
29-30/3
lundi 29 et mardi 30 mars 2004 à 20h
au Palace

top
1/4
jeudi 1er avril 2004 à 20h
au Théâtre

top
9/5 à Braine-le-Comte
dimanche 9 mai 2004 à 16h
sur la Grand'Place de Braine le Comte
départ en car du Théâtre de La Louvière à 15h

durée : 1h30 sans entracte

top
Saison 2003-2004

17-18 place Jules Mansart
7100 La Louvière
Tél.: 064/21.51.21
Fax: 064/21.51.25

E-mail :
ccrc@ccrc 

Site internet :
www.ccrc.be

Lieux des spectacles :
- Théâtre 
Place communale 22 - 7100 La Louvière

- Palace 
Place Jules Mansart 17-22 - 7100 La Louvière

- Château Boël 
Entrée par l'ascenseur n°1 - Canal du Centre
  

Infos et réserv. : 
064/21.51.21

Heures d'ouverture de la billetterie : 
- du lundi au vendredi de 10h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00
- le samedi de 10h30 à 12h30
- Fermé le mardi et le dimanche.
  iDearts © 1999-2004 - All rights reserved