Texte et mise en scène de Virginie Thirion

   
Accueil d'une création au Centre Culturel Jacques Franck
Mars 2001 (
(20 > 31/3) 
dans le cadre des Giboulées
créées à l'initiative de Christian Machiels (La Balsamine)






> Pour en savoir plus : 
Centre Culturel Jacques Franck
94 chaussée de Waterloo 
1060 Bruxelles

 
Infos :
Infos / réservations :
02/538 90 20

Site officiel :
www.stgillesculture.irisnet.be
 
 




 


 

En janvier, le Jacques Franck accueillait LA VALSE DES METEORES de René Bizac : ambiance masculine sur le plateau, duo d'hommes, problèmes d'hommes ?

Aujourd'hui, des femmes racontent l'histoire d'une autre, "ZEPHIRA" : une histoire de chagrin, de rupture, d'abandon, de désespoir, de meurtre, d'amour… Ambiance "féminine", trois comédiennes, une metteuse en scène, une chorégraphe, les costumières… Des hommes sont là aussi, certes, mais comme "autour", sur la frange, sur le "dehors", scénographe, éclairagiste, régisseurs...

Vous ne verrez pas Zéphira, la femme abandonnée, la femme larguée, cette sœur de Médée qui pend ses enfants quand son homme la quitte en voulant les emmener.



Vous ne verrez pas non plus les terrifiantes Erinyes, celles là qui poursuivent l'infanticide de leur hargne vengeresse. Vous verrez trois femmes, d'autres femmes, qui viennent raconter, danser, l'histoire de Zéphira, celle qui tue ses enfants "par amour" : "Je suis votre mère mes amours. Je vous ai épargné le pire."

Aujourd'hui, "elles" cherchent, "elles" répètent. Comment dire sans déflorer cette quête délicate de la création…
Plateau quasi nu, objets qui disent la vie, questions.

Comment dire la violence, comment traduire cette violence sur scène sans la "montrer". Il n'y aura pas d'enfants dans le spectacle. Pas d'infanticide "visible". Mais trois femmes sensibles qui disent, évoquent, comme en prenant le temps de trouver les mots, avec légèreté, mouvements dansés, voix qui se feutre. Et si la violence sourd, c'est dans l'accessoire jeté, la course haletante...;

Première le mardi 20 mars.
A voir, à découvrir pendant quinze jours, dix représentations.

Catherine Simon
Catherine.Simon@periactes.be

   
  iDearts © 1999-2001 - All rights reserved | redaction