Nouveau Théâtre du Méridien

ARCHIVES 2001>2005 SPECTACLES

Voir également les concerts > Méridien

SAISON 2001-2007

2001

30/10>17/11

Le Ventriloque de Michel TREMBLAY

Avec Angelo BISON, Anne-Pascale Clairembourg
Mise en scène de Miriam Youssef
Scénographie et costumes de Zoé Vanderstricht
Eclairages: Catherine Brutout, Marcel Peeters
Son: Ludo Izella

Gaby, une adolescente de 16 ans reçoit un stylo magique : tout ce qu'il écrit se concrétise.  Elle va donc écrire le plus beau roman du monde et le soumettre une fois achevé à son frère Aurélien … qui s'en empare.  Adulte Gaby est en thérapie avec l'étrange Dr Limestone, également ventriloque en compagnie de sa poupée de chiffon...

Un spectacle plein d'humour et de poésie !

Infos : 02/660.54.34


2002

16>27/4
20.30
Relâche dimanche
et lundi

De Sade, Juliette de Jean-Michel Guilléry 
d'après le marquis de Sade

Voici Donatien Alphonse François, marquis de Sade, homme de lettres génial, libertin, philosophe par dépit, victime opprimée d'un monde dont il n'a cessé de défendre des intérêts qui lui valurent trente-cinq années d'emprisonnement !
Vie et oeuvre de l'auteur sont intimement liées dans cette adaptation de «Juliette ou les prospérités du vice » du marquis de Sade qui fit couler beaucoup d'encre à sa création par le Nouveau Théâtre du Méridien.     

Le lyrisme d'une mise en scène sans failles sert à merveille le verbe sadien qui nous entraîne dans un tourbillon de sensations où le sourire côtoie l'inconcevable.

Ballotté entre différents établissements pénitentiaires sous l'impulsion d'inimitiés politiques et familiales, Sade échoue à Picpus, un ancien couvent  transformé en maison de santé pour prisonniers. Il tente de se disculper, en vain. C'est à cette époque, en juin 1794, que la guillotine est transférée de la Concorde à la barrière du Trône et que, pour ensevelir les guillotinés, une immense fosse est creusée dans le jardin même de l'ancien couvent où Sade est emprisonné. Un mois plus tard, le dossier d'accusation de Sade est transmis au Tribunal révolutionnaire : Fouquier-Tinville déclare le marquis coupable. Sade n'échappera à la guillotine que grâce à un embrouillamini administratif. Pour l'heure, il se sait condamné à mort. Le bruit répétitif du couperet nourrit l'exaspération et ramène brutalement l'homme à la triste réalité de son devenir. Telle est donc à Picpus, pendant de longs mois, la réalité historique qui renferme progressivement sur Sade ses puissantes mâchoires. C'est à ce moment que Jean-Michel Guilléry a situé la gestion de son roman « L'Histoire de Juliette » et le spectacle proposé « De Sade, Juliette ».

Sade crée, joue et rencontre peu à peu le personnage de son roman. Si «Juliette» n'est pas le texte le plus représentatif de son oeuvre, il possède néanmoins ceci de particulier qu'il décrit le parcours initiatique d'une jeune orpheline à travers laquelle le divin marquis aurait très bien pu se projeter. En plaçant Juliette dans les positions délicates que décrit l'ouvrage, il communie avec l'injustice de ses incarcérations autant qu'avec les fantasmes de domination ou de soumission que la vie ne lui a jamais permis d'assouvir pleinement.

Pour Juliette, tout est matière à la jouissance. Elle ne veut se priver d'aucun des délices que lui offre la vie avant de refermer sur elle ses mâchoires obscures. Avec la mort de ses parents, elle perd à la fois tout crédit et toutes les amitiés qui semblaient acquises. Lorsque s'ouvre alors la voie du libertinage, seul rempart contre la misère, un peu de lucidité et d'attrait pour les plaisirs de la chair suffisent pour vendre sa virginité aux hommes d'une société des plus respectables. Elle rencontrera successivement des personnages plus pervers les uns que les autres et dont la réussite constitue un facteur commun : Noirceuil, bourreau de ses parents qui l'installa en reine au sein de sa société ; un pape «sadique» ; Minski, le géant cannibale, pour lequel les plaisirs de la table n'ont d'égal que ceux de la chair et de la souffrance.

Avec : Catherine BRUTOUT (Juliette), Marcel PEETERS (Sade)

Mise en scène collective
Conseiller artistique : Miriam YOUSSEF
Scénographie et éclairages : Jo Mauceli
Création sonore : Ludo IZELLA
Production et création : Nouveau Théâtre du Méridien.

Prix des places :
Ordinaire : catégorie A : 14,9 euros - catégorie B : 12,4 euros 
-26 ans, Carte Jeune, Senior : 
catégorie A : 13,4 euros  - catégorie B : 11,2 euros 

21/5>8/6
20.30
Relâche dimanche
et lundi

La Valse du Hasard de Victor Haïm

Imaginez - bien que ce ne soit pas réjouissant - que vous avez un accident de voiture. et vous voilà franchement bien mort ! On pourrait croire que l'histoire s'arrête là, n'est ce pas ?  Pourtant, il reste une petite formalité à remplir, un  jeu d'enfant. Celui des questions/réponses.
« Il » interroge, « elle » répond, se raconte, se répand. souvenirs, anecdotes, déchirures, joies, lieux communs. la petite histoire de l'humain en somme. Lui, il «ajoute ou retire des points en fonction de la qualité du dialogue ».Cent points, le paradis, zéro, l'enfer. Pas de juste milieu, seulement l'extrême.

« La Valse du Hasard » commence là où les autres histoires s'arrêtent. C'est une comédie de la vie, de la vie après la mort, juste avant le grand saut pour l'éternité.  Dieu sait que les chemins de la confession sont semés d'épreuves d'autant plus redoutables qu'elles ont été concoctées par Victor Haïm. Quelque fois inquiétante, «La Valse du Hasard » nous pousse pourtant aux rires, aux rires grinçants qui peuvent laisser sourdes nos angoisses.

Avec : GUDULE et Pascal LEFEBVRE
Mise en scène : David DUFFAUX
Production : Nouveau Théâtre du Méridien - Polynomes asbl.
Création : Polynomes asbl.

Prix des places :
Ordinaire : catégorie A : 14,9 euros - catégorie B : 12,4 euros 
-26 ans, Carte Jeune, Senior : 
catégorie A : 13,4 euros  - catégorie B : 11,2 euros 

MERIDIEN JAZZ 2001-2002
Saison musicale placée sous le signe du Jazz et qui rassemble les plus grands jazzmen belge dans le cadre intime du Nouveau Théâtre du Méridien, avec notamment Olivier Colette Quartet (4/5)...

MERIDIEN FRANCAIS 2001-2002
Chanson française notamment avec DIMITRI (3/5), Julos BEAUCARNE (14-15/6), 

Voir rubrique > concerts > Méridien

2002

3>26/10
20.30
ME 19h30
relâche
dimanche & lundi
Dernière représentation de l'acteur Vecchiatto 
de Gianni CELATI - comédie dramatique
" Un texte phare du théâtre italien, tendre et drôle,
 sur le déclin de l'artiste et surtout sur la vieillesse en général"

Mise en scène : Elvire BRISON
avec Andréa Hannecart et Angelo Bison
scénographie et costumes : Myriam Deldime
création lumière : Christian Halkin
en coproduction avec le Théâtre du Sygne asbl

Grand acteur du Théâtre italien, Vecchiatto a terminé sa carrière dans l'indifférence générale. Cette figure shakespearienne de l'histoire du théâtre inspire à Celati une réflexion tendre et cocasse sur le déclin de l'artiste mais surtout sur la vieillesse en général.
Un texte phare du théâtre italien contemporain à la fois vif, émouvant et drôle. Le grand acteur Attilio Vecchiatto et sa femme Carlotta s'apprêtent à livrer une de leurs représentations magistrales. Mais la salle est complètement
vide. Où sont donc passés les spectateurs de ce petit théâtre provincial ? Se seraient-ils trompés d'horaire ou de théâtre ?
Couple anachronique, Vecchiatto et sa femme continuent à se battre pour la défense de leur art. Ils vivent de leurs souvenirs, se disputent, se débattent contre une société de plus en plus matérialiste, qui ne s'intéresse pas aux valeurs de l'esprit. En eux, revit le jeu de toutes les passions anciennes et le culte du théâtre. «L'automne arrive, la tombe est proche, et pourtant je suis encore là, avec l'envie d'éblouir, avec ce pitoyable désir d'exceller, avec cette sombre ambition qui me détraque les méninges.»
Mais face à cette énergie se profile le masque de la mort. Nous pensons à Chaplin dans le testament que fut Limelight, à Ginger et Fred, merveilleux film de Fellini mais aussi au grand souffle dévastateur de Beckett.
Une écriture de ressassement, concise, drôle, violente, qui nous tend l'impitoyable miroir de nos égoïsmes avec quelques pointes de tendresse qui prêtent à la nostalgie.

19/11>14/12
20.30
ME 19h30
relâche
dimanche & lundi
+ le 26/11
Macbeth à deux 
de William Shakespeare - tragédie
" Un des sommets du théâtre de Shakespeare revisité par un des auteurs/metteur en scène les plus en vue du moment"
mise en scène et adaptation : Philippe Blasband
avec Aylin Yay et Benoît Verhaert
scénographie et costumes : en cours
création lumière : Catherine Brutout et Marcel Peeters
création sonore : Ludo Izella

Philippe Blasband revisite l'un des sommets du théâtre de Shakespeare dans une adaptation intimiste qui préserve la grande force évocatrice des vers de l'auteur anglais.
A l'instigation de sa femme, Macbeth a assassiné le roi d'Ecosse, Duncan, avant de faire tuer son meilleur ami, Banquo. Désemparé, brûlé de remords, il croit voir le spectre de sa seconde victime prendre sa place dans un festin. Dans un accès de somnambulisme lady Macbeth apparaît hantée par le sang qu'elle a fait verser. Elle se donnera la mort tandis que Macbeth, cerné dans son château par les hommes de Malcom, le fils de Duncan, se jettera dans la mêlée où il périra. Une tragédie intemporelle qui trace un remarquable portrait de l'ambition et de ses ravages dans l'âme humaine.
"Ce soir, nos deux comédiens vont vous raconter l'histoire de Macbeth, telle que l'a écrite William Shakespeare. Mais ce soir, ils vont tenter, de toutes leurs forces, par tous leurs moyens, d'empêcher Macbeth de commettre l'irréparable, l'empêcher de tuer le Roi et se lancer dans cette suite de crime qui rendra sa femme folle et finira par le tuer lui-même. Ce soir, nos deux comédiens vont tenter d'empêcher les mains de toucher le sang, la forêt d'approcher, les sorcières de prédire. Ce soir, peut-être, Macbeth mourra très vieux et très sage, dans son lit...
Jusqu'à ce soir, nos deux comédiens n'ont jamais réussi à infléchir le destin de Macbeth. Ce soir, peut-être, réussiront-ils?..."
Philippe BLASBAND.
21/1>15/2
20.30
ME 19h30
relâche
dimanche & lundi
L'amour existe 
de Mitchell HOOPER - drame psychologique
" Une puissante confrontation de personnages
 construite comme un vrai suspens psychologique ... "

Mise en scène : Bernard YERLES
avec Laetitia REVA et Jean-Henri COMPERE
Scénographie et costumes : en cours
Création lumière : Catherine BRUTOUT et Marcel PEETERS

Parce qu'il faut comprendre pour juger, «L'amour existe» est un spectacle bouleversant, souvent choquant, qui se propose de donner un visage à la monstruosité en levant une portion du voile qui recouvre les ténèbres de notre humanité. Mitchell Hooper charpente une puissante confrontation de personnages construite comme un vrai suspens psychologique, un jeu de piste labyrinthique en forme de questions-réponses.
En Allemagne, à l'issue d'un accident de la route, un français se réveille face à une interrogatrice discrète mais déterminée. Que cherchait cet homme en se rendant en Bavière? Ou allait-il exactement?  Et puis, quelles sont les causes de cet étrange accident ?
D'une situation simple, Mitchell Hooper élabore une intrigue à tiroirs passionnante. Inspiré d'un fait réel, « L'Amour existe » décortique une mécanique humaine irréversible, barbare, et aborde des sujets d'une extrême gravité avec une retenue et une sincérité troublantes. On pourrait croire que le personnage fort est celui de l'homme, mais peu à peu, la femme psychologue se révèle, pour devenir, en définitive, notre propre regard, notre propre émotion. Elle ne peut pas, comme nous, comprendre l'incompréhensible. Elle peut simplement écouter et tenter d'approcher le mal, sans s'y brûler, pour éviter que les événements ne se reproduisent.
Un sujet délicat mais un vrai moment de théâtre abordé avec beaucoup de maîtrise.

11/3>5/4
20.30
ME 19h30
relâche
dimanche & lundi
Le Journal d'un Fou 
de Nikolaï Vassiliévitch GOGOL - comédie satirique
" Un chef-d'oeuvre de la littérature russe qui décortique, jour après jour, la progression dans la folie d'un fonctionnaire quadragénaire "

Mise en scène : Roumen TCHAKAROV
avec Jean-Claude DERUDDER
Scénographie et costumes : Zoé Van Der Stricht
Création lumière : Catherine Brutout et Marcel Peeters
Création sonore : Ludo Izella

Chef-d'oeuvre de la littérature russe d'une troublante actualité, « Le Journal d'un Fou » regorge d'éléments autobiographiques et contient déjà toutes les obsessions de Gogol. Une caricature satirique à la fois drôle et inquiétante qui décortique, jour après jour, la progression dans la folie d'un fonctionnaire quadragénaire rattrapé par son besoin d'évasion. Quel ravissement pour Proprichtchine, tailleur de plumes de Son Excellence, de découvrir que la langue des chiens n'a pas de secrets pour lui. Un don qui peut s'avérer très utile, surtout si l'on veut séduire la fille du directeur dont aucun mouvement n'échappe à « Medji » son détestable compagnon à quatre pattes...
La découverte de la correspondance qu'entretient «Medji» avec un de ses congénères, «Fidèle», arrachée après de nombreux sacrifices dans le panier même du cabot, lui apportera d'étonnantes réponses, non seulement sur le comportement des chiens, mais surtout sur celui des hommes, de la charmante élue de son coeur et du directeur en personne. Des révélations parfois cruelles qui n'affecteront que très peu un personnage d'une grande noblesse. Car Proprichtchine n'est autre que le roi d'Espagne... mais cela, il est seul à le savoir!
C'est toute la société bureaucratique russe du début du 19ème siècle que nous révèle Proprichtchine dans son journal : l'ambition est dénoncée, mais aussi la cupidité, le satanisme de la femme, des barbiers, la brutalité d'un système très répressif, notamment dans les soins apportés au malade mental.
Un portrait satirique d'une grande précision que la drôlerie et la folie du personnage ont permis d'échapper à la censure.

20/5>14/6
20.30
ME 19h30
relâche
dimanche & lundi
Le Ventriloque 
de Larry TREMBLAY - drame comique
" Succès 2001-2002, Le Ventriloque et sa poupée adolescente nous plongent dans un univers à la fois drôle et ambigu. " 
Mise en scène : Miriam Youssef assistée de Sébastien Schmidt; 
avec Anne-Pascale CLAIREMBOURG et Angelo BISON
Scénographie et costumes : Zoé Van Der Stricht
Création lumière : Catherine Brutout et Marcel Peeters
Création sonore : Ludo Izella

Succès 2001-2002, « Le Ventriloque »  et sa poupée adolescente nous plongent dans une histoire à la fois drôle et ambiguë. Entre les univers baroques de Jodorowski et absurdes d'Albee, Tremblay explore des pans de réalité qui ne sont que des portes entrouvertes sur les chemins de l'illusion. Anne-Pascale Clairembourg  et Angelo Bison excellent dans l'interprétation des rôles insolites qui confèrent à ce récit multiple une bonne-humeur vivifiante.
Pour ses seize ans, Gaby reçoit un stylo peu ordinaire : tout ce qu'il écrit se concrétise. Elle n'a dès lors qu'une ambition : écrire « le plus beau roman du monde » qu'elle soumettra, une fois achevé, à son frère Aurélien. Mais celui-ci s'en empare et.  Gaby est maintenant adulte, aux prises avec l'étrange thérapie du Docteur Limestone qui lui impose de remonter loin, très loin dans ses souvenirs. L'aidera-t-il à retrouver équilibre et inspiration ? Ou s'agit-il d'une manipulation de plus ? Et puis, qui est ce fameux Docteur Limestone que l'on retrouve également sous les traits du ventriloque en compagnie de sa poupée de chiffon ?
Entre le drame et la farce surréaliste, le Ventriloque et sa poupée adolescente nous plongent rapidement dans un monde fantasmatique, tonique et ambigu. Si Tremblay voyage entre les genres et s'amuse à brouiller les cartes, « Le Ventriloque » n'en dénonce pas moins l'absurdité des systèmes en s'attaquant directement au pouvoir, à la psychanalyse, à l'éducation ou à la torture domestique.

top

2003

23/9>18/10
à 20H30 ,
mercredi à 19H30, relâche dimanche & lundi


top
25/11>20/12
à 20h30,
mercredi à 19h30

top
2004
20/1>14/2
à 20h30,
 mercredi à 19h30

top
2/3>10/4
à 20h30 ,
mercredi à 19h30, relâche dimanche & lundi

top
11/5>5/6
à 20h30 ,
mercredi à 19h30, relâche dimanche
& lundi

top
20/7>28/8
à 21h, relâche dimanche et lundi

2004

28/9>30/10
du 28 septembre au 30 octobre 2004
à 20H30 , mercredi à 19H30, relâche dimanche & lundi


top
18/11>11/12
du 18 novembre au 11 décembre 2004
à 20h30, mercredi à 19h30, relâche dimanche et lundi

top
2005
11/1>12/2
du 11 janvier au 12 février 2005
à 20h30, le mercredi à 19h30, relâche dimanche et lundi

top
1/3>2/4
du 1er mars au 2 avril  2005.
à 20H30 , mercredi à 19H30, relâche dimanche & lundi

top
26/4>28/5
du 26 avril au 28 mai 2005
à 20H30 , mercredi à 19H30, relâche dimanche & lundi

top
19/7>13/8
spectacle en plein air
du 19 juillet au 13 août 2005
à 21h, relâche dimanche et lundi

top


2>27/5/2006 :

Installation de Charlotte Marshal dans les Jardins Suspendus du  Théâtre



4>29/10


top
22/11>17/12

top
24/1>18/2/2006

top
28/3>15/4/2006

 


top
2>27/5/2006

top
18/7>12/8/2006
Spectacle en plein air 

top

top
 

Nouveau Théâtre du Méridien
200 ch. de la Hulpe
1170 Bruxelles
Tél: +32 (0) 2 660 54 34
Fax: +32 (0) 2 672 38 20

Email :
info@theatredumeridien.be

Réserv.:
- 02/660 54 34
- reservation@
theatredumeridien.be


Site web :
www.theatredumeridien.be/



  iDearts © 1999-2004 - All rights reserved