Maison de la Culture de Tournai
Centre culturel régional transfrontalier

 ARCHIVES SPECTACLES 

>>> Voir aussi les Concerts à Tournai


2002


top
25/9
SALLE JEAN NOTE
Pokatukha
- Cirque de et par la troupe des clowns du Licedei de Saint-Pétersbourg


top
30/9
SALLE JEAN NOTE
Hungenga - Comédie musicale 
par le groupe de danse Higa et les tambourinaires d'Abagumyabanga (Burundi) - Chorégraphie : Ciza Muhirwa


top
5/10
16h30
SALLE FRANK LUCAS
Petitou par la Compagnie Faux comme il Faut
À partir de 4 ans Dans la vie, il faut être patient, surtout quand on est petit. Petitou, lui, ne veut pas attendre... Il veut faire ce qu'il veut, comme il veut, quand il veut. Il n'est pas petit, il a faim et il veut découvrir le vaste monde...
mais dans le vaste monde, il y a d'autres affamés qui, de Petitou, risquent de ne faire qu'une bouchée.


top
8-9/10
20h30
SALLE FRANK LUCAS
Tout ça du vent de et par Philippe Grand'Henry
Mise en scène : Françoise Bloch
Assistée de Astrid Howard
Conseiller dramaturgie : Didier De Neck
Transcription des improvisations : Sylvia Da Re
Scénographie et costumes : ateliers du Théâtre de la Place
Lumière : Fred Vannes
Régie générale : Thierry Moors
Régie son et lumière : Marc Defrise
Coproduction : Théâtre de la Place / Théâtres Les Tanneurs

Seul sur scène, Philippe Grand'Henry livre un récit imbibé de ses souvenirs d'enfance, à la fois extravagant et réaliste. Il raconte ce gamin qui grandit et affirme son caractère à l'ombre d'une mère possessive et castratrice. Autour d'eux, une galerie de personnages prend forme et vie.
Adroitement épaulé par Françoise Bloch, il se met à nu, il éclate littéralement dans le portrait de sa mère qui est aussi par extension celui de sa mère patrie : la Wallonie profonde. Mère-fils, il jongle d'un personnage à l'autre qui, aux yeux des spectateurs, finissent par se confondre et ne faire pratiquement plus qu'un.
Dans "Tout ça du vent", l'émotion, qui se mêle au rire, réveille en chacun de nous des fragments de mémoire.
Meilleur "seul en scène", prix du Théâtre 2001.


top
16/10
20h30
SALLE FRANK LUCAS
L'Espiègle Enragé d'après "Thyl Ulenspiegel" - Conte de Charles de Coster. Mise en scène : Fanchon Daemers et Mélancolie Motte. Avec l'aide d'Alberto Garcia

Inspirée par le récit de l'écrivain Charles de Coster, Mélancolie Motte raconte à sa manière l'épopée d'un des héros les plus fameux de la littérature belge : Thyl Ulenspiegel, un espiègle enragé, parfois jovial, souvent tourmenté et toujours rusé qui n'a de cesse de déjouer et de venger les malveillances dont il est victime. À travers l'histoire de l'inquisition espagnole en pays de Flandres, des souffrances et massacres qu'elle y a engendrés, Thyl Ulenspiegel ne nous parle pas d'un nationalisme déplacé mais bien d'une lutte pour la liberté de conscience universelle, d'un combat quotidien et toujours contemporain contre l'absolutisme. Ce n'est pas un héros de farce : il est ce personnage qui vient inlassablement chatouiller notre conformisme et montre la bêtise humaine sous forme de blagues ou de dure réalité.


top
22/10
20h30
SALLE JEAN NOTE
Madame Marguerite de Roberto Athayde
Avec Annie Girardot
Adaptation : Jean-Loup Dabadie
Conception artistique : Jean-Luc Moreau
Assisté de Mathilde Penin
Musique originale : Sylvain Meyniac

"Bonjour à tous. Je suis votre nouvelle maîtresse. Comme on a déjà dû vous le dire, je suis Mme Marguerite. Pour ceux qui n'auraient pas compris, je vais l'écrire au tableau."
Annie Girardot est née à Paris. Après son baccalauréat, elle suit les cours de Henry Bosc et Jean Meyer au centre d'art dramatique. Au Conservatoire de Paris, elle remporte le premier prix de comédie en 1954. Engagée à la Comédie-Française, elle y interprète "la paix de chez soi" de Courteline en 1954, "la machine à écrire" de Jean Cocteau et "Amédée" de Jules Romain.
Elle fait ses débuts à l'écran en 1955 dans "Treize à table" de André Hunebelle. Elle s'affirme dans "Rocco et ses frères" en 1960 et poursuit une brillante carrière cinématographique.
Pour "Madame marguerite", Annie Girardot fut récompensée "meilleure comédienne" aux Molières 2002.


top
22/10
20h30
SALLE FRANK LUCAS
Opcion cero/option zéro 
par le Teatro de Los Elementos (Cuba) - Création collective
Mise en scène : José Orial Gonzalez et Etienne Van der Belen
Direction et dramaturgie : Sonia Pastecchia
Avec 7 comédiens cubains + 2 comédiens francophones (belge et québécois). 
Avec l'aide de l'asbl Chispa et l'ONG Quinoa
Dans le cadre du Festival international de Théâtre Action

"Opcion cero" raconte l'histoire des dix années du Teatro de Los Elementos depuis la "Période spéciale en temps de paix" instaurée par Fidel Castro, moment où le groupe se lance sur les routes à la rencontre des communautés les plus reculées du pays. L'option zéro est alors le terme utilisé quand le pays se retrouve à la fois délaissé par l'URSS et soumis à la pression croissante d'un embargo américain sans cesse plus contraignant. À cette époque, la plus grande richesse des Cubains est leur mémoire, leur culture. Le Teatro de Los Elementos aura alors comme moteur de travail tout au long des années, la sauvegarde de cette mémoire des communautés en établissant une relation d'échange permettant un enrichissement mutuel.


top
24/10
20h30
SALLE FRANK LUCAS
N'être de Pietro Pizzuti - Création
Mise en scène : Pietro Pizzuti - Costumes : Zouzou Leyens
Musique : Matthieu Ha - Lumière : Frédéric Vannes
Avec Stéphane Auberghen, Nathalie Laroche, Cécile Leburton, David Quertigniez, Etienne Van der Belenet Laurence Vielle

"N'être" est le titre d'un spectacle qui naît devant vous chaque soir. Personne n'y peut rien, le théâtre est ce lieu où tout naît chaque soir. "N'être" parle des charnières de la vie : la naissance et la mort. La naissance arrache à la mort et la mort met un terme à la vie, l'une conduit à l'autre, mais qui de l'une ou de l'autre ouvre et ferme ?
Une légende explique l'origine de la petite fossette que nous avons tous au-dessus de la lèvre supérieure : depuis qu'il est dans le ventre de sa mère le bébé sait tout du monde et de ses secrets, lorsqu'il naît, grande est son envie de tout nous raconter, au moment où il ouvre la bouche, un ange survient et pose un doigt sur ses lèvres : chut* !
"N'être" est un peu de silence trahi sur un plateau de théâtre, sans un gramme de désespoir mais un peu de tout le reste. vous allez voir !" Pietro Pizzuti
*dans "Le bébé est une personne", Bernard Martino 
(Ed. J'ai lu)


top
6/11
18h
SALLE FRANK LUCAS
Made in China - Jeune Public
Dans le cadre du festival "Découverte, images et marionnettes" du 28 octobre au 6 novembre

de Sophie Museur par Canard noir / Théâtre des 4 Mains
Adaptation et mise en scène : Sophie Museur
Décors et costumes : Annick Walachniewicz
Marionnettes : Jean-Christophe Lefevre
Éclairages : Eric Gierse - Décor sonore : Pascal Chardome
Avec Zabou Thelen, Jean-Christophe Lefevre et Eric Gierse

Salut, c'est moi, Jeanne. Papy est venu me garder une semaine à la maison, le temps que Papa et Maman aillent en Chine et ramènent Tchong, mon nouveau, petit frère. Il est chinois aussi. Jusque-là, j'étais contente, je trouvais ça super : un petit frère, mais aujourd'hui, j'ai la trouille, ils reviennent demain et je sens une grosse boule là... Je veux plus de petit frère ! Je vais monter sur le toit et attendre Horace, il pourra peut-être m'aider...


top
6/11
20h30
SALLE JEAN NOTE
Le Cirque de la Licorne - Bestiaire forain 
par le Théâtre de la Licorne
Spectacle de clôture du Festival international de marionnettes

Mise en piste : Claire Dancoisne, Serge Bagdassarian et Patrick Smith - Costumes : Catherine Lefebvre
Assistée d'Alexandra Charles et Annette Six
Masques : Francis Debeyre - Lumière : Manu Robert
Musique : Arnaud Van Lancker
Décor et objets : Bertrand Boulanger, Patou Deballon, Olivier Debrun, Jean-Baptiste Gaudin, Alexandre Herman, Alain Lebéon, Coline Lequenne, Ettore Marchica, Francis Obled, Thomas Ramon, Théo Reuvers, Rénaldo Romano, Gérard Sellier et Patrick Smith - Régisseur général : Michaël Vigier
Avec Bouzid Bazi, Thomas Dubois, Céline Dupuis, Pierre Foviau, Nicolas Gousseff et Muriel Hunet

Dans la plus pure tradition des arts de la piste, s'enchaînent, sur un rythme effréné, numéros d'équilibre, de funambules, de briseur de chaînes... par une ménagerie aux frontières de l'imaginaire. Fauves en ferraille, animaux encore sauvages, autant d'espèces méconnues, inconnues et saugrenues, fabriquées et manipulées avec une extrême recherche par six
comédiens masqués aux corps quelque peu fatigués et déformés...  Un fabuleux travail de plasticiens-mécaniciens qui créent un univers inédit à la lisière d'une humanité singulière et d'un singulier bestiaire.


top
8/11
20h30
SALLE JEAN NOTE

Egalement le 7/11
à Bruxelles
>>> infos
Elie Semoun - Humour
Vous n'allez pas le reconnaître. A chaque sketch, il sera une personne différente : Toufik qui fait un sondage dans la rue, Kevina une ado amoureuse, la vie quotidienne d'une maison de retraite, un chantier chez Monsieur "Semoule", le patron efféminé d'un magasin, un mari infidèle, un vieux beau et deux classiques : l'Enterrement et le Comique ringard.
Toujours avec ce même souci du détail qui fait mouche dans les mots et dans le jeu, plus qu'un spectacle où l'on rit, c'est une vision amère et acide des petits travers humains. C'est cette même inspiration qui a fait le succès des désormais cultes "petites annonces d'Elie SEMOUN". Appartenant à la même famille artistique que Muriel ROBIN et assisté dans l'écriture de certains sketches par Frank DUBOSC, Elie est ici mis en scène par Roger LOURET.


top
12/11
21h
SALLE JEAN NOTE
Isma - une "pièce de conversation" de Nathalie Sarraute
par l'Ensemble Leporello

Mise en scène : Dirk Opstaele - Décor sonore : Schubert
Arrangements vocaux : Ad Hoc Services et Michel Duyck
Avec Andréa Bardos, A. Charman, Lieve Claes, Luc De Smet, Machteld Timmermans et Bernard Van Eeghem
Coproduction : Ensemble Leporello / Lou Iockens

Dans un lieu indéfini, un groupe de personnes tout aussi indéfini bavarde, converse, remplit les blancs. Manifestement, ils n'ont pas grand-chose à se dire. Alors ils cassent du sucre.
Avec un argument de base des plus minces, "Isma" est un spectacle aussi curieux que fascinant. Dans l'orchestration de Dirk Opstaele, le texte réputé difficile de Sarraute devient à la fois accessible et percutant. La conversation prend l'élan d'une symphonie de Schubert. Les corps étant eux aussi atteints de logorrhée, l'action frôle la chorégraphie. Et, sans qu'on s'en aperçoive tout de suite, dans la mêlée des répliques et escarmouches sémiotiques, les personnages avec un humour, une énergie et un naturel confondant, se mettent à chanter en parfaite harmonie.
Mais au fait, que signifie "Isma" ?


top
15/11
20h30
À LA ROSE DES VENTS
Villeneuve d'Ascq
La Vie de Galilée de Bertolt Brecht
Traduction : Eloi Recoing - Mise en scène : Jean-François Sivadier - Assisté de Véronique Timsit
Décor : Jean-François Sivadier et Christian Tirole
Accessoires : Christian Tirole, Dominique Brillault et Yann Chollet - Costumes : Virginie Gervaise
Avec Nicolas Bouchaud, Stephen Butel, Aurélie Du Boys, Eric Guérin, Denis Lebert, Christophe Ratandra, Christian Tirole, Dominique Brillault et Nadia Vonderheyden
Coproduction : Théâtre National de Bretagne (Rennes), Le maillon-Théâtre de Strasbourg, La Halle aux grains-Scène nationale (Blois), La rose des vents et Italienne avec Orchestre

À l'aube d'un nouveau millénaire où les convictions et les croyances sont à l'abandon, "La Vie de Galilée" est d'évidence une pièce provocante. Elle est la pièce du doute et de la certitude, dont le discours didactique et la ruse qui permet la feinte "parlent" directement à un public déjà en quête de foi et de loi.
"Le plus beau dans la mise en scène de Jean-François Sivadier est certainement la maîtrise de diverses lectures de la pièce qu'il propose. Par-delà la quête scientifique, il met l'accent sur une dimension proprement théâtrale, comme si Brecht regardait la scène à travers ses fameuses lunettes rondes, à la manière de Galilée fouillant le ciel de ses regards
grâce à sa non moins fameuse lunette."
François Guilhou, revue "Théâtres"
Un spectacle brillant.


top
16/11
20h30
SALLE JEAN NOTE
Roland Magdane
- Humour
Dans le cadre du Festival des Imitateurs


top
22>23/11
20h30
SAMEDI 16h30
SALLE JEAN NOTE
Les Bijoux de la Castafiore d'Hergé
par le Théâtre Am Stram Gram de Genève

Réalisation : Dominique Catton, Gilles Lambert et Christiane Suter - Mise en scène : Dominique Catton et Christiane Suter
Scénographie : Gilles Lambert - Lumière : Jean-Philippe Roy
Son : Jean Faravel - Régie générale : Jean-Claude Blaser
Costumes : Mireille Dessingy, Verena Dubach et Remedios Rodriguez - Maquillages, postiches et perruques : Johannita Mutter et Katrin Zingg
Avec Jacques Michel, Jean Liermier, Daniel Hernandez, Nicolas Rinuy, Claude Vuillemi, Kathia Marquis, Anne-Marie Delbart, Jacques Maeder, Ariane Catton, Claude Thébert, Jean-Marc Morel, Matteo Zimmermann, Ian Durrer, Anne-Schlomit Deonna, Michel Zimmermann et David Marchetto - Chant : Agnès Perret et Kathia Marquis
Piano : Gilles Landini
Coproduction : Am Stram Gram Le Théâtre / Moulinsart SA

"La Castafiore ?!?. Ici ?!? 
Mille millions de mille sabords !!! Cataclysme !. Catastrophe !. Calamité !. Nestor ! Nestor, mes bagages tout de suite !. Il faut que je sois parti dans une heure !."
La maison de la culture de Tournai présente en exclusivité la version scénique du plus théâtral des albums d'Hergé : "Les Bijoux de la Castafiore", créé par le Théâtre Am Stram Gram de Genève.
Tintin et Milou, le capitaine Haddock, Nestor, les Dupond(t), le professeur Tournesol, et bien sûr la très savoureuse Bianca et ses fameux "Ciel ! Mes bijoux !", tous ces héros sans âge prendront vie grâce à cette remarquable distribution où premiers et seconds rôles s'équilibrent, l'auteur aimant trop ses personnages pour négliger ne serait-ce qu'une seule partition. De l'aveu même du dessinateur parlant de la couverture de l'album : "à travers Tintin, c'est moi qui m'adresse au lecteur et qui lui dis : Vous allez voir la comédie. Chut ! et maintenant place au théâtre !". Il invite le lecteur à faire silence pour assister à la bruyante représentation qui se
déroule dans le décor unique du château de Moulinsart.
Un grand moment en perspective pour lequel il est inutile de dire "À ne pas rater" !


top
25/11
20h30
SALLE FRANK LUCAS
Fratelli par le Teatro La Ribalta (Italie)
de Carmelo Samona, Michele Fiocchi, Remo Rostagno et Antonio Vigano - Mise en scène : Antonio Vigano
Avec Giovanni Battista Storti et Antonio Vigano
Production : Teatro La Ribalta
Dans le cadre du festival "Planetado, rencontres internationales théâtre et adolescents" du Grand Bleu de Lille et dans le cadre des Rencontres franco-italiennes de La rose des vents de Villeneuve d'Ascq

"Fratelli" raconte l'histoire de deux frères étroitement liés. L'un deux, autiste, a beaucoup de difficultés à s'exprimer et à communiquer. Leur système de dialogue, de compréhension mutuelle et leur témoignage d'affection s'organisent alors autour de petits rites et de jeux.
Le spectacle racontera les rapports étroits entre ces deux frères, rapport de dépendance réciproque.
Un langage simple, poétique et intensément émouvant. Entre mouvements dansés et extraits d'histoires connues, les gestes sont tout. Ils sont l'expression de désirs et d'échanges d'intentions. Sans jamais nous lasser, les acteurs nous emmènent dans un voyage sur les sentiers qui portent à chercher l'autre, le différent.


top
30/11
16h30
SALLE JEAN NOTE
Dès 5 ans
Picas' songes - Danse - dès 5 ans
par la Compagnie Nathalie Cornille
Conception et chorégraphie : Nathalie Cornille
Lumières : Delphine Bonnefoi - Son : Xavier Brousse
Décor et accessoires : Delphine Bonnefoi
Costumes : Nathalie Cornille et Anne Valet
Avec Claire Alix, Nathalie Cornille et Jérôme Ferron
Coproduction : Cie Nathalie Cornille / Théâtre Arc en Ciel

"Picas'songes" est un spectacle dansé qui se promène dans l'univers grandiose de Pablo Picasso.
Invitation à être curieux de l'art, "Picas' songes" est une vision intime de la peinture et de la sculpture par le langage simple et direct du corps en jeu. En regardant une oeuvre, on peut entendre des mots, deviner un mouvement, choisir une musique qui l'habille, imaginer une histoire... Une histoire qui s'inspire de la couleur, de la lumière et des sentiments présents dans cette oeuvre. La Lilloise Nathalie Cornille n'est pas une inconnue à Tournai. "La Baleine rouge", spectacle qu'elle a signé et dansé avec Cyril Viallon fut accueilli, il y a quelques années, à la maison de la culture...


top
6/12
20H30
SOUS CHAPITRE
NOREXPO à LILLE
Dans le cadre du Festival "Au rayon
burlesque" du Prato de Lille





La Syncope du 7 - Cirque par le Collectif AOC

Mise en scène : Collectif AOC et Fatou Traoré
Chorégraphie : Fatou Traoré
Composition musique : Olivier Teneur
Conception et construction structure : Collectif AOC et Olivier Durand - Création lumière et habillage structure : Philippe Baste - Intervenants techniques de cirque : Jambenoix Mollet et Gérard Fasoli - Composition et régie son : Bertrand Landhauser - Avec Marlène Rubinelli-Giordano, Sylvain Decure, Gaétan Leveque, Cyrille Musy, Marc Pareti, Mathieu Prawerman et Olivier Teneur

Les membres du collectif de cirque AOC, issus du Centre National des Arts du Cirque, s'inscrivent en droite ligne du parti pris de cette école : pratiquer le mélange des arts "en évitant tout procédé de plaquage et de tout amalgame". Fatou Traoré a mis en scène et chorégraphié le travail des circassiens. La qualité gestuelle, sa mise en rythme et en espace contribuent à la réalisation d'une oeuvre qui crée l'illusion de l'effacement des contacts.Acrobatie, jonglage, danse, musique, tout dans "La Syncope du 7" procède d'une même puissance, que Fatou Traoré nomme en privé "musique". Celle-ci est l'élément unificateur qui s'inclut dans ce collectif, "le collectif" étant l'autre nom de la "musique ", et
réciproquement. "La Syncope du 7" est donc de la musique à voir, du mouvement entre sept individus, et pas uniquement un cirque d'images.


top
10/12
20h30
SALLE JEAN NOTE
Créatures - Danse
par la Compagnie Jean Gaudin
Chorégraphie : Jean Gaudin
Musique originale : Michel Musseau
Musique enregistrée : Anita Lane (Do that thing,
Home is where the hatred is), Marilyn Monroe (Kiss) et Nathaaniel Merriweather (Anger management)
Scénographie : Philippe Marioge - Lumière : Dominique Mabileau - Son : Alexis Meier et Marc Piéra
Costumes : Cidalia da Costa - Direction artistique : Christian Welti - Avec Pascal Allio, Mikaël Cadiou, Eliane Decostanzi, Jean Gaudin et Andréa Sitter - Coproduction : Université Paris X Nanterre / Compagnie Jean Gaudi

"Le regard tendre et féroce de Jean Gaudin sur l'étrange peuplade humaine génère une danse des ardents, c'est-à-dire passionnée, emportée, drôle, et parfois traversée d'instants plus énigmatiques. Le monde contemporain ne cesse de l'interroger : l'individualisme sauvage, la recherche effrénée de l'ego, la soif de pouvoir. Pourtant ses spectacles n'engendrent pas la mélancolie, il y circule une énergie vitale resplendissante. Jean Gaudin croit dur comme fer au rythme premier, intact, des jours qui coulent et des hommes de passage. L'essentiel est bien dans cet allant de la vie qui finit par tout emporter heureusement." Christophe Martin


top
2003
6-8/1
20h30
SALLE FRANK LUCAS
Un Fou noir au pays des Blancs 
Un matin de 1995, Pie Tshibanda, auteur congolais reconnu, marié, père de 6 enfants, témoin gênant et menacé de mort, débarque un matin d'hiver à Zaventem. Dès la première fouille, il comprend qu'il est seul, qu'il est noir, qu'il a perdu sa respectabilité et surtout sa présomption d'innocence.
Comme des milliers d'autres, il entreprend le véritable parcours du combattant du candidat réfugié politique au travers des administrations belges...
"Un Fou noir au pays des Blancs" agit comme un miroir, il nous renvoie nos préjugés, nos défauts, nos angoisses et nos peurs avec un humour décapant mais en n'oubliant jamais que "Un Fou noir" autant qu'un conte, est une histoire vraie...


top
11/1
16h30
SALLE JEAN NOTE
Dès 8 ans
La nuit des chimères par la Compagnie de la Casquette
Conte - Écriture et mise en scène : Christian Baggen
Musique : Michel Berckmans - Scénographie : Anne Guilleray
Décor : Roland Juncker, Geneviève Périat, Olivier Waterkeyn et Catherine Cosme - Costumes : Sylvie Thévenard, Raphaëlle Debattice et Anne Guilleray - Accessoires : Mathilde Ferry
Conseillère équestre : Laurence Janssens
Régie : Roland Juncker et Delphine Voogd
Avec Luc Devreese, Catherine Lazard, Giuseppina Mammone et Jean-Luc Piraux
Voix off et traductions en grec ancien : François Duyssinckx

Une nuit, près d'une fontaine, un vieil homme parle. Il nous parle. Il évoque des âges oubliés, des genèses sans doute inconnues. Puis, quand il regarde dans l'eau noire, juste éclairée par les astres, viennent à lui des créatures étranges, à la fois humaines et animales. Elles ont pour nom Centaure, Sirène, Sphynx, Pan, Minotaure et Méduse. Chacune lui dévoile une part d'elle-même : blessure secrète ou désir caché. Par ces rencontres énigmatiques, le vieil homme va tenter d'éclairer la fin de sa route et de trouver une réponse à l'ultime question. Enfin, il osera interroger le dieu lui-même qui peut-être lui renverra son image, reflétée par l'eau de la fontaine Castalie, juste troublée par les siècles.


top
15/1
20h30
SALLE JEAN NOTE
Un Fil à la patte de Feydeau
par le Rideau de Bruxelles - Musiques d'Offenbach
Mise en scène : Frédéric Dussenne
Assisté de Muriel Lejuste - Arrangements et direction musicale : Pascal Charpentier - Assisté de Hélène Catsaras
Scénographie : Marcos Viñals Bassols
Éclairages : Renaud Ceulemans
Costumes : Lionel Lesire et Françoise Van Thienen
Régie générale : Marcel Derwael
Avec Claire Bodson, Alain Eloy, Pascale Vyvère, Thierry Lefèvre, André Baeyens, Benoît Van Dorslaer, Nicole Valberg, Philippe Vauchel, Bernard Sens, Béatrice Wegnez, Pascal Charpentier (piano) et Claude Vonin (violon)

Feydeau-Offenbach-Dussenne, une équation dont la genèse remonte à une quinzaine d'années. Témoins de cette union : Pascal Charpentier, directeur musical, arrangeur et interprète des pages choisies pour s'insérer avec justesse, dans l'action ; et Marcos Viñals Bassols, concepteur du décor, tout en cage et portes, dont le piano fermé forme l'unique table. De fait, elles claquent ces portes, révèlent et dissimulent la vaudevillesque intrigue, un ahurissant chassé-croisé entre un clerc de notaire, un général bolivien, une baronne bon chic bon genre. autour de Bois d'Enghien, fêtard invétéré qui a enfin trouvé l'oiseau rare - une oie blanche, bourgeoise et riche. Le hic : Lucette, chanteuse de café-concert, dont il est l'amant protecteur, ne le laissera pas filer si commodément !
Un divertissement réglé comme du papier à musique. Un régal.


top
22/1
20h30
À LA ROSE DES VENTS
VILLENEUVE D'ASCQ
Déshabillages - comédie mortelle - Création
par la Compagnie Jean-Michel Rabeux
Texte et mise en scène : Jean-Michel Rabeux
Assisté de Sophie Rousseau
Scénographie et costumes : Pierre-André Weitz
Lumière : Jean-Claude Fonkenel
Avec Sophie Buis, Claude Degliame, Fate France, Mélanie Menu, Véronique Poupelin et Franco Sénica
Coproduction : La Compagnie, La rose des vents, Théâtre de l'Agora (Evry) et Théâtre de la Bastille (Paris)

Une Reine des Nuits et des plaisirs, une maîtresse de la Mort, Reine du Temps, hors d'âge, arrive sur la terre, entraînant avec elle ses quatre Dames, ses Ladies, et un jeune homme qui d'abord amant/marin, quasi gigolo, objet des désirs royaux jusqu'à ce que mort très sanglante s'ensuive, réapparaît comme un roi, tout puissant, assassiné puis réincarné en travesti, suicidé puis ressuscité. Il n'est pas seul à mourir pour renaître.
Dans cette comédie, à la fin, tout le monde est vivant !
"Il n'y a évidemment pas d'histoire au sens classique, pas de personnages socio-psychologiques. C'est le contraire : on est au théâtre, on l'affirme, au cabaret, on s'en amuse, au cirque, comme vous voulez, et successivement, et en même temps. Dans une logique dramatique, le spectacle va vers la mort, en riant, mais de plus en plus jaune.


top
24-25/1
20h
SALLE LE PALACE
GRAND PLACE, ATH
Palace Club - Théâtre musical - CREATION
Avec Daniel Hélin et Sandrine Bergot

C'est le manque d'argent qui les a conduits ici. Avant, ils étaient à la tête d'un cabaret. Elle était la présentatrice, il était le chef d'orchestre. La faillite leur a pris leur établissement : "Show must go on !", ils sont devenus nomades. La précarité les a contraints à, peu à peu, se séparer de leur personnel (musiciens, danseuses, avaleurs de sabre.). Qu'à cela ne tienne ! Ils tiendront tous les rôles !
Ce spectacle c'est leur vie. Plutôt couler avec le navire que tout arrêter. Mais ce soir, l'enjeu est de taille : si à la fin de la représentation, ils n'ont pas réuni la somme nécessaire, des huissiers emportent tout !
"Palace Club" donne à voir deux personnages perdus, qui vivent plus qu'ils n'expliquent une réalité qui les a meurtris, et qu'ils dénoncent.


top
27-31/1, 1/2
LUNDI 27, MERCREDI 29 et
VENDREDI 31 JANVIER, 20h30
SAMEDI 1er FERVRIER, 20h30
SALLE FRANK LUCAS
À ta folie ! de Eve Bonfanti, Yves Hunstad et Etienne Van der Belen - Mise en scène : Simone Moesen
Avec Etienne Van der Belen
Décor et costumes : Zouzou Leyens et Philippe Henry
Lumière : Laurent Kaye - Diffusion : Hervé d'Otreppe
Coproduction : asbl Chispa, Théâtre de la Balsamine, Théâtre de l'Eden et maison de la culture de Tournai

"À ta folie !" est un voyage imaginaire. Celui qu'un certain Fernando fait, par amour, en compagnie de sa grand-mère qui vient de mourir.  Fernando nous invite à larguer les amarres dans le monde des esprits, à partir loin dans l'au-delà de "l'autre vie", à la suite de sa grand-mère, tendre Don Quichotte des temps modernes.
Et sur le chemin, retrouver ses compagnons de route préférés, Saint François d'Assises, Karl Marx et Frédéric Chopin, sans oublier l'ineffable poète portugais Pessoa, personnage étrange au prénom homonyme de celui qui sur scène nous raconte ses récits.
Fernando, nous entraîne dans cet hymne à la "douce folie", petit grain vital qui ouvre à l'infini le jardin des possibles.


top
30/1
20h30
SALLE JEAN NOTE
Hopa Tzupa - Danse
par la Compagnie Myriam Dooge et le Taraf Borzo
Chorégraphie et mise en scène : Myriam Dooge
Direction artistique : Yann Corlay
Régie générale : Jean-Luc Girard
Régie son : Andy Robbins
Danseurs : Kristell Corlay, Yann Corlay, Michèle Fleury, Vincent Huet et Aurélie Cantin
Taraf Borzo : Bénito Blanquaert (saxophone, clarinette, flûte), Franck Cardon (violon), Pierre Chamussy (guitare), Serge Desaunay (accordéon), Sandra Dupoux (chant), Christophe Hache (contrebasse), Piet Jorens (percussions), Bertrand Lenclos (cymbalum) et Jean-Pierre Lietar (cornet)

"Hopa Tzupa" est un spectacle chorégraphique et musical mêlant la musique tsigane endiablée du Taraf Borzo et la gestuelle contemporaine, fluide et imagée de la chorégraphe lilloise Myriam Dooge, déjà présente à Tournai il y a quelques années pour le jeune public avec "Le sommeil des herbes".
Dix musiciens et cinq danseurs : un plateau splendide pour un moment jubilatoire, véritable "festin poétique" à partager en famille.


top
4>8/2
MARDI 4, MERCREDI 5, JEUDI 6 ET
VENDREDI 7 FEVRIER, 20h30
SAMEDI 8 FEVRIER,16h30 et 20h30
SALLE FRANK LUCAS
Construire un feu de Jack London
par le Théâtre Grand-Guignol
Mise en scène : Dominique Roodthooft
Jeu : François Delaive - Scénographie : Philippe Henry
Création lumière : Laurent Kaye
Création son : Roger Verhoeven
Production : Grand-Guignol, Théâtre de la Place,
Halles de Schaerbeek et Théâtre National
Avec l'aide de la maison de la culture de Tournai

"Construire un feu" met en scène un voyageur du grand-nord qui, accompagné de son chien, en cette journée particulièrement froide, dans un paysage de neige et de glace, doit rejoindre le campement où l'attendent ses compagnons.
La tâche serait réalisable s'il ne tombait pas accidentellement dans un trou d'eau. Il sait alors que sa survie dépend de sa possibilité de faire un feu. Il y parvient à grand peine, et voit le feu s'éteindre aussitôt sous la neige tombée du sapin au-dessous duquel il s'est réfugié, signant ainsi son arrêt de mort. "Construire un feu", fable de Jack London, raconte comment un homme terrassé par la nature, rassemble dans un sursaut ses forces qui s'éteignent, dans l'espoir d'éloigner la mort.


top
8/2
SAMEDI 8 FEVRIER, 20h30
A LA ROSE DES VENTS
VILLENEUVE D'ASCQ
Comme il vous plaira de Shakespeare
par le Chat Borgne Théâtre - Mise en scène : Jean-Yves Ruf
Scénographie : Valérie Jung - Lumière : Christian Dubet
Traduction : André Markowicz - Distribution en cours
Coproduction : MC 93 Bobigny, Le Maillon-Théâtre de Strasbourg, Théâtre Granit (Belfort) et Scène Nationale de Dieppe

Fasciné depuis plusieurs années par la langue shakespearienne, sa polysémie, sa liberté, son impertinence, le metteur en scène Jean-Yves Ruf s'est attaché au texte de "Comme il vous plaira". La thématique de la forêt omniprésente, telle une matrice propre à générer les métamorphoses, les variations de l'identité, le transvestisme, l'a d'emblée inspiré.  Plus qu'un décor, cette forêt est la véritable matière première de l'oeuvre.  Toute l'intrigue en découle. Une forêt dangereuse qui attire. Où l'on aime se perdre.


top
12/2
MERCREDI 12 FEVRIER, 20h30
SALLE JEAN NOTE
Ascenseur, une fantasmagorie pour élever les gens et les fardeaux  - Cirque par la Compagnie Non Nova
Création et interprétation : Philippe Ménard
Mise en scène et réalisation des films :
Rémi Balagué et Philippe Ménard
Assistés de Florence Rondeau
Scénographie et décor : Julien Malardenti
Dramaturgie sonore et bande sonore : Hervé Diasnas
Création lumière, régie et éclairage des films : Erwan Brisard
Lumière : Erwan Brisard et Pierre-Yves Chouin
Son : Ivan Roussel et Olivier Gicquiaud
Régie plateau : Fabrice Gueno et Yvan Vallat
Photos et cadrage des films : Fabrice Gueno

Cirque, danse, vidéo ? "Ascenseur" est une pièce à sketches illustrant la journée d'un jongleur à l'entraînement ou aux prises avec ses doutes. Des écrans vidéo dévoilent ses fantasmes : il jongle dans toutes les positions, seul ou à plusieurs... et rien ne lui paraît impossible.  Entre réel et irréel, fantasmes et défis, l'artiste entraîne le public dans un univers tendre et insolite où les lois de la gravité sont étrangement dociles.  Pour "Ascenseur", Philippe Ménard a souhaité être mis en scène par Rémi Balagué, fondateur de la Compagnie Vent d'Autan dont on a pu admirer "Pas touche Terre" en 2001 à la maison de la culture.


top
18-19/2
MARDI 18 ET
MERCREDI 19 FEVRIER, 20h30
SALLE FRANK LUCAS
Lettres ouvertes par la compagnie La Maison Éphémère
Mise en scène : Brigitte Baillieux - Scénographie : Philippe Henry - Lumière : Laurent Kaye - Assistanat : Jean-Marie Heselmans - Régie : Jean-Louis Gille - Avec Bernadette Mouzon, Guy Theunissen et François-Michel van der Rest

Dans "Lettres ouvertes", trois personnages accompagnés de marionnettes en bois racontent, imaginent ce qu'ils connaissent de la torture et de la dictature. Ils ont vécu sous de tels régimes autoritaires, mais n'en ont en effet jamais éprouvé directement la terreur.  Cette pièce sème le doute et incite le spectateur à s'interroger sur ses angoisses, sa soumission à l'autorité, son silence, sa propension à ne se considérer ni coupable, ni concerné, son manque de courage même parfois ou son découragement. Le faire réagir pour qu'il garde les yeux bien ouverts, ce qui déjà, l'oblige à affronter la peur.


top
22/2
SAMEDI 22 FEVRIER, 16h30
SALLE JEAN NOTE
Dès 3 ans
Carte postale - Danse (dès 3 ans) par la Compagnie Félicette Chazerand - Danse et chorégraphie : Félicette Chazerand, Gustavo Corso et Jean-Luc Yerlès
Dramaturgie : Charlotte Fallon et Michel Van Loo
Scénographie et costumes : Zoé Van der Stricht
Musique originale : Daniel Dejean
Arrangements : Paul Pasquier
Musiques enregistrées : Ghymes, Bazsarózsa & Lalo Schisrin et Córazon de oro - Lumières : Jean-Jacques Deneumoustier
Images vidéo : Félicette Chazerand
Montage vidéo : Serge Finschi - Régie : Gérald Fenerberg

Le temps, éternel amoureux de toutes les boîtes aux lettres, se déguise en facteur. Il grimpe et glisse dans leur bouche un doux secret : "Rendez-vous à la plaine des saisons, nous partagerons ensemble la chaleur de l'été, les couleurs de l'automne, les farces de l'hiver, la fraîcheur du printemps".
"Carte postale" cherche à éveiller ou raviver des émotions, des rythmes de l'enfance, les jeux, les rires, l'insouciance face aux rayons du soleil, à une feuille d'automne ou à un flocon de neige.  À travers des personnages issus de cartes postales, une grand-mère, un facteur, une jeune fille et bien d'autres encore, un univers se crée plein de couleurs et de rebondissements...


top
26/2
20h30
SALLE JEAN NOTE
Le Médecin malgré lui de Jean-Baptiste Poquelin,
dit Molière par le Théâtre de la Vie
Mise en scène : Herbert Rolland - Assisté de Anik Rolland
Scénographie, costumes et masques : Christine Mobers
Assistée de Linda Ouchet - Chorégraphie : Marian del Valle
Éclairages : Jean Loutché - Avec John Dobrynine, Pierre Geranio, Yves-Marina Granhoua, Jean-Yves Izquierdo, Maud Perveux, Jean-François Politzer et Isabelle Wéry
Production : Théâtre de la vie

Sganarelle, un fagotier, et sa femme, Martine se disputent. Battue, Martine décide de se venger de Sganarelle. Surviennent des gens qui cherchent un médecin pour guérir la fille de leur maître Géronte. Martine décide de les utiliser à sa vengeance : elle leur dit que Sganarelle est médecin mais qu'il ne l'avoue qu'après avoir été battu, tant il est extravagant. Cédant à leurs "raisons", Sganarelle accepte de jouer le rôle du médecin. Amené dans la maison de Géronte, il s'installe dans l'exercice de la médecine.
La mise en scène porte un regard sur le thème de l'aliénation. Celle vécue par Sganarelle mais aussi celle des autres personnages, qui sont obligés - comme nous, spectateurs, le sommes depuis notre naissance - de correspondre aux normes d'une société qu'ils n'ont pas choisie et d'y trouver les moyens de survivre et, finalement, de jouer le jeu d'y croire et de paraître heureux.


top
14/3
20h30
SALLE JEAN NOTE
Bain Zen - Humour de et avec Bruno Coppens 
Mise en scène : Lorent Wanson
Coproduction : l'ADAC, le Service de Langue française de la Communauté française, Summum Communication (Sherbrook), la salle André-Mahieu de Laval (Montréal), lemanege.mons et la sprl Exquis Mots.

1, 2, 3 J'ouvre les chakras. 4, 5, 6 Vive la catharsis ! "Bain Zen". Nouveau délire verbal et visuel de Bruno Coppens qui s'attaque cette fois. au bonheur ! À travers des personnages hauts en douleurs, il nous ouvre les "portes des 3 bonheurs" : bonheur matériel : Vive l'immondialisation !, spirituel : Vive les philosophies orientales ! et sentimental : Vive l'amour en "time-chéri" !  Incarnant tour à tour le couturier cynique d'un défilé de langues de bois, un metteur en zen hyper exalté, le foetus écoutant sa mère lui décrire le monde extérieur. Bruno Coppens balaie les idées recluses, égratigne le gratin et chambouleverse les mots pour trouver une réponse à l'angoissante question : 
"Mais comment échapper au bonheur ?"


top
15/3
16h30
SALLE FRANK LUCAS
DUREE : 1h
Dès 7 ANS
Minimânsno - Théâtre Jeune Public
par le Théâtre de Galafronie - Écriture collective d'après une idée originale de Marianne Hanse - Mise en scène : Didier de Neck - Décors : Guy Carbonnelle - Costumes : Natacha Belova - Assistée de Catherine Van Assche
Éclairages : Guy Carbonnelle - Avec Marianne Hanse, Dominique Baeyens, Vera Van Dooren, David Strosberg et Blaise Ludik

Une fille qui parle à son poisson.Une pierre qui ne sait plus son nom. Des oiseaux sans arbres aux ailes de plomb. Un papa Roi perdu dans sa passion. Autant de vérités. Autant de vies à raconter.


top
8>30/3 Scènes étrangères 3 
Initié en 2001 par La rose des vents de Villeneuve d'Ascq, le Festival de théâtre international Scènes étrangères poursuit le chemin de ses deux premières éditions : l'originalité et le caractère novateur de nouvelles formes d'expression. Promouvoir la recherche et l'expérimentation, soutenir l'émergence de nouveaux talents et de nouvelles générations d'artistes, telles sont les ambitions de cette rencontre.
Le programme sera disponible début janvier.

On peut déjà citer :
- Visage de feu - Oskaras Korsunovas
Si vous regrettez de ne pas avoir vu "Le songe d'une nuit d'été" grandement applaudi la saison dernière, vous ne devez pas râter "Visage de feu" de Maeterlink créé au festival d'Avignon 2001.

- Commedia del servitore - Stefan Moskov
Voilà un metteur en scène bulgare qui revisite ses classiques, non pas du côté des maîtres mais des serviteurs. Gaîté, rire et musique live donnent du tonus à cette farce moqueuse.

- Soreline (Petites soeurs) - Danse - Caterina Sagna
Tout sonne faux dans cette pièce inspirée du roman de Louisa May "Les quatre filles du docteur March" et pourtant tout est parfaitement juste. Ici, le docteur est une femme et deux des soeurs sont des hommes ! Un spectacle désopilant.


top
21/3
20h30
SALLE JEAN NOTE
- Shake de Dan Jemmett
Autour de " La Nuit des Rois " de Shakespeare
Traduction : Marie Paule Ramo - Mise en scène : Dan Jemmett - Assisté de Marie Paule Ramo
Scénographie : Dan Jemmet et Denis Tisseraud
Lumière : Arnaud Jung - Costumes : Sylvie Martin-Hyszka
Avec Valérie Crouzet, Julie Anne Roth, Geoffrey Carey, Antonio Gil Martinez et Hervé Pierre
Production : Théâtre Vidy-Lausanne ETE, Théâtre de la Ville (Paris) et SART Sur Un Plateau - Philippe Sturbelle
Dans le cadre du Printemps des Centres Culturels

Viola et son frère jumeau ont fait naufrage. Ils vont semer le trouble et rendre à la vie ce pays d'Illyrie figé par un amour stérile : le duc régnant aime Olivia qui ne l'aime pas. Viola se déguise en homme et devient le favori du duc, et l'aime dès le premier regard. mais c'est. Olivia qui tombe aussitôt amoureuse d'elle. Shake veut dire remuer, secouer en anglais. Shake est également la moitié de Shakespeare. "Shake" est une adaptation libre, drôle, vivante et néanmoins respectueuse de "La Nuit des Rois" de Shakespeare.
"Shake", c'est cinq acteurs, cinq cabines de plage, un peu de musique, une marionnette ventriloque et bien d'autres choses. Secouez le tout et vous pourrez imaginer le délirant chaos de "Shake".  Une pièce servie avec brio par des comédiens au plaisir contagieux.


top
26/3
20h30
SALLE JEAN NOTE
- Est-ce qu'on ne pourrait pas s'aimer un peu ? 
Création et interprétation : Sandrine Hooge, Serge Bodart et Éric de Staercke - Mise en scène : Jaco Van Dormael
Scénographie : Christine Flasschoen - Production : Théâtre Loyal du Trac / Centre Culturel des Riches-Claires

Une femme court, éperdument amoureuse. Un homme surgit, désespérément épris. Ils s'élancent l'un vers l'autre avec passion. Une musique venue des cieux accompagne leur course avec lyrisme. Ils tendent les bras. La musique va crescendo. Ils ne sont plus qu'à quelques pas l'un de l'autre. La musique s'intensifie et ils s'enlacent. Un piano tombe du ciel et les écrase !
Drame burlesque en plusieurs tableaux évoquant la solitude et les actes désespérés qu'elle engendre. La quête de l'inaccessible amour... Ils veulent s'aimer, se toucher, se rencontrer envers et contre tout mais un destin ou une adversité sombre et fatale les sépare obstinément.


top
28/3
20h30
SALLE L'AVENIR, PERUWELZ
- Toréadors de Jean-Marie Piemme
Mise en scène : Philippe Sireuil
Scénographie, décor et costumes : Vincent Lemaire
Coiffures et maquillages : Jean-Pierre Finotto
Régie générale : Jacques Magrofuoco
Avec Pietro Pizzuti et Alexandre von Sivers
Coproduction : Théâtre Le Public / Atelier Théâtre Jean Vilar

Lui, c'est Momo (Pietro Pizzuti), l'émigré du Sud qui a du boulot, la gérance d'un lavoir. L'autre, Ferdinand (Alexandre von Sivers), a la toux persistante des nuits à la mauvaise lune des sans domicile fixe. Il vient du Nord, émigré lui aussi.
L'auteur de "Toréadors" ne prend pas de gants pour nous mettre notre linge sale sous le nez. Il nous convie à une corrida singulière dans un lavoir, où s'affrontent deux hommes, deux discours, deux visions, mais une même désillusion. "Parfois, pour survivre, on a besoin de la saleté des autres", constate Momo. "La merde est un excellent engrais", répond Ferdinand. 
Impeccablement joué par ce duo de choc, "Toréadors" passe la Belgique à la moulinette. Et si le propos est parfois sombre, la démonstration est éclatante.
Un Jean-Marie Piemme au mieux de sa plume.


top
4/4
20h30
SALLE JEAN NOTE




- Les Ambassadeurs de l'Ombre de Lorent Wanson et des familles du Quart Monde - Mise en scène et scénographie : Lorent Wanson - Initiative : Dominique Rammaert
Coproduction : Théâtre National de la Communauté Wallonie Bruxelles, Maison des Savoirs, ATD Quart Monde et Bruxelles 2000

Avec des comédiens et des gens de la rue, nos voisins, ceux que parfois nous préférons ne pas voir, "Les Ambassadeurs de l'Ombre" est un spectacle collectif, festif et ouvert au débat.


top
7>12/4
20h30
PLACE VERTE, TOURNAI
SOUS CHAPITEAU
- Le Dragon - Théâtre forain sous chapiteau
d'Eugène Schwartz par la Compagnie Arsenic
Conception et dramaturgie : Maggy Jacot et Axel de Booseré
Mise en scène : Axel de Booseré - Assisté de Mireille Bailly
Scénographie, costumes et masques : Maggy Jacot
Assistants à la scénographie : Rüediger Flöerke et Claire Renard - Lumière : Gérard Maraite - Son : François Joinville
Chanson : Claude Semal - Direction technique : Stéphane Kaufeler - Création théâtre d'ombre : Virginie Ransart et Ivan Fox - Chorégraphie : Daren Ross
Avec Mireille Bailly, Vincent Cahay, Denis Closset, Jean-Luc Couchard, Antonio Fernandez-Reina, Stéphane Kaufeler, Jean-Philippe Lejeune, Virginie Ransart, Claire Renard et Fabrice Schillaci - Coproduction : Théâtre National de la Communauté Wallonie Bruxelles / Cie Arsenic

Depuis 400 ans, un dragon de légende terrifiant règne en tyran sur une cité dans laquelle vivent, entre autres, l'archiviste Charlemagne, sa fille Elsa et leur chat Marinette. Le bourgmestre de la ville et son fils veillent à faire respecter son pouvoir et à lui fournir, chaque année, une jeune fille en guise de tribut. Cette année, c'est Elsa qui lui est destinée. Elle s'apprête à subir son sort quand arrive Lancelot qui malgré les réticences de la population - le dragon n'est-il pas invulnérable ? - défie la bête et la tue. Mais, mortellement blessé, il quitte la ville. Un an s'écoule. Le bourgmestre en a profité pour usurper sa victoire et s'autoproclamer Président libérateur, sans que le peuple ne bronche. Il s'apprête maintenant à épouser Elsa. Mais celle-ci se rebelle...
Sous un chapiteau magique, Axel De Booseré plante une histoire insolite, ludique et dérangeante, ouverte sur l'imaginaire le plus fou mais ancrée dans le réel le plus vrai. "Le Dragon" est un spectacle populaire de qualité, pour adultes et adolescents, chacun y puisant de la joie et une leçon politique sans pesanteur.


top
29-30/4
20h30
SALLE FRANK LUCAS
- Eva Perón de Copi
par l'Atelier Jeune Théâtre National VI
Mise en scène : Nathalie Mauger
Avec Estelle Franco, Alberto Martinez Guinaldo, Eléonore Meeus, Christian Tamburrini et une comédienne

"Merde, où est ma robe de présidente ?"
Ainsi commence "Eva Perón", la deuxième pièce de Copi écrite en 1969, dans l'exil parisien du dramaturge. Ce récit inventé et délirant du dernier jour de l'existence de celle que l'on surnomma la "Jeanne d'Arc de l'Argentine", la dépeignant comme assoiffée de pouvoir et d'argent, au langage parfois peu châtié, fit grand bruit et valu à son auteur un bannissement durable de tout le continent sud-américain.
À l'humour grinçant et l'écriture tragico-ricanante, le théâtre de Copi illustre la force de la dérision contre la violence et l'oppression.


top
7/5
20h30
SALLE FRANK LUCAS
- Les nuits blanches de Dostoïevski
Traduction : André Markowicz - Adaptation : Sébastien Dutrieux
Mise en scène : Caio Gaiarsa 
Avec Sébastien Dutrieux et Nicole Oliver

Une nuit à Petersbourg, un jeune homme solitaire et rêveur rencontre dans la rue une jeune fille éplorée. À 26 ans, il n'a jamais connu personne, sinon dans cette imagination qui lui a fait créer un monde de fantasmes dont il semble aujourd'hui essoufflé. La vie réelle l'appelle. Il est temps de la saisir.
Nastenka est une orpheline de 17 ans "épinglée" à la robe de sa grand-mère. Dans la pâleur nocturne, elle attend le retour de son fiancé, lequel lui a promis de l'épouser après s'être assuré, un an durant, une position sociale plus confortable. Ce délai étant écoulé depuis quelques jours, elle désespère de lui et de la foi jurée. C'est dans cette nuit que notre jeune homme tentera de la consoler.


top
PRIX DES PLACES :
Spectacles | Prix plein | Prix réduit | Prix adhérent | Prix abonné 
Ys et Laïs      14 - 13 - 12 - 9 €
Sax au féminin     10 - 9 - 8 - 7 €
Mora Vocis     16 - 15 - 14 - 11 €
Ghalia Benali et Timnaa     12 - 11 - 10 - 7 €
Soeur Marie Keyrouz     20 - 19 - 15 - 12 €
Choeur de femmes bulgares     11 - 10 - 8 - 6 €
Bach au féminin     20 - 19 - 15 - 12 €
Pokatukha     14 - 13 - 12 - 9 €
Arno     20 - 19 - 15 - 12 €
Hungenga     10 - 9 - 8 - 7 €
Petitou    8,5 - 7,5 - 6,5 - 5 €
Tout ça du vent     12 - 11 - 10 - 8 €
Le festin de Juliette    20 - 19 - 16 - 13 €
L'espiègle enragé     10 - 9 ? 8 ? 7 €
Madame Marguerite     30 - 27 - 25 - 20 €
Opcion cero     10 - 9 - 8 - 7 €
N'être      12 - 11 - 10 - 8 €
Quatuor Hagen    22 - 21 - 18 - 15 €
Made in China     8,5 - 7,5 - 6,5 - 5 €
Le Cirque de la Licorne 15 - 14 - 13 - 11 €
Elie Semoun     30 - 29 - 28 - 25 €
Isma      14 - 13 - 12 - 9 €
La vie de Galilée     16 - 15 - 14 - 11 €
Les douze tribus     12 - 11 - 10 - 7 €
Roland Magdane      25 - 25 - 24 - 23 €
Les Bijoux de la Castafiore*      25 - 24 - 20 - 17 €
(*10 €  pour les enfants de - 12 ans)
Fratelli      12 - 11 - 10 - 8 €
Picas'songes      8,5 - 7,5 - 6,5 - 5 €
Marie-Paule Belle chante Barbara      20 - 19 - 16 - 13 €
Karandila      12 - 11 - 10 - 7 €
La syncope du 7      16 - 15 - 14 - 11 €
Créatures      16 - 15 - 14 - 11 €
Dionysos / Raspoutitsa      10 - 9 - 8 - 7 €
Un Fou noir au pays des Blancs      10 - 9 - 8 - 7 €
La nuit des chimères      8,5 - 7,5 - 6,5 - 5 €
Concert de Nouvel An      15 - 14 - 13 - 11 €
Un Fil à la patte      16 - 15 - 14 - 11 €
Déshabillages      16 - 15 - 14 - 11 €
Palace Club      10 - 9 - 8 - 7 €
À ta folie !      12 - 11 - 10 - 8 €
Hopa Tzupa      16 - 15 - 14 - 11 €
Construire un feu      12 - 11 - 10 - 8 €
Comme il vous plaira      16 - 15 - 14 - 11 €
Ascenseur      14 - 13 - 12 - 9 €
Arabesque (Jane Birkin)      35 - 34 - 30 - 25 €
Lettres ouvertes      12 - 11 - 10 - 8 €
Carte postale      8,5 - 7,5 - 6,5 - 5 €
Concert d'élèves d'André Dumortier      12 - 11 - 10 - 7 €
Mathieu Ha / Orange Kazoo      12 - 11 - 10 - 7 €
Le Médecin malgré lui      14 - 13 - 12 - 9 €
Bain Zen/Bruno Coppens       14 - 13 - 12 - 9 €
Minimânsno      8,5 - 7,5 - 6,5 - 5 €
Scènes étrangères 3       16 - 15 - 14 - 11 €
Shake      16 - 15 - 14 - 11 €
Est-ce qu'on ne pourrait pas s'aimer un peu?     12, 11, 10, 8 €
Toréadors      10 - 9 - 8 - 7 €
Les Ambassadeurs de l'ombre      12 - 11 - 10 - 8 €
Le Dragon      16 - 15 - 14 - 11 €
La Passion selon St-Jean      16 - 15 - 14 - 11 €
Eva Perón      12 - 11 - 10 - 8 €
Les nuits blanches      10 - 9 - 8 - 7 €


Site officiel : www.maisonculturetournai.com


top
 

Sous réserve de modification

Maison de la culture de Tournai 
Esplanade George-Grard
2 Bld des Frères-Rimbaut
7500 Tournai


Site internet :
www.maisonculture
tournai.com
 

Administration :
Tél. : +32 69 25 30 70 

E-mail :
info@maisonculturetournai.com

Réserv.:
Tél. : +32 69 25 30 80 
Fax : +32 69 21 06 92
billetterie@maisonculture
tournai.com


Billeterie :
du mardi au vendredi 
de 10h30 à 18h
le samedi de 9h à 16h;
fermé dimanche et lundi.

La Maison de la culture de Tournai est située à l'angle de l'avenue De-Gaulle et du boulevard des Frères-Rimbaut, à l'entrée de la ville.

Parking gratuit.

Service de baby-sitting, en partenariat avec la Ligue des Familles.

L'ASBL Maison de la culture de Tournai a été créée en mai 1968. De centre régional d'action culturel, elle a été reconnue, en 1998, centre culturel régional transfrontalier.

  iDearts © 1999-2004 - All rights reserved