Festival de danse d'Ici et d'Ailleurs

13 avril au 31 mai 2005
Deux mois de danse (avril - mai 2005) :
un stage, des créations, des reprises, des ébauches, des performances,.


Calendrier des spectacles :
Gadget-Study#1 - Matteo Moles (13/4 20h30)
(Performances & animations de l'ouverture dès 18h)
A corps et cris - Jean-Luc Yerlès (20>23/4)
Streetwalker - Saho (3/5)
Rivermen / Groundscape - Bud Blumenthal (10-11/5)
Nomes V - Claudio Bernardo (14/5)
Thanatos - Matteo Moles (18/5)
Popsongs - Melanie Munt / Bonhomme - Caroline Cornélis (20-21/5) > AVANTAGE : 1 place + 1 gratuite pour ces 2 soirées du 20 & 21/5
> Tél pour réserver au 02/538 90 20 (Jacques Franck) en mentionnant iDearts.
second act - Cie DeFu - Delgado / Fuchs (25>28/5)
Lichen - Fré Werbrouck / Lorsque même la mauvaise herbe... de Marielle Morales (31/5)


Fidèle à sa politique d'aide à la création contemporaine, le Jacques Franck accueille trois artistes en création, Jean-Luc Yerlès, Saho et Caroline Cornélis.
Et fidèle à sa politique d'ouverture, il organise des séances en journée pour toucher de nouveaux publics : moments de sensibilisation à la danse contemporaine, rencontres d'artistes, courts extraits de spectacles suivis de discussions, stage trois danses pour les 12 à 20 ans.

Jean-Luc Yerlès créera « A corps et cris », projet collectif réalisé avec Thierry Bastin, Nathalie Boulanger, Marie-Sophie Talbot et Frey Faust. Le 13 avril, lors de la soirée de vernissage et d'ouverture, il proposera une performance avec Thierry Bastin, dans le hall d'exposition du Jacques Franck, comme une bande annonce du spectacle.

Patrick Lor dit Saho, dans le cadre de l'accueil particulier que le Jacques Franck réserve depuis quelques 5 années à la mouvance hip hop, créera « Streetwalker » en avant-première, la première ayant lieu deux jours plus tard à la Raffinerie dans le cadre des Rencontres de danses et de cultures urbaines organisées par la Fondation Jacques Gueux.

Et enfin, Caroline Cornélis que beaucoup d'enfants des écoles de St-Gilles connaissent bien pour avoir découvert la danse contemporaine lors d'ateliers avec elle, viendra proposer la première esquisse d'un tout nouveau projet, « Bonhomme ».

Le désormais incontournable stage 3 danses (4>8/4) sera animé par 3 artistes représentant des aspects de la programmation : Ruth Douthwright proche de Jean-Luc Yerlès et de la mouvance « Contact Improvisation », Daudet Grazaï, danseur africain qui travaille avec Bud Blumenthal, et bien sûr, Saho. (en partenariat avec la Fondation Jacques Gueux)


SOIREE D'OUVERTURE DU FESTIVAL : le 13 avril

TwiLIGHT/Crépuscule de Chadé M'nasri
Rouge de Chloé Houyoux Pilar
Expositions de photographies
Vernissage le mercredi 13 avril à partir de 18h00.
Expositions du 14 avril au 29 mai 2004

La soirée d'ouverture sera l'occasion pour le public d'avoir un avant goût des spectacles du Festival d'Ici et d'Ailleurs :
18h00 : Projection en continu " Voilà ", vidéo de Chadé M'nasri / 5' / Petite Salle.
19h00 : bande annonce " A corps et cris " par Jean-Luc Yerlès et Thierry Bastin, performance dansée / Hall.
19h20 : Melanie Munt, performance dansée / Petite Salle.
19h40 : bande annonce " Bonhomme " par Caroline Cornélis, performance dansée / Hall.
20h00 : performances croisées.
20h30 : Gadget-Study#1 de Matteo Moles / Grande Salle / 30' (danse contemporaine, interaction vidéo, projections ; création en octobre 2005 au CCBA)

" Le monde magique des contes de fées nous accompagne dans un bout de chemin de notre vie qui est l'enfance. " Gadget-Study#1 " est une pièce qui analyse ce qui reste en nous de cette époque. Un petit clin d'oeil à l'enfance en confrontation avec notre réalité aujourd'hui : si Blanche Neige, Peau d'âne, les trois petits cochons, Cendrillon ou La Belle au bois dormant ne nous avaient pas guidés dans notre fantaisie d'enfants, serions-nous les mêmes adultes aujourd'hui ? Nos peurs seraient-elles différentes ? Nos espoirs seraient-ils pareils ? "
Prix d'entrée "spécial ouverture" : 3,00 Eur (accessible à partir de 8 ans.)




EXPOSITIONS DE PHOTOGRAPHIES
Vernissage le mercredi 13 avril à partir de 18h00.
Expositions du 14 avril au 29 mai 2004
Du mardi au vendredi de 11h à 18h30, les samedis de 11h à 13h30 et de 14h à 18h30 & les dimanches de 14h à 17h et de 19h à 22h.

Rouge de Chloé Houyoux Pilar / Photographies
"Le rouge est la couleur de l'intérieur de l'âme", écrivait Ingmar Bergman.
Dans la série " rouge ", avec l’utilisation du sténopé, il ne s'agit plus pour Chloé Houyoux Pilar de capter " l'instant décisif ", mais d’installer un rapport de construction d’image où le temps s’étire et prend sa véritable dimension. On est seul devant une petite boîte noire. C’est très long. Alors on écoute ; le bruit de sa propre respiration, la tête oscille et la pensée s’emballe ; un problème surgit, une idée récurrente … et surtout ne pas bouger, c’est la consigne.
Après des études de photographie à La Cambre, Chloé Houyoux Pilar est la lauréate du Prix de photographie Fernand Dumeunier 2004.

TwiLIGHT/Crépuscule de Chadé M'nasri
"On crie, on m’appelle. Dans la tête ça commence toujours par une lumière."
C’est un travail sur l’autoportrait, essentiellement. Que ce soit en sténopé, au polaroïd ou en vidéo. La photographie, comme phénomène d’apparition/disparition, comme toujours, avec l’absence, la mort, la déformation du corps, le mouvement, l’instantané.Comme toujours, un travail d’observation, de soi-même et des autres. Renvoyer son image à l’autre et ne plus parler qu’à soi mais à l’autre.




« A corps et cris », projet de Jean-Luc Yerlès
Les mercredi 20, vendredi 22 et samedi 23 avril 2005 à 20h30. Le jeudi 21 avril à 14h et 20h30
Avec : Thierry Bastin, Nathalie Boulanger, Marie-Sophie Talbot et Jean-Luc Yerlès.
Rencontres ludiques entre le son et le corps... Ce spectacle mêle danse et voix pour faire « danser le langage et chanter la danse » à travers l'exploration des mouvements du corps (torsions, chutes, courses…) qui influencent les sons, et les sons (respiration, soupirs, murmures, chant…) qui influencent le corps. Le corps devient musique et la musicalité des sons modifie l’état du corps et vice versa. Ce spectacle est également une rencontre inattendue, et formidablement enrichissante, entre les danseurs venus des techniques du contact improvisation, et la chanteuse musicienne Marie-Sophie Talbot.

Celui qui danse chemine sur l’eau et à l’intérieur d’une flamme. F.G.Lorca

"Deux hommes, deux femmes ; des rencontres, des approches, des liens qui se nouent et se dénouent, des émotions qui se vivent, des cris d’abandon, de joie, des chants et danses d’amour, d’humour et de combat.
Quatre personnages, miroirs de la condition humaine en général, à la recherche de ce qui les relie, chacun dans leur différence et pourtant complémentaire. Un chant s’élève : communion ou désunion. Brisure et reconstruction. Ordre et désordre. Une histoire d’isolation et d’intégration, de forces individuelles et de force de groupe. Tantôt l’un va se retrouver l’élément perturbateur de l’ensemble, tantôt l’autre. Chanter juste, chanter faux, bouger à l’unisson ou en contraste. A quoi cela va-t-il aboutir ? Une partition de musique faite avec les corps. Un spectacle de danse contemporaine original tout en humour et en
« soufflesse »." (Jean-Luc Yerlès)

Création collective :
Jean-Luc Yerlès, Thierry Bastin, Nathalie Boulanger, Marie-Sophie Talbot, Frey Faust.
Responsable du projet : Jean-Luc Yerlès
Apport chorégraphique : Frey Faust
Apport musical et compositions : Marie-Sophie Talbot
Scénographie : Pierrick Odaert
Costumes : Sam Dronet
Lumières : Jean-Jacques Deneumoustier
Production Théâtre Oz, avec l’aide de la Communauté française - Service de la Danse, et du Centre Culturel Jacques Franck




« Streetwalker », projet de Saho
Avant-première le mardi 3 mai 2005 à 20h30.
(La première aura lieu à la Raffinerie dans le cadre des Rencontres de danses et de cultures urbaines / 4 au 7 mai 2005. Fondation Jacques Gueux : 02 / 538 15 12) Un voyageur débarque dans une ville, personnage un peu irréel, à la fois étranger et étrange, sorte de saltimbanque moderne, comme le serait le mime Marceau revisité par la break dance. Sur base de son parcours se tissera la trame d'une fable urbaine en forme de voyage-rencontres, de conte populaire urbain. Au final, le voyageur repartira « comme il était venu ». A-t-il changé ? La ville a-t-elle été changée par sa visite ?

Chorégraphie : Patrick Lor dit Saho, Supervision chorégraphique : Sébastien Lefrançois
Danseurs : le groupe Full Effects (Gregory Delannay, Saho, Patrick « Shako » Mongombe, Ahmed Timazrib, Eliane Gakobwa Nsanze)
Prix unique « avant première » : 5 €




Soirée « black & white » avec deux chorégraphies de Bud Blumenthal, « Rivermen » et « Groundscape », le 10 & le 11 mai à 20h30
« Groundscape » seul le mardi 10 mai, à 14h)
Cette « soirée duos black and white » permet de découvrir une danse contemporaine très physique, lisible, voire athlétique.

« Groundscape » (2003) explore un mélange subtil de styles : occidental et africain. Une gestuelle fluide et lisible, basée sur le dialogue des corps, illustre ainsi la découverte progressive de deux personnalités, et de leur longue histoire d'amitié et complicité.
« Une plasticité corporelle qui engendre espace à perte de vue et dynamique gestuelle de haut vol » Libre Belgique

Chorégraphie : Bud Blumenthal
Interprétation : Daudet Grazai et Nestor Kouame
Lumières : Jean-Jacques Deneumoustier
Musique : Jean-François Delhez
Décors : Barbara De Limburg

Une production de la Cie Bud Blumenthal / Hybrid. Coproduction : Festival Africalia. Avec l'aide du Centre Chorégraphique Pact Zollverein, de l'association Janti-Bi, du Ministère de la Communauté française Wallonie-Bruxelles (Service de la Danse) et du CGRI.

Dans « Rivermen » (1999), les danseurs se confrontent sur une surface « vivante » : la rivière évoquée dans le nom du spectacle est de la vidéo, le fruit du travail étonnant du vidéaste Antonin De Bemels. La danse, dans un travail organique de composition avec lumière et vidéo, évoque ainsi la « fluidité », la « complexité » et la « transformation » que l'on retrouve dans la nature, comme la surface et la profondeur infiniment facettées d'une rivière. Comme dans le renouveau du courant qui varie à chaque instant.
« Impressionnant poème dansé, pulsation délicate et sauvage teintée d'un fluide défi, imprimée sur l'impalpable puissance d'une scénographie en vidéo. Remarquable. »
La Libre Belgique

Chorégraphie et conception : Bud Blumenthal
Interprétation : Fernando Martin, Bud Blumenthal
Création musique et vidéo : Antonin De Bemels
Lumières : Jean-Jacques Deneumoustier
Costumes : Cathy Peraux

Une production de la Cie Bud Blumenthal / Hybrid, avec l'aide de la Communauté française Wallonie-Bruxelles (Service de la Danse), de la SACD (1500 heures pour danser) et du CGRI.




Claudio Bernardo avec « NOMES V », le 14 mai, dans le cadre du 10ème anniversaire de As Palavras - Cie Claudio Bernardo - dans le cadre du 10ème anniversaire de sa compagnie
(+ 13 mai à 14 h : rencontre avec le chorégraphe)

Tout au long de la saison 2004/2005, plusieurs événements ont ou vont célébrer les 10 ans d'As Palavras - Cie Claudio Bernardo. Une série de 10 représentations intitulée « NOMES » (noms, en français) prennent place dans 10 lieux en Belgique et à l'étranger.

Pour cette série de créations, Claudio Bernardo a fait appel à pas moins de 23 artistes qui ont travaillé avec la compagnie durant ces dix années : danseurs, chorégraphes, musiciens, vidéastes, acteurs et chanteurs. Véritable parcours à travers les 33 pièces créées par le chorégraphe, ces « Nomes » se présentent un peu comme une « somme » de son travail. L'idée est de nous (re)-montrer un vaste choix de ces 33 pièces, mais dans une perspective nouvelle. Sans costumes ou décors, sans contenu dramaturgique, l'importance de ces créations ira au « Mouvement ». De la pure danse donc, articulée autour de plusieurs blocs de compositeurs : tantôt les musiciens de la renaissance espagnole, tantôt Bach, Debussy, Stravinsky et Haydn. Le plateau sera toujours nu, c'est le corps et la musique qui l'habillent, conférant ainsi une importance toute particulière à l'écriture lumineuse.

Collage, confrontation et fusion, produiront à ces pièces un sens différent, à la manière dont Rodin travaillait ses sculptures. Les chorégraphies seront retravaillées et remaniées pour se fondre dans un seul spectacle, au sens nouveau et protéiforme.

Toutes ces pièces seront reliées entre elles par un fil qui est de l'ordre du questionnement sur la danse.




« Thanatos », chorégraphie de Matteo Moles le 18 mai à 20h30
Thanatos, une série de solos, duos, et trios développés autour de l'argument de la mort en relation au vécu du chorégraphe même et de ses complices.
Rage, désespoir, abandon, culpabilité et acceptation seront au rendez-vous de cette nouvelle oeuvre concentrée principalement sur l'accompagnement du mourant et sur le deuil.

Thanatos est résolument le témoignage d'un acte d'amour, un hymne à la vie. Les images vidéo du photographe et cinéaste André Goldberg proposent un regard complémentaire á cette thématique.

« La vie et la mort ne font qu'un, comme ne font qu'un la rivière et la mer » Khalil Gibran

Concept et chorégraphie : Matteo Moles
Interprètes : Céline Verdan, Anne-Cécile Chane-Tune , Matteo Moles
Assistante à la création : Laure Pointeau
Vidéo et photographie : André Goldberg
Création lumières : Raphaël Michiels
Costumes : Gabi Mateus

Une production Tamat asbl/CMM, en co-production avec le Centre culturel de Braine-l'Alleud.
Avec l'aide du Ministère de la Culture de la Communauté française Wallonie-Bruxelles (Service de la Danse) et de la SACD (1500 heures pour danser).




« Popsongs », chorégraphie de et par Melanie Munt, et dans la même soirée, la création de Caroline Cornélis « Bonhomme » les 20 et 21 mai à 20h30

> AVANTAGE : 1 place + 1 gratuite pour ces 2 soirées
> Tél pour réserver au 02/538 90 20 (Jacques Franck) en mentionnant iDearts.

Popsongs, (créé à L'L en mars 2004) ou comment chanter uniquement avec le corps. Un solo construit comme un concert, de véritables « chansons dansées » exécutées en silence, une exploration corporelle de l'idée de musicalité.
Il y aura la chanson romantique, la chanson rythmique, la chanson rock 'n roll, la chanson minimaliste.
Le seul partenaire de la danseuse en scène sera l'environnement lumineux imaginé par le vidéaste Tom Heene, une innovation technique rendant cette lumière
« vivante » : elle suivra de près la danseuse tout au long du « concert », elle réagira à ses mouvements, mais lui permettra également de « répondre ».

Concept : Melanie Munt en collaboration avec Tom Heene - Chorégraphie et interprétation : Melanie Munt
Conception « image-lumière » : Tom Heene et Yacine Sebti - Assistanat : Silvia Platzer

Une coproduction du Théâtre de L'L, de Quoi d'Autre et de Nadine. Avec l'aide du Ministère de la Communauté française Wallonie-Bruxelles (Service de la Danse), de la Commission Communautaire française (Réseau des Scènes Chorégraphiques) et de la Vlaamse Gemeenschapscommissie. Avec le soutien de la SACD (1500 heures pour danser), du Théâtre de Namur,
de iMAL asbl et de Périactes.

Bonhomme - « En créant Bonhomme, j'ai voulu entrer dans le monde de l'enfant, son jardin secret. Je suis partie de celui de Lea, ma filleule, qui a partagé avec moi les souvenirs de son « bonhomme ». La façon dont il est arrivé dans sa vie et ce qui a changé en elle à l'arrivée de ce petit personnage sorti de sa fantaisie. C'est son histoire, et à travers elle, celle des enfants qui s'inventent un monde imaginaire pour sortir de leur solitude, leurs peurs, leurs frustrations. Leur petit personnage devient un ami, un confident, un complice. Sa présence rend plus fort, permet d'affirmer un caractère. Le petit personnage comprend et rassure, il est là pour pousser vers la vraie vie, pour aider à devenir une personne. » Caroline Cornélis

Conception et interprétation : Caroline Cornélis
Composition musicale et interprétation : Joël Grignard
Assistante à la chorégraphie : Carole Frère
Création lumières : Jean-Jacques Deneumoustier

Une production de la Compagnie Tö. Avec le soutien du Centre culturel Jacques Franck et du Centre Dramatique de Wallonie pour l'Enfance et la Jeunesse.




Et venue « d'ailleurs », une compagnie suisse : la Cie DeFu (Delgado / Fuchs), un couple de chorégraphes danseurs , du 25 au 28 mai dans « second act »
Un couple de chorégraphes danseurs à découvrir
Marco Delgado et Nadine Fuchs déconstruisent leurs certitudes. Avec « second act », ils emmènent le public dans un labyrinthe dont eux-mêmes ne connaissent pas le chemin et encore moins l'issue. Provoquer le public pour qu'il ne consomme pas le spectacle. Tenter la déconstruction de la linéarité du récit. Leurs histoires n'ont ni début, ni fin, elles surviennent soudainement et repartent de manière aussi inattendue. Delgado Fuchs ne rejettent pas leur héritage de danseur/danseuse mais le questionnent: Comment garder l'autonomie sur scène en portant le bagage de la chorégraphie ?
Les deux artistes recherchent, par la spontanéité et l'improvisation, la liberté de création.

Nadine Fuchs et Marco Delgado cherchent à transmettre des émotions avec un dessin, un textile ou des images. Leur perfor­mance est une suite de brèves séquences parfois immobiles, parfois improvisées, parfois
chorégraphiques. Grâce à des associations incongrues entre leurs ac­tions et ces objets, les deux artistes établis­sent une relation intuitive et poétique entre eux et le spectateur.

« La rupture ironique des séquences vidéo et le renoncement à la musique empêchent toute forme de
« fausse » identification. » Maya Künzler, Bazkulturmagazin

« Les sous-entendus des deux performeurs sont aussi authentiques que le look « low-budget » du spectacle. (...) Le duo, très présent sur scène, n'hésite pas à s'investir corpo­rellement et relève d'un art enthousiaste et obstiné. (...) » Marianne Mühlemann, Der Bund

Idée, chorégraphie, interprétation : Marco Delgado / Nadine Fuchs - Lumières : Regina Meier
Vidéo : Nadine Fuchs / Marco Delgado

Coproduction: Cie DeFu Delgado/Fuchs et Theater Roxy (Bâle) - Avec le soutien de : Ville de Berne, Canton de Berne, Pro Helvetia, Fondation Stanley, Thomas Johnson, Pourcent culturel Migros, Burgergemeinde Bern, Schweizerische Interpretenstiftung.




Soirée de clôture le 31 mai à 20h30, « Lichen » chorégraphie de Fré Werbrouck / « Lorsque même la mauvaise herbe... » de Marielle Morales (invitée par Fré Werbrouck)

« Lichen »
Un duo de femmes, tendre et insolite. Un spectacle sensible et drôle où l'on se laisse porter par des univers sonores chatoyants. « Lichen » se fait ainsi exploration de la féminité, du corps regardé ou caché, séduit parfois, un corps entre abandon et révolte.

« La recherche de soi dans le miroir de l'autre (.). C'est le paradoxe d'un spectacle nourri de profondeurs extrêmes et assumées mais offert comme un moment de légèreté. D'autant plus charmant que jamais il ne cherche la joliesse à tout prix, d'autant plus touchant que sous sa surface de fraîche harmonie s'esquissent mille failles intimes ».
Marie Baudet, Aspérités et douceur de « Lichen »,
La Libre Belgique, 23 oct. 2004

Chorégraphie : Fré Werbrouck
En collaboration avec : Céline Curvers et Virginie Roy - Interprétation : CélineVerdan, Virginie Roy
Musique : Fabrice Dumont, Boris Gronemberger, Daniel Helin, Kurt Weill, Sclavis. Son : Daniel Tursch
Lumières : Catherine Brevers - Costumes : Bert Menzel - Photographie : Dimitri Gronemberger, Stéphanie Friedli

Une production de la Cie D'ici P. collectif en coproduction avec le Centre Culturel des Riches Claires. Avec l'aide du Ministère de la Communauté française Wallonie-Bruxelles (Service de la Danse), de la SACD, du Garcia Lorca collectif et du Théâtre Marni.

« Lorsque même la mauvaise herbe... »
Une pièce presqu'île... un lieu presque désolé... un temps presque arrêté. Un tissu de relations symboliques place trois femmes dans une proposition physico poétique, dans laquelle la métamorphose des liens et des corps reflète l'incessante tentative de déjouer ou rejouer le Temps « diffuminé ». Sans mots, presque dits, trois corps trompe-l'oeil se démultiplient et se recomposent comme les "êtres-temps" d'une mémoire collective subtilement présente et passée. Pourrait-on imaginer la dernière génération d'êtres humains sur terre ? " L'Humain peut survivre, tant qu'il y a une mémoire de l'Humain."


Interprètes : Raffaella Pollastrini, Sandra Pocceschi et Marielle Morales Chorégraphie : Marielle Morales, en collaboration avec les interprètes. Créations lumières : Marc Lhommel. Création son : Marc Cano.
Musique en direct : Philippe Orivel
Une production de la Compagnie Mala Hierba




Prix par spectacle : 9 € / 7 € / groupes scolaires : 5 €
Sauf pour l'avant première de Saho (3/5) : 5 €

TARIF :
Soirée d'ouverture - Gadget-Study#1 (13/4) : 3 €
Prix d'entrée pour Groundscape (10/5 à 14h) : 5 €
Prix d'entrée pour Streetwalker (3/5) : 5 €
Pour tous les autres spectacles :
Prix par spectacle : 9 € / 7 € / groupes scolaires : 5 €

Pour plus d'informations > http://ccjacquesfranck.be


Information pratique :
LIEU :
Centre culturel Jacques Franck
Chaussée de Waterloo, 94
1060 Bruxelles

INFO :
T 02/ 538 90 20
E ccjf01@brutele.be